Avertir le modérateur

LE "FEU“ DE L'ARMAGNAC ET LES TROIS INCONTOURNABLES

La question des millésimes en Armagnac une affaire plus simple qu’il n’y paraît. Voici les données du problème.

La récolte de chaque année est bien spécifique et comparable en qualité aux vins de Bordeaux blancs secs, à ceci près : il faut des vins de 8° à 10° pour élaborer un bon Armagnac, un faible degré donnant une meilleure eau-de-vie. Les vins de Gascogne sont ainsi distillés sur leurs lies, comme en Charente, le plus tôt possible après leurs fermentations, dans des alambics dits armagnaçais (traditionnellement), à coulée continue, aboutissant à une eau-de-vie de 55° à 66°. Seulement, au cours du vieillissement, les différences entre les divers millésimes s’estompent et après quelque 10 ou 15 ans de fûts, il n’existe plus de véritable originalité pour chacun des millésimes.

Plus l’Armagnac vieillit, plus il ressemble à un autre Armagnac d’une autre année issu du même domaine. C’est pourquoi il peut sembler grotesque de publier des cartes de millésimes pour les Armagnacs de plus de 15 ans de vieillissement. Plus que le millésime, le terroir a son importance, et les Gascons s’accordent à reconnaître que la meilleure eau-de-vie provient de la région landaise du grand Bas Armagnac, un territoire de 25 km de long, situé dans la partie la plus à l’ouest de la région, autour des villes de Labastide d’Armagnac, Le Frêche, Lannemaignan, Arthez d’Armagnac, Montguillem, Bourdalat, Hontanx, et Le Houga.

Plus à l’est, ce sol fait de sables fauves et d’argiles où la vigne donne les meilleurs résultats disparaît. Il existe une grande différence en fonction des cépages, le Saint-Emilion (Ugni blanc) étant plus fin, le Baco plus rond, plus dur, plus “physique”.

La distillation apporte elle aussi des différences car il est permis de distiller dans des alambics à repasse de type charentais (comme le Cognac), ce qui donne des eaux-de-vie plus souples, commercialisables bien entendu plus rapidement, ou bien dans des alambics armagnaçais à coulée continue à 55°.
Bien que l’eau-de-vie soit, dans ce cas, plus longue à vieillir, elle y gagne en caractère.

Enfin, il y a le vieillissement, avec pour critères la qualité du bois des pièces et l’atmosphère du chai. La majorité des professionnels s’entendent pour dire que le meilleur bois pour vieillir un Armagnac est le bois de chêne pédonculé des forêts environnantes (Monzin), séché 6 ou 7 ans, bien fendu, bien échaudé, pas trop tannique et pouvant conserver une eau-de-vie plus de dix ans.

Le vieillissement s’effectue dans des pièces de 400 litres entreposées dans des chais différents. Dans les chais humides exposés au nord, sous la maison, l’eau-de-vie perd beaucoup de degré et vieillit vite. En 10 ans, elle en ferait 20 si on ne la montait pas ensuite dans un chai sec, où elle diminue davantage de volume et vieillit plus doucement.

Avec tout cela, les Gascons auraient bien tort de ne pas sauvegarder ce privilège qu’ils sont les seuls en France à s’être octroyé : celui du millésime, c’est un “plus” dans le cas d’une excellente eau-de-vie provenant des meilleurs terroirs de grand Bas Armagnac, bien distillée et surtout bien vieillie. Encore faudrait-il mentionner sur chaque bouteille millésimée la date de l’embouteillage, car l’Armagnac, comme tous les alcools, ne vieillit plus en bouteille (pour mémoire, et pour exemple, n’oubliez pas qu’un Armagnac de 1945 embouteillé en 1950 n’a en fait que 5 ans de vieillissement, malgré son âge quasi canonique…). J’ai eu la chance de savourer plusieurs très vieilles bouteilles, dont un bon nombre avec les Darroze, et notamment des millésimées 1848 (vous lisez bien), 1878, 1900, 1959, 1966 (les deux vraiment splendides) ou 1970.

Enfin, il faut savoir qu’il n’y a pas vraiment de différences entre les vieux millésimes qui résulteraient de la qualité intrinsèque de la vendange. Ces différences sont dues à la qualité de l’eau-de-vie après distillation, donc à son origine, son mode de distillation, sans oublier la qualité du vieillissement.

 

H. DARTIGALONGUE et FilsALCOOLS H. DARTIGALONGUE et Fils

H. DARTIGALONGUE et Fils

(ALCOOLS)
Françoise Dartigalongue
Place du Four - BP 9
32110 Nogaro
Téléphone :05 62 09 03 01
Télécopie : 05 62 09 01 78
Email : contact@dartigalongue.com
Site : www.vinsdusiecle.m/dartigalongue
Site : www.dartigalongue.com

Formidable Bas-Armagnac cuvée Louis-Philippe 170e (la maison a fêté ses 170 ans, 1838-2008, d’où le nom), aux nuances de rancio et d’épices, trèsfloral, à la fois sec et suave, très persistant, une bouteille de grande classe, tout en distinction.
Parmi la collection de vieux Armagnac, quatre millésimes qui expriment toutes leurs qualités en étant dégustés à des degrés supérieurs à 40% ont été mis en bouteille d’exception de 70 cl, cette gamme est destinée à des amateurs d’Armagnac de caractère. Le millésime 1978 est à 44%, de couleur ambre soutenu, de grande persistence d’arômes, où toute l’élégance de la maison vient s’allier à une intensité d’une grande persistance. Il y a aussi le Bas-Armagnac de 25 ans, de robe limpide, d’une belle présence tannique, où s’entremêlent des nuances de prunecuite, de vanille et de réglisse. Le Bas-Armagnac de 30 ans, issu de plusieurs Armagnacs dont le plus jeune a donc, au minimum, 30 ans, est très racé, aux connotations de figue sèche et de cacao, légèrement fumées, d’une grande onctuosité en bouche, très parfumé (noix, pruneau), d’une longue finale.
“Notre Blanche Armagnac, nous dit Benoît Hillion, est issue d’un assemblage des cépages Ugni Blanc, Baco et Folle Blanche. À la sortie de l’Alambic, le distillat qui titre 60° est réduit de nombreuses fois afin de libérer progressivement ses arômes et obtenir une eau-de-viedont la finesse et la longueur en bouche sont remarquables. Nous faisons une réduction en plusieurs étapes successives, puis une stabilisation en cuves Inox pendant 3 mois, le degré de commercialisation est de 43°. Sa couleur est limpide, son nez a des notes defleurs blanches, poire, pomme, baie de genièvre. On retrouve en bouche les mêmes arômes, avec une finale aux notes d’amande douce typique des cépages armagnacais. Belle texture à la fois puissante et onctueuse, remarquable longueur.”
 

Château GARREAUALCOOLS Château GARREAU

Château GARREAU

(ALCOOLS)
Carole Garreau

40240 La Bastide d'Armagnac
Téléphone :05 58 44 81 08 et 05 58 44 84 35
Télécopie : 05 58 44 87 07
Email : chateau.garreau@wanadoo.fr
Site : www.chateau-garreau.fr

Carole Garreau, son père et son mari, ont repris en 2006 la propriété familiale (depuis 1919), auparavant tenue par son oncle. Ils sont passionnés et maîtrisent l’ensemble du processus, de la vigne à l’élevage de leurs Armagnacs dans un chai souterrain unique en son genre. Sur leur site, ils hébergent également l’Écomusée de l’Armagnac qui permet de faire mieux découvrir ce formidable produit, au travers d’un Musée des vigneronset d’un Musée des alambics.
Vous aimerez cet Armagnac Napoléon, bien sec comme il se doit, où la richesse s’allie à l’élégance, avec des notes de fruits surmûris, de vanille et d’humus. L’Armagnac cuvée Royale, où l’on retrouve alors desarômes doux et délicats comme la figue mûre et les épices, développe une bouche puissante et chaude, d’une grande finale. Beau Bas Armagnac XO 15 Ans, 80% Baco, Ugni Blanc et Folle Blanche, qui fleure bon l’abricot, de bouche pleine, avec une finale de pruneau macéré bien typique. Le Bas Armagnac Millésime 1985 40%, médaille de Bronze Paris 2009, est remarquable, marqué par ces connotations de rancio, d’épices et de fruits cuits, avec, en bouche, des nuances de moka et de caramel très délicates.
 

GELASALCOOLS GELAS

GELAS

(ALCOOLS)
Philippe Gélas
46 - 48, avenue Edmond Bergès
32190 Vic-Ferenzac
Téléphone :05 62 06 30 11
Télécopie : 05 62 06 58 95
Email : contact@gelas.fr
Site : www.gelas.fr

Si l’on retrouve des traces de la famille à partir de 1246, et dans celle du Mousquetaire du Roi D’Artagnan (né Charles de Batz), c’est surtout vers la moitié du XIXe siècle que la famille Gélas lie son destin avec celui de l’Armagnac.
Guillaume Gélas, tonnelier de son état, cède en 1865 son affaire à son fils Baptiste. Après la seconde guerre mondiale, Pierre Gélas révolutionne son époque en présentant en exclusivité des Armagnacs issus des terroirs du Bas Armagnac et de la Ténarèze à leur degré naturel de vieillissement et sans réduction. Cette sélection unique de propriétaires lui confère une notoriété sur les plus grandes tables françaises et étrangères. Aujourd’hui, son fils Philippe, représentant la quatrième génération de la famille Gélas, dirige la société depuis fin 2001.
Savoureux Bas Armagnac 25 ans 40%, de très belle couleur ambré, de bouche savoureuse avec ces notes de fruits confits, de vanille et d’humus, très équilibré, tout en finesse, avec ces connotations de figue sèche, légèrement fumées, en finale, tout en bouche. 
Autre style, avec ces bouteilles qui terminent leur élevage dans des fûts de différentes origines. Pour exemple, ce Bas Armagnac 8 ans Single Cask Château Coutet 1er Cru de Sauternes est particulièrement marqué par des notes de prunau et de grillé, de bouche à la foisronde et vive, d’une bien jolie persistance. Excellent Bas Armagnac 12 ans Single Cask Emilio Lustau Oloroso, à dominante des Baco etUgni Blanc, qui fleure la vanille avec une touche de café, et dégage aux papilles des connotations de fruits macéra, de noix et d’épices douces, très séduisant.
Le Bas Armagnac 18 ans Single Cask Porto Barros est particuièrement charmeur, au nez envoûtant de fruits secs, de bouche intense, avec ces nuances de réglisse et d’orange amère, superbe, à prévoir, par exemple, sur un dessert au fruits rouges, nappé de chocolat.
 

 

Écrire un commentaire

Optionnel

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu