Avertir le modérateur

Loisirs

  • L’ACCORD IDÉAL DES VINS ET DES METS DU MONDE

     

     

    La règle de base : savoir s’adapter à la gastronomie et aux habitudes alimentaires de chaque pays. La gastronomie d’un pays explique en effet toujours le vin que l’on y produit, et vice-versa. Si les vins rouges espagnols ou grecs sont corsés et riches, c’est parce qu’ils s’adaptent parfaitement avec les plats épicés que l’on prépare dans ces pays. C’est le même cas à Bandol ou au Chili.

    Les vins blancs secs et moelleux ont une explication plus pragmatique : on les boit soit (et surtout) en dehors des repas, à l’apéritif ou en soirée, comme on le fait en Allemagne ou en Californie, soit à table, avec des mets recherchés, qui vont de l’escalope de veau à la crème avec un Meursault, au foie gras avec un Sauternes.

    A l’apéritif, nous avons le choix : les vins blancs secs donc, les liquoreux, ceux de Muscat (Grèce, Chypre, Afrique du Sud, France), comme les vins vinés (du Madère au Banyuls). Sans oublier les innombrables alcools blancs (Gin, Vodka) ou non (Whisky, Porto…), purs ou en cocktails. Les rouges ne sont pas réellement faits pour cela.

    En fait, on comprend beaucoup mieux le style des vins californiens ou australiens quand on goûte les mets locaux. Peu d’habitudes de repas, comme ceux que nous connaissons, aux États-Unis , et ceci explique que les vins à la mode soient des blancs secs ou des rouges outrageusement parfumés, qui masquent le contenu de l’assiette, ou que l’on boit à d’autres occasions.

    A l’inverse, en Bulgarie comme en Italie, en France comme en Espagne, la gastronomie, omniprésente, vient s’associer avec chaque type de vin, selon chaque région (beaucoup de plats sont d’ailleurs faits au vin dans ces pays). Sur un tout autre plan qualitatif, il en est de même en Chine, où les épices s’accordent très bien avec les eaux-de-vie comme le Brandy à l’eau…

    A L’APÉRITIF

    Champagne ou autres mousseux, Sauternes, Xérès, Porto, Vins Doux Naturels et la plupart des vins blancs secs ou moelleux du monde comme un beau Muscat de Patras, en Grèce.

    AVEC LES ENTRÉES

    Asperges : un Muscat d’Alsace.

    Artichaut : un bon rosé sec d’Anjou.

    Avocat : des blancs secs (Sauvignon, Gewurztraminer), voire légèrement moelleux (Rheinpflaz Spätlese ou demi-secs d’Anjou).

    Caviar : Corton-Charlemagne, Champagne, Pouilly-Fumé, Vodka.

    Choucroute : Tokay d’Alsace ou Riesling allemand.

    Escargots : un Bourgogne, rouge ou blanc. Sinon, des vins italiens comme le Nebbiolo ou le Brunello.

    Foie gras : Champagne rosé ou de grand millésime, assez vineux, Gewurztraminer et Tokay de vendanges tardives si le foie d’oie est alsacien, Barsac ou Sauternes si c’est un foie de canard du Sud-Ouest, voire un Porto Vintage.

    Jambon de Parme ou de San Daniele : blancs secs (italiens bien sûr, comme le Chianti, voire un Mâcon-Villages); essayez aussi des blancs moelleux alsaciens ou allemands. Avec les jambons de montagne classiques, prenez les vins de la région ou du pays.

    Œufs : des rouges légers et frais (Beaujolais…), voire un Clairet de Bordeaux ou un rosé de Tavel.

    Pâtes, sauce à la crème : blancs secs italiens, voire un Dolcetto rouge.

    Pâtes, sauce tomate : les rouges italiens bien évidemment (Chianti Classico, Barbera…), ou un Côtes-du-Rhône-Villages.

    Pâtés et terrines : des vins assez typés, solides comme un cru du Beaujolais (Morgon…), un Madiran, un Chinon, ou des vins rouges espagnols…

    Potages : soit un Champagne (rosé, de préférence), soit des rouges frais et jeunes (Beaujolais, Lambrusco…).

    Quiche : un Tokay d’Alsace jeune, ou des demi-secs de Loire.

    Paella : bien évidemment, les vins espagnols rouges, puissants et épicés, voire un Bandol rouge ou un Côtes-du-Rhône-Villages.

    Saumon fumé : Pouilly-Fumé (ma préférence) ou Xérès fino.

    Terrines de légumes : des vins blancs légers (Italie, Loire).

    AVEC LES FRUITS DE MER ET LES CRUSTACÉS

    Coquillages : un vrai Muscadet, ou un blanc très sec et très jeune comme le Vinho Verde du Portugal.

    Coquilles Saint-Jacques : soit un blanc sec et onctueux à la fois (Graves, Pouilly-Fuissé, Chablis), soit un blanc moelleux si elles sont préparées à la crème. Les vins de Chardonnay et Sémillon provenant de l’Afrique du Sud et de la Californie conviennent.

    Crevettes : la plupart des blancs, et surtout ceux d’Alsace, d’Allemagne et d’Autriche.

    Cuisses de grenouilles : un blanc plus rond, fruité comme un Entre-Deux-Mers, un Sauvignon de Loire ou d’Australie.

    Écrevisses : un Pouilly-Fumé.

    Homard : des vins suaves et parfumés comme les Corton-Charlemagne, Meursault, Tokay d’Alsace ou Rheingau Spätlese d’Allemagne.

    Huîtres et moules : Sylvaner, Muscadet, Entre-Deux-Mers, Vinho Verde, et bières…

    AVEC LES POISSONS

    Bouillabaisse : des blancs (Cassis, Bandol, Côtes-de-Provence), voire un rosé frais et fruité.

    Poissons grillés : des vins blancs secs (Anjou, Mâcon, Vinho Verde, Pinot blanc, Entre-Deux-Mers…).

    Poissons en sauce ou à la crème : des vins blancs puissants (Meursault, Tokay, Rheingau Spätlese), voire liquoreux.

    Poissons de rivière : des vins blancs relativement secs comme le Sancerre, un bon Bourgogne blanc (Chassagne-Montrachet), un Riesling d’Alsace ou d’Allemagne.

    Sardines fraîches : Vinho Verde, ou un autre blanc très sec et très frais.
    Saumon grillé : des vins blancs puissants (Pouilly-Fuissé, Chablis, Montrachet).

    AVEC LES VIANDES

    – Avec les viandes blanches

    Brochettes et côtelettes d’agneau : la plupart des vins rouges, avec une préférence pour les Bordeaux relativement souples ou un Bardolino italien.

    Gigot d’agneau : des Bordeaux plus tanniques (Médoc), un Barolo italien et un Zinfandel de Californie ou d’Afrique du Sud.

    Curry d’agneau : un vin blanc onctueux et épicé comme le Gewurztraminer, un Rheinriesling allemand ou d’Afrique du Sud, voire un grand Condrieu ou un Hermitage.

    Jambon, côtes et rôti de porc : des rouges légers (Barbaresco, Beaujolais, Chianti, Pinot d’Alsace).

    Côtes, escalopes et ris de veau : des rouges légers également, tout en rondeur (Argentine, Italie, et vins de Pinot noir) .

    Côtes, escalopes et ris de veau à la crème : un grand Bourgogne blanc (Puligny-Montrachet ou Meursault), voire un rouge suave comme le Dolcetto ou le Tignanello.

    Moussaka : vin rouge grec ou Mavrud.

    Rognons : des vins riches et corsés, rouges ou blancs selon leur préparation (crus de la vallée du Rhône, Chianti, Rioja, vins d’Afrique du Sud et du Chili).

    – Avec les viandes rouges

    Bœuf rôti : la plupart des vins rouges assez corsés et tanniques, avec une préférence pour les Bordeaux, et autres vins de Cabernet-Sauvignon et de Merlot (Afrique du Sud, Chili), relativement jeunes. Les vins italiens vont parfaitement (Tignanello, Montepulciano, Gattinara).

    Bœuf bourguignon (ou pot-au-feu) : le même vin rouge que celui employé pour la cuisson, et tout particulièrement un Bourgogne puissant (Mercurey, Pommard, Nuits-Saint-Georges), un Gigondas, un Côte-Rôtie, un Rioja, un Mavrud, un Bandol, un vin chilien ou un Barolo.

    Gigot en croûte : rouges souples, intenses et parfumés comme ceux du Libournais, d’Afrique du Sud, du Chili et d’Italie.

    – Avec les volailles et le gibier

    Canard : des vins puissants et parfumés comme un Hermitage, un Châteauneuf-du-Pape, un Moulin-à-Vent, un Pommard, un Tignanello ou un Barolo italiens, un Cabernet-Sauvignon du Chili, un Shiraz d’Afrique du Sud, un Corton ou un Pauillac.

    Confit de canard : des vins corsés (Madiran, Cahors, Saint-Émilion, Barolo, Nebbiolo, Zinfandel).

    Oie : soit un vin blanc légèrement moelleux (Anjou…), soit des rouges frais et légers (Chianti, Beaujolais, Touraine…).

    Oie (farcie) : des vins souples et fruités comme le Valpolicella, ceux du Penedés, un Médoc (et par extension, les autres rouges issus du Cabernet-Sauvignon comme ceux de Californie, de Nouvelle-Zélande ou de Bulgarie), ou un Côte-de-Beaune.
    Poulet rôti : la plupart des vins rouges assez jeunes. Les vins d’Argentine vont bien comme ceux de la vallée du Rhône et de Bordeaux.

    Poulet à la crème (ou en sauce) : surtout des blancs demi-secs ou moelleux de Loire, un grand Bourgogne blanc (Chassagne-Montrachet, Auxey-Duresses), et des vins de Chardonnay provenant de Nouvelle-Zélande ou de Californie.

    Gibier à plumes : des rouges corsés (Pommard, Hermitage, Moulin-à-Vent, Bandol, Barolo, Saint-Estèphe…), voire des blancs de vendanges tardives. Pour l’exotisme, un Zinfandel de Californie ou d’Afrique du Sud, et les vins issus de la Syrah.

    Gibier à poils : des rouges encore plus puissants, parvenant à maturité (Côte-Rôtie, Rioja, Barolo, vins de Syrah plus âgés d’Afrique du Sud, vins chiliens de Cabernet-Sauvignon).

    AVEC LES FROMAGES

    En réalité, et contrairement à des habitudes de consommation courantes, ce sont les vins blancs qui s’accordent le plus avec les fromages.

    Fondue au fromage : impérativement des vins blancs de montagne (Savoie, Suisse, Italie du Nord, Australie…).

    Fromages de chèvre : un Sancerre ou un Anjou demi-sec, sinon un Vinho Verde portugais.

    Fromages à pâte sèche : des blancs secs de montagne ou légèrement moelleux (Val de Loire, Allemagne, Hongrie).

    Fromages doux à pâte molle : des rouges légers et fruités (Beaujolais), et des blancs parfumés (Savoie, Suisse, Alsace, Italie, Australie…).

    Fromages forts à pâte molle : vins blancs secs ou demi-secs (Anjou, Gewurztraminer, Tokay, Auslese d’Allemagne ou d’Autriche, Châteauneuf-du-Pape, Saint-Joseph…). Goûtez aussi un Barolo, un vin du Chili, ou un cru de la vallée du Rhône.

    Fromages persillés : en dehors d’un grand Porto Vintage (ma folie sur un roquefort), uniquement des grands vins blancs moelleux et doux d’Alsace (Gewurztraminer vendange tardive), d’Allemagne (Trockenbeerenauslese d’Allemagne), de la Loire (Quarts-de-Chaume, Bonnezeaux), de Bordeaux (Sauternes), ou de Xérès. Sinon, les vins vinés d’Afrique du Sud ou d’Australie.

    AVEC LES DESSERTS

    Avec la plupart des desserts (à l’exception des fruits et des glaces), les vins doux comme un Muscat de Beaumes-de-Venise ou de Patras (Grèce), un Madère, un Porto, voire, plus simplement, le fameux Asti Spumante (Italie).

    Plus liquoreux, un Sauternes, un Moscatel, un vin de Chypre ou un superbe Tokay hongrois, un Quarts-de-Chaume de la Loire ou une vendange tardive d’Alsace ou d’Allemagne.

    Avec le chocolat : un Banyuls Rimage, un vieux Porto Vintage, ou un Tokay de nouveau.

    EN DIGESTIF

    Poursuivez soit avec un Porto Vintage si vous l’avez pris sur le fromage, soit dans les grands spiritueux traditionnels comme un Bas-Armagnac, un Cognac X.O., une eau-de-vie de fruits (Prune, Poire Williams…), une liqueur (une crème de mûre pure, par exemple), voire un Whisky de malt.

  • QUELS PLATS SUR LES MEILLEURS VINS DE POUILLY-FUME ?

    BARILLOT Père et Fils

    (POUILLY-FUMÉ)
    Frédéric et Elisabeth Barillot
    36, rue Louis-Joseph-Gousse - Le Bouchot
    58150 Pouilly-sur-Loire
    Téléphone :03 86 39 15 29
    Télécopie : 03 86 39 09 52
    Email : barillotpouilly@wanadoo.fr

    Né aux environs de 1770, le domaine familial est situé au coeur du vignoble, sur 11 ha (95% en Sauvignon duquel est issu le Pouilly-Fumé et 5 % en Chasselas, qui produit le Pouilly-sur-Loire, terrains argilo-calcaires, élevage en cuves Inox thermo-régulées).
    On est bien au sommet avec leur Pouilly-Fumé Camillium 2014, issu de vieilles vignes de Sauvignon, complexe, qui associe fraîcheur et charpente, un vin que j’ai particulièrement apprécié par sa complexité d’arômes et sa longueur, toujours une référence dans la région. Le Pouilly-Fumé 2015, tout en persistance, suave, au bouquet complexe où se retrouvent des notes d’amande, d’abricot frais et de bruyère, un vin bien marqué par son Sauvignon qui lui donne cette fraîcheur au palais bien agréable.
    Très joli Pouilly-sur-Loire 2015, qui sent bon son Chasselas, un vin bien classique, au nez complexe à dominante de fruits frais, de robe jaune clair, riche et intense, tout en nuances.

    Domaine Guy BAUDIN

    Domaine Guy BAUDIN

    (POUILLY-FUMÉ)
    Lilian Baudin
    Les Loges
    58150 Pouilly-sur-Loire
    Téléphone :03 86 20 12 47
    Télécopie : 03 86 39 17 13
    Email : lilianbaudin@yahoo.fr
    Site : www.domaineguybaudin.com

    Un domaine familial qui est le fruit d'une longue tradition de vignerons, qui remonte à 1685. Il s'étend tout autour du hameau des Loges, village vigneron classé, et est bordé par la Loire, rivière sauvage s'il en est, et classée réserve naturelle sur 20 km. Sur 12 ha de vignes, 11 sont consacrés à la production de Pouilly-Fumé, et un hectare à la production de Pouilly sur Loire. Vendanges manuelles sans désherbant. Lilian Baudin s’est installé depuis janvier 2012, suite à le retraite de son père Guy et ont créé une société ensemble la Scea Domaine Guy Baudin et Fils.
    Très séduisant Pouilly-Fumé Les Charmes 2015, provenant de sols argilo-calcaires sur marnes kimméridgiennes, de robe jaune pâle, puissant et élégant à la fois, avec des senteurs subtiles de chèvrefeuille, de pomme et de grillé, est un vin de bouche très persistante.
    Le Pouilly-sur-Loire est tout en bouche, bien marqué par son Chasselas, un vin tendre, vif.

    Francis BLANCHET

    Francis BLANCHET

    (POUILLY-FUMÉ)

    33 et 35, rue Louis-Joseph-Gousse - Le Bouchot
    58150 Pouilly-sur-Loire
    Téléphone :03 86 39 05 90
    Télécopie : 03 86 39 13 19
    Email : contact@vins-francis-blanchet.fr
    Site : www.vins-francis-blanchet.fr

    Le vignoble est composé de 9,5 ha répartis sur différents sols (marnes kimméridgiennes, argiles à silex, calcaires du barrois et calcaires en plaquettes de villiers).
    “Notre philosophie, dit-on, est de préserver l'héritage de nos anciens : la qualité et la diversité de nos terroirs, afin de pouvoir les transmettre à nos enfants. Depuis plus de 15 ans, nous avons choisi de protéger la diversité biologique de nos sols. En fonction des parcelles, soit nous enherbons les rangs de vignes, soit nous passons la charrue et les interceps afin d'enlever les herbes indésirables. En effectuant plusieurs fois par semaine le tour régulier de toutes nos parcelles, nous réfléchissons nos interventions phytosanitaires afin de réduire l'impact sur l'environnement. Cette conduite raisonnée du travail de la vigne favorise la protection de la plante, des terroirs et permet de produire des raisins de meilleure qualité.”
    Superbe Pouilly-Fumé Silice 2015, marqué par son terroir argilo-siliceux (vignes de 20 ans), issu d’un pressurage direct, sans macération, de robe jauneclair, délicat avec ces notes de petits fruits secs et de rose, un vin très séduisant par sa structure et sa persistance d’arômes, bien typé.
    Le Pouilly-Fumé Kriotine 2015, Sauvignon issu de sélection massale dans de très vieilles vignes, fermentation avec des levures indigènes, pressurage immédiat (sans macération) lent et à faible pression, avec des arômes d’agrumes frais, un vin de bouche persistante, suave mais vif, d’une très belle finale aromatique, vraiment savoureux, à déboucher aussi bien sur une langouste que sur du veau grillé. Le Pouilly-Fumé Calcite 2015 possède sa propre originalité, marqué par son terroir qui lui transmet des notes minérales, tout en finesse, mêle nervosité et distinction, au nez envoûtant et persistant, aux nuances de fleurs blanches et de pomme reinette.

     

    CAVES de POUILLY-SUR-LOIREPOUILLY-FUMÉ CAVES de POUILLY-SUR-LOIRE

    CAVES de POUILLY-SUR-LOIRE

    (POUILLY-FUMÉ)
    Directeur : Christophe Denoël
    Les Moulins-à-Vent - BP 9
    58150 Pouilly-sur-Loire
    Téléphone :03 86 39 10 99
    Télécopie : 03 86 39 02 28
    Email : caves.pouilly.loire@wanadoo.fr
    Site : www.cavespouillysurloire.com

    Cave de premier ordre qui vinifie 15% de la production, sur sols kimméridgiens coquillés principalement (terres blanches), d’argiles à silex (Saint-Andelain), de Portlandien et des terrasses alluviales en bord de Loire.
    En 2017, nous détaille Christophe Denoël, nous vendrons nos Pouilly-Fumé Moulins à Vent 2015, La Chevalière 2014, les cuvées Tonelum 2013 et 2014, Le Poirier Fou 2013. En Coteaux Du Giennois rouge, Grand Quercus 2014, le Pouilly sur Loire Moulins à Vent 2015, et le Vib de France Les Terres Blanches 2015.
    Le Pouilly fumé 2016 est un vin riche, particulièrement fruité et très équilibré. Il se situe entre le 2014 et le 2015. Toutefois, il existe d'importantes variations dans le style et les caractéristiques analytiques des vins selon l'origine des raisins : les zones fortement impactées par le gel et les autres.
    Deux nouvelles cuvées seront proposées à la vente : un Coteau du Giennois 2014 (malo, vieillissement en fûts et très forte dominante de Pinot Noir (Grand Quercus : 3000 bouteilles produites)
    Un Pouilly-Fumé Le Poirier Fou 2014, un vin produit avec des raisins issus d'une sélection parcellaire (sol calcaire- barrois). La production est également de 3000 bouteilles. C'est le quatrième millésime de cette cuvée, mais le premier à revendiquer le nom de lieu-dit.
    Ces deux cuvées seront principalement proposées dans notre caveau de vente mais aussi à des cavistes indépendants et la restauration. Pas d'investissements notables prévus cette année en raison de la baisse de récolte liée au gel (50 % d'une récolte classique).”
    Superbe Pouilly-Fumé Tonelum Vieilles Vignes 2014, élevé en fûts de chêne, un très joli vin typé, de bouche puissante, aux connotations complexes où dominent les fleurs (aubépine, genêt), un vin riche qui s’associe avec une daurade meunière au chou vert ou une matelote de roussette. 
    Ce Pouilly-Fumé Le Poirier Fou 2014, aux connotations subtiles de petites fleurs blanches, avec cette pointe d’épices en finale, est très parfumé, un vin sec et gras à la fois, tout en bouche comme cet autre Pouilly-Fumé La Mariée 2014, un vin de jolie robe dorée, très équilibré, d’une belle harmonie, tout en fruité et en finesse, souple, aux arômes de noisette, bien vinifié comme ce Pouilly-Fumé La Baudière 2015, tout en persistance aromatique, alliant finesse et suavité, aux senteurs persistantes d’amande fraîche et de pêche blanche. 
    Le Pouilly-sur-Loire Les Moulins à Vents 2015 est un vin franc, frais et friand.

    André DEZAT et FilsPOUILLY-FUMÉ André DEZAT et Fils

    André DEZAT et Fils

    (POUILLY-FUMÉ)

    Rue des Tonneliers - Chaudoux
    18300 Verdigny
    Téléphone :02 48 79 38 82
    Télécopie : 02 48 79 38 24
    Email : dezat.andre@terre-net.fr
    Site : www.dezat-sancerre.com

    La famille est l’une des plus anciennes familles du Sancerrois. On la retrouve dans les archives dès 1550. André Dezat reprend en main le vignoble en 1948 et s’implique activement dans la promotion des vins de Sancerre. Dans les années 1970, ses fils Louis et Simon le rejoignent. Le domaine se modernise, prend un nouvel élan, notamment dans la production de vins de Sancerre et de Pouilly-Fumé. Plus récemment, Arnaud et Firmin, les petits-fils, ont fait leur entrée dans l’entreprise familiale.
    Leur vignoble de Sancerre s’étend sur 15 ha plantés en Sauvignon blanc et 7 ha en Pinot Noir répartis essentiellement sur les communes de Verdigny, Sury en Vaux, Sancerre, Vinon et Veaugues. Celui de Pouilly-Fumé représente près de 16 ha de vignes uniquement plantés en cépageSauvignon blanc (ou blanc Fumé) répartis sur les communes de Pouilly, Saint Laurent, Tracy et Saint-Martin sur Nohain.
    Pour Firmin Dezat, “le millésime 2016 blanc est frais, aromatique, il ressemble au 2015, avec un peu moins de longueur. Le rouge 2016 est exceptionnel, une belle concentration en Pinots noirs et en fruits rouges très mûrs. Le vin d'une grande année.”
    Il continue de s'agrandir en Menetou-Salon, et apporte des modifications au pressoir, tris de la vendange, tapis roulant… à la vente en 2017, les 2015, puis à partir d'Avril, les 2016 en Sancerre blanc, Pouilly-Fumé, Menetou-Salon 2016, et en rouge, le Sancerre Prestige 2015.
    Superbe Pouilly-Fumé Domaine Thibault 2013, pur Sauvignon sur sol de caillottes et de marnes kimméridgiennes, élevé en cuves Inox, très parfumé (pêche, coing, narcisse), d’une bouche particulièrement séduisante, soyeuse mais vivace, savoureuse. La cuvée Séduction 2013, ample et bien harmonieuse, sent les noisettes et la pêche blanche, un vin de bouche délicate mais dense, à prévoir avec un lapin de garenne sauté au Sancerre, notamment.
    Remarquable Sancerre blanc Les Celliers Saint-Romble, sol de silex, au nez fleuri, suave et puissant, d’une très belle persistance aromatique au palais, avec des nuances de pêche, de citron et de tilleul, avec une pointe de musc séduisante. La cuvée Prestige blanc 2013, élevée en fûts de chêne avec vinification à l'ancienne, un vin qui m’a bien séduit, ample, très charmeur, tout en puissance aromatique, au nez délicat où s’entremêlent les fruits, la bruyère et les fleurs, avec cette bouche complexe, riche, très savoureuse.

    Domaine LANDRAT-GUYOLLOT

    Domaine LANDRAT-GUYOLLOT

    (POUILLY-FUMÉ)

    Les Berthiers - 16, rue du Mont Beauvois
    58150 Saint-Andelain
    Téléphone :03 86 39 11 83
    Télécopie : 03 86 39 11 65
    Email : landrat-guyollot@wanadoo.fr
    Site : www.landrat-guyollot.com

    Le domaine de 16,50 ha, constitué de parcelles situées dans des lieux-dits réputés, a été patiemment réuni par dix générations de vignerons, sur un terroir typique de marnes kimméridgiennes et de silex, de sols argilo-calcaires et siliceux. Et la charte éthique du Domaine a de quoi séduire :
    - Garantir des vins naturels et authentiques : en respectant le patrimoine exceptionnel que constituent nos terroirs, par le choix d’une viticulture raisonnée, en perpétuant un savoir-faire vieux de plusieurs générations, en mettant en place la traçabilité de chaque phase de l’élaboration de nos vins.
    - Minimiser notre impact sur l’environnement: en ajustant la fertilisation aux besoins de chaque vigne et en limitant les traitements phytosanitaires à leur juste nécessaire, en renforçant l’éco-conception de nos packagings, en triant nos déchets pour leur recyclage.
    - Etablir un lien privilégié avec nos clients en leur offrant : des vins d’artisans vignerons, issus à 100 % de notre domaine familial, une gamme structurée et attractive de vins du Vignoble de Pouilly/Loire, une garantie de qualité à travers nos nombreuses référence, un accueil chaleureux pour tous nos visiteurs.
    Coup de cœur pour ce Pouilly-Fumé La Rambarde 2015, sol argilo-calcaire, élevage sur lies fines, séduisant par ces nuances de chèvrefeuille et de citronnelle, de bouche subtile et puissante (fougère, pomme), suave et sec à la fois.
    Beau Pouilly-Fumé Gemme Océane 2015, dont la forme de la bouteille est très originale, aux notes discrètes de noix et de rose, qui allie fraîcheur et charpente, tout en arômes, et se débouche sur des huîtres au four ou un jarret de veau en gelée.

    Scea Roger PABIOT et ses Fils

    Scea Roger PABIOT et ses Fils

    (POUILLY-FUMÉ)
    Gérard et Bernard Pabiot
    Boisgibault - 13, route de Pouilly
    58150 Tracy-sur-Loire
    Téléphone :03 86 26 18 41
    Télécopie : 03 86 26 19 89
    Email : domainerogerpabiot@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/domainerogerpabiot
    Site : www.domainerogerpabiot.com

    L’histoire commença au XIXe siècle, Gustave Pabiot, cultivait déjà la vigne puis son fils Roger, de retour de la guerre, s’installa.
    Aujourd’hui, ses fils Bernard et Gérard Pabiot cultivent 22 ha dont certaines parcelles sont centenaires.
    Les générations se succèdent avec pour héritage la passion et l’amour pour ce terroir comme en témoigne l’arrivée de Pauline, la fille de Gérard, marquant la 5e génération. Les vignes implantées sur les coteaux dominant la Loire, des Beauregard aux Girarmes, profitent d’un micro-climat tempéré et ensoleillé. De la vigne à la cave, la volonté est de sublimer le terroir. La lutte raisonnée permet une adéquation entre les exigences de la vigne et celle du viticulteur soucieux de son environnement. Ce vignoble, représentatif des quatre types de sols de la région (calcaire dur ou caillottes, argile à silex, terrasse sableuse, marnes kimméridgiennes), produit des vins de caractère.
    Formidable Pouilly-Fumé silex 2012, marqué par son terroir, très parfumé, très typé, aux notes d’agrumes, de grillé et de fleurs fraîches, tout en bouche, d’une belle persistance. Le Pouilly-Fumé Coteau-des-Girarmes 2015, de bouche puissante et persistante, riche en arômes (fruits frais, aubépine...), à déboucher avec un saumon braisé au Sauvignon ou un poisson froid aux champignons à la crème.
    Très joli Pouilly-sur-Loire 2015, équilibré, à la bouche fondue, un vin franc mais tout en nuances, tout en nervosité, comme il se doit.

    Domaine Bernard PETIT & Fille

    Domaine Bernard PETIT & Fille

    (POUILLY-FUMÉ)
    Bernard et Aurélie Petit
    3, impasse de la Tuilerie
    58150 Pouilly-sur-Loire
    Téléphone :03 86 39 04 09
    Télécopie : 03 86 39 04 09
    Email : petitbernard58@orange.fr

    Une exploitation familiale qui cultive la vigne avec passion depuis trois générations, où Aurélie rejoint son père après des études viticulture-œnologie et vinifie son premier millésime en tant qu’exploitante vinicole en 2009. Labours, pas d’engrais chimiques, amendements organiques uniquement, traitements phytosanitaires raisonnés. Vendanges mécaniques.
    Bien typé, leur Pouilly-Fumé 2015 fleure bon le genêt, la pomme et la noix, un vin typé qui allie élégance et structure, finesse et persistance, puissance et distinction, tout en arômes, tout en bouche. Le 2014, au nez fleuri, qui développe une très belle persistance aromatique en bouche, avec des nuances de pêche et de tilleul, très bien équilibré en finale, un vin de jolie robe dorée, tout en finesse et distinction. 
    Goûtez le Pouilly-sur-Loire 2015, pur Chasselas sur un terroir de marne kimméridgiennes, un vin très aromatique, qui séduit par ses connotations de musc et d’aubépine, tout en bouche, d’une finale fraîche.
  • RHÔNE : LES VINS N'ONT JAMAIS ETE AUSSI BONS

    2407.jpgUne grande dégustation conviviale organisée à Châteauneuf-du-Pape, où le top de la Vallée du Rhône était présent, de Condrieu à Gigondas, de Vacqueyras à Saint-Joseph, de de Beaumes-de-Venise à Vinsobres, de Côte-Rôtie à Cairanne...

    Le Classement parle de lui-même, et c’est la grande régularité qualitative, qui prime, ici comme ailleurs, avec des vins racés, chaleureux, dont le rapport qualité-prix-plaisir est toujours exceptionnel.

    On s’en assure, à Châteauneuf-du-Pape, à Mont-Redon, Fortia, Méreuille, Serguier, Tour-Saint-Michel, Beauchêne, 3 Cellier, Jacumin, et chez les Mathieu.

    En Côte-Rôtie, le Domaine des Rosiers, et celui des Levet.

    Redortier est toujours au sommet à Beaumes de-Venise, avec Beauvalcinte, Arnoux élève des vins superbes à Vacqueyras, Alary est à la tête de l’appellation Cairanne, avec Gayère,  Deurre, à celle de Vinsobres, Lauribert, à celle de Visan, et, en Côtes-du-Rhône-Villages, les incontournables sont le Domaine de l’Amauve, Saint-Estève, Croix Blanche, Magalanne et Valériane, quand le Moulin du Pourpré reste le fer de lance des Côtes-du-Rhône.

    On poursuit avec un bon nombre de vignerons talentueux que l’on retrouve, toutes appellations confondues, à Montine, Moulin, Tara, Canorgue, Jaboulet, Or et de Gueules, Gravennes, Bizard, Amadieu, Trois Colombes Les Rameaux, Charbonnière, Camarette, Carabiniers, Clavel, Châteauvieux, Clos des Cazaux, Farge, Faure, Flacher, Enchanteurs, Fontvert...  

     

    Parmi les nouveaux, de superbes Châteauneuf-du-Pape chez Gradassi, Solitude, Haut Terres Blanches, Sabon de Rocheville, Bois de Boursan, d’autres vins remarquables chez Christophe Pichon, Grangier, Rouchier, Verrerie, Masquin, Peyre, Joncier, Aureto, Abbé Dîne, Collines, Croix des Pins, Fontenille...

    Cliquez sur le nom pour accéder gratuitement aux commentaires du Guide Dussert-Gerber des Vins

    Domaine Les 3 CELLIER
    Domaine l'ABBE DINE
    Domaine ALARY
    Pierre AMADIEU
    Domaine de L'AMAUVE
    ARNOUX & Fils
    Domaine Juliette AVRIL
    Château BEAUCHENE
    Domaine BEAUVALCINTE
    Domaine des BERNARDINS
    Château BIZARD
    Domaine de La CAMARETTE
    Château La CANORGUE
    Domaine des CARABINIERS
    CLOS des CAZAUX
    Caveau CECILE DES VIGNES
    Domaine de CHAMP-LONG
    Domaine de la CHAPELLE
    Domaine de la CHARBONNIERE
    Domaine CLAVEL
    Domaine Benjamin et David DUCLAUX
    Domaine des ENCHANTEURS
    Guy FARGE
    Domaine Jacques FAURE
    Domaine FLACHER
    Château FONTVERT
    Château FORTIA
    Domaine la GARRIGUE
    Domaine de La GAYÈRE
    Domaine GRANGIER
    Domaine des GRAVENNES
    Cave des Vignerons du GRAVILLAS
    Domaine Philippe & Vincent JABOULET
    Domaine des LAURIBERT
    Vignobles LEVET
    Domaine de MAGALANNE
    Domaine André MATHIEU
    Domaine La MEREUILLE
    Château MONT-REDON
    Domaine de MONTINE
    Domaine du MOULIN
    Domaine MOULIN du POURPRÉ
    Château d'OR et de GUEULES
    Château PESQUIÉ
    Domaine des PEYRE
    LE PUY DES ARTS
    Château REDORTIER
    Château La ROLIÈRE
    Domaine de ROSIERS
    Domaine ROUCHIER
    Domaine de La ROYERE
    SABON DE ROCHEVILLE
    Château SAINT-ESTEVE D'UCHAUX
    Clos SAINT PIERRE
    Domaine SAJE
    Domaine SERGUIER
    Domaine de TARA
    Domaine TOUR SAINT-MICHEL
    Château TROIS COLOMBES les RAMEAUX
    Domaine de la VALÉRIANE


    Ou vous pouvez chercher par région :

    Alsace
    Beaujolais
    Bordeaux
    Bourgogne
    Champagne
    Jura
    Savoie
    Languedoc
    Provence-Corse
    Sud-Ouest-Périgord
    Val de Loire
    Vallée du Rhône

    Ou vous pouvez choisir de consulter l'index des producteurs en cliquant sur la première lettre du nom recherché
    A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

  • VINGT VINS TYPES, RACES, ELEVES PAR DES PASSIONNES

    HGqdfsh

    CHAMPAGNE GOSSET


    AY
    La continuité familiale prime ici. Aujourd’hui, Jean-Pierre Cointreau, par ailleurs président du Syndicat national des producteurs de liqueurs, assume ses fonctions au sein des différentes entités du Groupe familial et entend mener un développement pérenne de ces deux sociétés, Champagne Gosset et Cognac Frapin. Pour l’histoire, le Champagne Gosset, la plus ancienne Maison des Vins de la Champagne : Ay 1584, a été acquise par le groupe familial Renaud-Cointreau (Domaine Frapin, à Cognac) en 1993. Côté anecdote, soulignons que la pratique traditionnelle du bouchage liège et agrafage est maintenue sur certains gros flacons, au cours du vieillissement sur lattes. Le “style Gosset” est donc propre à un art de vivre qui, depuis plus de 4 siècles, s’est transmis de génération en génération, alliant un solide bon sens à l’élégance du cœur et de l’esprit. C’est un style issu d’un terroir exceptionnel de calcaire friable favorisant le développement optimal de la vigne et d’un savoir-faire à nul autre pareil. Jean-Pierre Mareigner, chef de Cave avec la même équipe de production depuis des années, pérennise ainsi le savoir-faire et le style de Gosset. Maison dynamique, résolument tournée vers le futur. La création, en 1995, de la cuvée de prestige Gosset Celebris aura été le point d’orgue de cette volonté d’améliorer la qualité de façon spectaculaire. Considérée comme un rendu à l’histoire et aux diverses générations de la famille Gosset et composée exclusivement de Grands Crus de Chardonnay de la Côte des Blancs et de Pinot noir de la Montagne de Reims, et de la Grande Vallée de la Marne (Aÿ), cette cuvée est le fleuron de la maison. Superbe gamme « Extra », qui révèle la vérité du vin dans toute sa splendeur grâce au dosage Extra Brut, l’interprétation parfaite du savoir-faire ancestral de la maison. Vous aimerez aussi L’Extra rosé 2007, d'un rose limpide et lumineux, très aromatique avec des notes de fraise des bois, de framboise et de mûre sauvage, délicatement mêlées à la rose et à la violette, de structure vive d'une grande finesse, ample et persistant en bouche, un magnifique rosé, une belle expression de ce beau millésime. Il y a ce Gosset Celebris Vintage Extra Brut 2002, avec ces nuances de fruits compotés, de sous-bois et de pêche jaune, est très harmonieuse, charpentée, dominée par des notes légèrement épicées, d’une longue persistance aromatique.
     

    H. DARTIGALONGUE ET FILS


    ARMAGNAC
    C'est en 1838 sous Louis Philippe, que Pascal DARTIGALONGUE originaire de Saint Lannes près de Madiran s'installa à Nogaro dans le Gers et fonda sa Maison de négoce d'Armagnac qui est encore la notre. En 1969, Pierre Dartigalongue installa sa distillerie à Salles d'Armagnac. Depuis, cinq générations se sont succédées pour assurer et pérenniser «la plus ancienne maison de l’Armagnac». Producteur, distillateur et éleveur, installé dans la région des meilleurs crus de cette eau de vie sept fois centenaire, Dartigalongue est spécialisé dans les très vieux Bas Armagnacs, produits sélectionnés et élevés suivant la tradition ancestrale. Elle offre cette Eau de Vie unique, déclinée en génériques ou en millésimes, dans des présentations luxueuses et personnalisées. La maison détient dans ses vieux chais originels une gamme très importante de vieux Armagnacs Millésimés, vieillissant et se bonifiant dans des fûts en chêne du pays sous le contrôle permanent du maître de chai qui en surveille l’évolution et procède aux diverses manipulations de transvasement et aération . Par ailleurs, à la suite de minutieuses recherches et dégustations, certains millésimes sont assemblés afin de créer des «cuvées spéciales» donnant naissance à des assemblages traditionnels tels V.S.O.P., HORS D’AGE, ou encore à des « 15 ANS d’AGE », » 25 ANS »…, c’est ainsi que pour fêter le 170ème anniversaire de la création de la maison un assemblage exceptionnel de 70% de 1974 et de 30% de 1976, a été réalisé sous la dénomination Cuvée Louis-Philippe 42 %, 70 cl. (Carafe) (roi des Français en 1838). Remarquable Bas-Armagnac cuvée Louis-Philippe (70% de 1974 et 30% de 1976), aux nuances de rancio et d’épices, très floral, à la fois sec et suave, très persistant au palais. Découvrez également ce Bas-Armagnac de 25 ans, assemblage de plusieurs Armagnac dont le plus jeune a au minimum 25 ans, racé, avec ces connotations de figue sèche et de cacao, légèrement fumées, d’une grande onctuosité en bouche, très parfumé (noix, pruneau), d’une longue finale.

     

    CHATEAU DES PEYREGRANDES


    FAUGERES
    Domaine familial de 25 ha depuis 5 générations, Marie-Geneviève Boudal-Benezech et ses fils perpétuent la tradition et la destinée du Domaine depuis 1995. La qualité commande la conduite de nos vignes, notre exploitation est qualifiée au titre de l’Agriculture raisonnée. Les vins sont très typés "Faugères" : une grande richesse aromatique, beaucoup de structure, grande finesses des tanins. Notre but est de transmettre au consommateur la typicité de cette appellation, en élaborant des vins issus d'assemblage et en constante recherche d'équilibre entre la puissance et la finesse. En fait, comme dans une œuvre d'art, nous essayons de transmettre au travers de nos produits, l'amour et la passion que nous avons pour notre région, nos vignes et notre vin. Le domaine est une exploitation qualifiée au titre de l'agriculture raisonnée, suivant la démarche Terra Vitis et en conversion biologique. “2013 : temps froid, d'où vendanges plus tardives qui se sont terminées le 15 Octobre, nous dit Marie-Geneviève Boudal-Benezech. Il y a eu de la coulure sur les Grenaches mais de très bonnes Syrahs. Ce sont des vins concentrés, fruités, de garde. 2014 : maturité précoce, les blancs et les rosés sont aromatiques, frais, élégants, les rouges ont un peu plus de fraîcheur. ” C’est l’occasion de savourer ce superbe Faugères cuvée Marie Laurencie 2011, Grenache 40%, Syrah 40%, Mourvèdre 10%, Carignan 10%, rendement de 25 hl/ha... Cela donne ce vin de belle intensité, aux arômes de fruits noirs cuits, de poivre et de cuir, aux tanins veloutés mais puissants, de bouche complexe, de garde. Le Faugères Prestige 2011 (40% Syrah, 40% Carignan et 20% Mourvèdre, sur les pentes de la Serre, coteau aride sur les hauteurs du village exposé plein sud face à la mer), élevé en partie en barriques, est fidèle à lui-même, au nez d’épices et de cassis mûr, charnu, de robe pourpre soutenu, intense en bouche, aux tanins soyeux. Excellent Faugères cuvée Charlotte 2011, 80% Syrah, 10% Grenache et 10% Mourvèdre, au nez dominé par les petits fruits rouges cuits (groseille, fraise) et des notes de sous-bois, est légèrement poivré au palais, aux tanins fermes et soyeux à la fois, de bouche chaleureuse. Goûtez également le Faugères blanc 2013, Roussane 60 %, Marsanne 30%, Grenache blanc 10%, d’une belle intensité florale, charmeur, au nez de verveine, qui associe finesse et structure, complexe, avec une finale tout en finesse et fruité, et le Faugères rouge 2012, 50% Syrah et 50% Grenache, coloré et bien charpenté, au nez dominé par les petits fruits rouges à noyau, de bouche savoureuse.

    CHAMPAGNE MAURICE VESSELLE


    BOUZY
    Une exploitation familiale de 9 ha de vignes, où l’on vinifie les cuvées sans fermentation malolactique. Cette maison vous propose ce superbe Champagne Grand Cru Millésimé 2000, tout en bouche, riche et complexe, puissant et persistant, très fruité au nez comme en bouche, avec des notes confites, fort bien dosé, parfait sur une volaille rôtie. Le Millésimé Grand Cru 2004, riche au nez, est d’une grande complexité aromatique où l’on retrouve des nuances de citron et de miel, une belle cuvée, dense et distinguée à la fois, tout en fraîcheur et persistance en finale. Le brut Grand Cru Bouzy rosé, 100% Pinot noir, obtenu par macération courte, a récolté pas moins de 4 médailles en 2010 : d’Or au concours Général Agricole à Paris et au Challenge International du vin, d’Argent au concours des Vignerons Indépendants et de Bronze à l’International Wine Challenge. Le vin est en effet remarquable, de robe soutenue, classique avec ce nez de framboise mûre, très savoureux. La cuvée Réserve Grand Cru, médaille d’Argent au concours de vignerons Indépendants 2010, est dense et distinguée à la fois, mêlant rondeur et nervosité, au nez de noisette et de pomme, un Champagne harmonieux. Le brut cuvée Réservée Grand Cru est un Champagne à la fois vineux et très fin, corsé et très fruité, aux notes caractéristiques de petits fruits mûrs et de pain grillé, d’une jolie ampleur en bouche. Beau Bouzy rouge 2002, de belle teinte rubis intense, au nez marqué par des arômes de mûre confite, complet et riche en bouche.
     
     

     

     

     

    EARL CHAMPAGNE P. LANCELOT-ROYER


    CRAMANT
    Un vignoble de 5 ha et une exploitation créée en 1960 par Pierre Lancelot, et reprise en 1996 par sa fille Sylvie et son gendre Michel Chauvet. Les caves sont creusées dans la butte de craie juste derrière la maison. Le pressoir se trouve au sommet de la butte, le moût est acheminé dans les cuves par gravité. Vous allez aimer ce Champagne brut cuvée des Chevaliers Grand Cru, base de 2010 avec 32% des vins de réserve vieillis en foudres, 100% Grands Crus, au nez dominé par les fruits mûrs et les petits fruits secs, légèrement miellé, tout en finesse aromatique, d’une belle longueur, un Champagne qui associe charpente et distinction, d’une longue finale, et bénéficie d’une bouche savoureuse et racée, qui lui permet de s’associer avec une cuisine riche comme un veau cordon bleu. Le Champagne Millésime 2006 100% Cramant, classique de ce très beau millésime, qui sent l’amande, la rose et la pomme, dense et distingué à la fois, complexe, un vin généreux, très fin, très floral au palais. Le Blanc De Blancs cuvée de Réserve R.R, base de 2011 avec 37% des vins de réserve vieillis en foudres, un Grand Cru pur Chardonnay, dont la fraîcheur met en avant le fruit, un vin distingué, au nez de rose, très fin, suave et sec à la fois, où s'entremêlent les épices et les fleurs fraîches au palais, une réussite certaine.
     

    DOMAINE DU CHALET POUILLY


    POUILLY-FUISSE
    Depuis plus d'un siècle déjà, la famille Plumet vit dans le village de Solutré-Pouilly situé dans la région du Mâconnais en Bourgogne, France. Les premières vignes ont été plantées en 1850 - bien qu’il semblerait que l'origine de la propriété familiale remonte à 1774. Depuis les connaissances viticoles ainsi que le savoir-faire familial furent transmis de génération en génération. Le Domaine du Chalet Pouilly est situé à flanc de coteaux et domine le petit hameau de Pouilly au cœur de l'appellation Pouilly-Fuissé. Les 8,5 hectares se partagent entre 5 ha de “Pouilly-Fuisse”, 3 ha de “Saint-Véran” et 0,5 ha de “Mâcon-Solutré”. L'âge moyen des vignes est d'une quarantaine d'années pour le Pouilly-Fuissé et d'une cinquantaine d'années pour le Saint-Véran. Certaines sont centenaires. Le Mâcon-Solutré a été planté en 2010. Les terrains sont à prédominante argilo-calcaire pour le Pouilly-Fuissé et calcaire pour le Saint-Véran. En 1983, Henri Plumet transmit sa propriété à sa fille Marie-Agnès Plumet et son époux Bernard Léger. Le Domaine vous propose ce Pouilly-Fuissé 2009, élevé en fûts de chêne pendant 18 mois dans la tradition bourguignonne, présente une robe or clair, au nez délicat, capiteux, boisé, fin, aux parfums d'amande, de fruits blancs, de tilleul, de bouche dense, ample, qui séduit par son équilibre et sa richesse aromatique (bois, fruits, fleurs) le tout porté par une matière généreuse. Une réussite. Il faut savoir être patient afin de profiter pleinement de l’évolution bénéfique du temps. Le Pouilly-Fuissé 2005, élevage 18 mois en fûts traditionnels, est un vin aux nuances complexes où dominent les fleurs et le fumé, harmonieux, un vin ample et gras en bouche. Le Pouilly-Fuissé, au bouquet fleuri, avec des notes de noisette et de pêche blanche, tout en finesse, est régulièrement réussi.

    DOMAINE PICHARD


    MADIRAN
    Un domaine de 12 ha (11 en rouge et un en Pacherenc blanc), sur un sol maigre, silico-argileux, très caillouteux, où l’exposition plein sud à mi-coteau permet d’obtenir des vins de très grande qualité. Les vignes sont plantées en haut d’un coteau, et c’est le seul domaine du madirannais à avoir les vignes d’un seul tenant. L’encépagement de trente ans de moyenne d’âge est composé de 50% Tannat et 50% Cabernet franc, et pour le Blanc, essentiellement du Petit Manseng. On élève ici des vins de tradition, proposant une gamme de millésimes sur 10 ans et plus, ce qui est très rare. Excitez donc vos papilles avec le Madiran Tradition 2009, alliant concentration aromatique, rondeur des tanins et persistance en bouche, avec ces notes de violette, de cuir et de cassis très caractéristiques, un vin de couleur grenat, ferme et typé. Le 2008 est complexe et harmonieux, avec des nuances se définissant par des arômes de framboise, de fraise des bois, un vin de couleur profonde aux reflets violacés, aux tanins amples, tout en bouche, un vin gras, à ouvrir sur de l’agneau, par exemple. La cuvée Aimé 2009, très représentatif de ce grand millésime, au nez présent avec des notes de violette, de réglisse et de pruneau, un vin riche en couleur, classique et concentré, alliant finesse et structure, ample en bouche, de belle évolution. Le 2008 est très puissant et très aromatique, encore fermé, charnu, riche en bouquet comme en matière, tout en bouche, aux tanins très équilibrés, ferme et complet. Il y a encore le Madiran cuvée René 2007, riche en couleur comme en matière, est gras, intense au nez comme en bouche, aux senteurs de fruits surmûris, avec des tanins très équilibrés, un vin typé et bien charnu, aux nuances de cuir et de mûre en finale, très prometteur. Beau 2006, très bien élevé en barriques, un vin très savoureux, de belle robe soutenue, au nez de cassis et de poivre, ample grâce à des tanins soyeux et puissants à la fois, d’excellente évolution. Le 2005, de robe soutenue, de bonne base tannique, riche, aux connotations caractéristiques de pruneau et de violette, est tout en bouche, gras, bien corsé, avec ces nuances de fruits macérés et d’humus bien séduisantes. Le Pacherenc-du-Vic-Bilh 2010 est délicieux, de robe or pâle, avec des senteurs florales et grillées au nez, dense, très aromatique, tout en structure et parfums, harmonieux.
     

    CHATEAU CANTENAC


    SAINT-EMILION Grand Cru
    Nicole Roskam-Brunot, après des études de droit et d'économie régionale à l'université de Bordeaux, a décidé de se consacrer entièrement à son vignoble et d'apporter les soins les plus attentifs à la vinification et au terroir en veillant à ce que le sol dispose de tous les oligo-éléments nécessaires à sa prospérité. Aujourd’hui, Nicole Roskam-Brunot est aidée de ses fils. Frans s’occupe de la partie technique et d’une partie de la commercialisation. Il gère également en Haut-Médoc le Château La Lauzette Declercq (un Cru Bourgeois) et Johan s’occupe de la commercialisation et gestion du Château Cantenac. « C’est une période charnière où j’effectue la passation de pouvoir à mes fils. Je n’oublie pas Frédéric qui même s’il ne travaille pas sur la propriété, reste un fervent soutien. Donc tout le monde se sent impliqué ! » Les 15 hectares s'étendent dans le prolongement ouest du coteau saint-émilionnais, dominant la vallée de la Dordogne. Il est composé de 80% de Merlot noir, 15% de Cabernet-franc et 5% de Cabernet-Sauvignon. Le terrain sablo-graveleux et argileux permet une excellente maturation du raisin. Le vin est très élégant, merveilleusement bouqueté et fruité, d'une belle complexité et longueur en bouche. Depuis 2000, ils vous proposent également la cuvée “Sélection Madame”, une jolie sélection de Merlot, un vin charmeur et très fruité. L’œnotourisme prend une part de plus en plus importante avec des visites-dégustations traditionnelles ou des déjeuners personnalisés. Et la charte “Vignobles et chais en Bordelais” est venue valider la qualité de notre accueil. Il y a également Les Portes Ouvertes, le premier week-end de mai, qui sont toujours l’occasion de présenter notre vignoble avec un évènement culturel et ludique, et, dans le cadre des "Grandes Heures de Saint-Emilion", nous organisons un concert-dégustation dans nos chais en fin d'année.
     

    DOMAINE BRISSON


    MORGON
    La famille Brisson, originaire du Pays-de-la-Loire est connue depuis 1431. Ses attaches dans la région lyonnaise sont anciennes. Acquis en 1958 par Michel Brisson, le domaine familial, jouit d’une situation privilégiée en mi-coteaux orientés au sud. Ancienne propriété des seigneurs de Fonterenne de Villié (1604), il constituait l’une des métairies des châtelains. Un pavillon de chasse du XVIIIème siècle doté d’une superbe cave voûtée est actuellement occupé par Gérard Brisson et sa famille. Après sa formation d’œnologue en bourgogne, il a rejoint son père sur l’exploitation en 1974 et, depuis la mort de Michel en 1980, poursuit et développe l’œuvre de mise en valeur du domaine avec un soin attentif et une exigence rigoureuse. Culture raisonnée, Terra Vitis en 2009. Interview : le 2013 (épuisé) est une très petite récolte due à la météorologie, me confie Gérard Brisson. Les tanins sont souples, plaisants. En 2014, les vendanges à bonne maturité, des cuvaisons longues, ont joué sur la qualité des Vins qui sont bien fruités, de couleur rouge sombre, avec des tanins fondus, ronds. Depuis 2009, le cahier des charges Terra Vitis a permis de progresser encore dans la qualité des Vins. Pas de thermovinification, des vinifications traditionnelles, d'où des Vins de belle couleur avec une bonne aptitude à vieillir. Nous avons d’ailleurs ouvert récemment une bouteille de 1984, qui était remarquable. Millésimes à la vente en 2016 : La Louve 2014, 2015 - Vieilles Vignes 2001, 2003, 2004, 2009, 2010, 2011. L'actualité au Domaine : Avec deux de ses fils, Gérard Brisson souhaite acheter à ses frères leurs parts du domaine. Il développe les activités d'œnotourisme pour les individuels et les groupes : visites du domaine en 2 CV et en Bentley, ateliers dégustation, apéritif vigneron (un label de Bienvenue à la ferme), cours de cuisine avec Germaine Brisson, snaking du terroir... Notes de dégustations de Patrick Dussert : Superbe Morgon Les Charmes La Louve 2013, de robe intense, bien classique, Ferme et épicé, avec des tanins puissants mais savoureux, d’une texture dense. Le 2012, de robe violacée, parfumé (cassis, poivre et violette), est puissant au nez comme en bouche, savoureux, aux tanins soyeux. Le 2011, de belle robe soutenue, au nez intense de petits fruits rouges mûrs et d’humus, charnu, est riche et généreux, bien épicé, de bonne garde. Très beau 2010, aux tanins très équilibrés et harmonieux, aux arômes de fraise des bois et de mûre, un vin qui emplit bien la bouche, avec ces nuances de poivre et de prune, de garde. Exceptionnel 2009 de bouche complexe et persistante, aux notes de cassis mûr et d’épices qui persistent en finale, un vin tout en arômes et structure, d’une belle ampleur.  Formidable Morgon Les Charmes Noble Tradition 2009, élevé en pièce bourguignonne, très typé, de couleur rubis intense, de très bonne bouche, aux connotations de cassis et fraise des bois, concentré, alliant couleur et matière, d’une jolie finale épicée, à savourer avec un boudin aux pommes ou un coq au vin, de garde comme le prouve le 2005, au nez où dominent la groseille et les épices, tout en complexité aromatique, avec des tanins ronds, mêlant richesse et harmonie.  Il y a aussi ce Morgon rouge Vieilles Vignes 2013, puissant, avec des connotations complexes de mûre et de cannelle, de couleur soutenue, au nez de fruits cuits et d’humus, aux tanins fins et très équilibrés, de bouche à la fois puissante et ronde, superbe sur des tendrons de veau braisés, Le 2011 développe un bouquet où s’entremêlent des notes de cassis et de pruneau, harmonieux, de belle robe soutenue, très équilibré et légèrement épicé.  Le 2010 est vraiment remarquable aujourd’hui, avec des nuances de framboise, de groseille et de mûre, rond et puissant au nez comme en bouche, aux tanins présents et très élégants à la fois, de bouche persistante, et poursuit son évolution. Pour saliver, ce Morgon Les Charmes rouge Vieilles Vignes 2003 (magnum), avec des arômes de fruits cuits, très harmonieux au nez comme en bouche, un vin parfumé, aux connotations de prunelle et de poivre, alliant couleur et matière, qui prouve le grand potentiel d’évolution de ce vin.
     

    BESTHEIM


    GEWURZTRAMINER
    C’est en 1765, à Westhalten, petit village du Haut-Rhin blotti au cœur de la Vallée Noble, que naît la Maison Heim. Toujours portés par l’amour du métier et du terroir, les successeurs d’Alfred Heim se sont mis en quête de nouvelles terres et se sont installés sur les coteaux de Bennwihr. Heim est ainsi devenu Bestheim, associant au nom d’origine la contraction des noms des villages où l’entreprise vinifie et élève ses différentes cuvées. Bestheim exploite aujourd’hui une magnifique mosaïque de terroirs. Elle est devenue incontournable au sein du vignoble alsacien. Bestheim est une entreprise particulièrement engagée dans la préservation de l’environnement et s’investit au quotidien dans cette démarche à la fois dans le vignoble comme au sein de l’entreprise (lutte raisonnée, tri sélectif, valorisation des déchets…). Bestheim produit toute la gamme des vins d’Alsace allant des Crémants aux sept cépages alsaciens. On retrouve dans la gamme pas moins de 6 lieux dits (dont le Klevener de Heiligenstein) et 6 Grands Crus (Rosacker, Wiebelsberg, Mambourg, Marckrain, Vorbourg et Zinnkoepflé).

    CHÂTEAU FILLON


    BORDEAUX SUPERIEUR
    Ainsi qu’en témoigne le blason que l’on découvre à l’entrée de la demeure, ce château appartenait au 19ème siècle à la Compagnie du Soleil, l’une des premières compagnies d’assurance à couvrir le risque incendie. Fondée par un alsacien, Charles-Xavier Thomas qui s’est également illustré en inventant la première machine à calculer industrielle, le hasard aura voulu qu’à nouveau des Alsaciens prennent possession des lieux pour perpétuer l’histoire de cette belle propriété. Implanté sur la route du vin qui relie Sauternes à Saint-Emilion, le vignoble de Château Fillon s’étend au pied de la butte de Launay, qui constitue le point culminant du vignoble bordelais. Le domaine s’étend sur une surface de 115 hectares et est situé à 50 km à l’Est de Bordeaux. Depuis 2008, Château Fillon appartient à la maison alsacienne BESTHEIM qui en a repris l’exploitation. L’objectif est de produire des vins de qualité, à la présentation irréprochable et à un très bon rapport qualité/prix/plaisir. L’agriculture raisonnée y est appliquée, car le respect de l’environnement fait partie des valeurs et des engagements de la Maison. La Maison vous propose ce Bordeaux Supérieur « L’Apogée » de Château Fillon 2011. « Cette cuvée hors normes, nous précise-t-on, est le fruit d’une sélection parcellaire de vignes âgées de plus de 35 ans et exposées plein sud. Elle est issue d’un assemblage à parts égales de Cabernet-Sauvignon et de Merlot ». Une cuvée haut de gamme, très bien élevée, très équilibrée, aux tanins fermes, au nez où dominent le cassis mûr et des arômes de sous-bois, riche en couleur comme en matière, d’excellente évolution.
     

    DOMAINE MARC JOMAIN


    PULIGNY-MONTRACHET
    Philippe, Catherine et Christophe JOMAIN, frères et soeurs, exploitent leur propre domaine au sein d'un groupement foncier créé le 03 novembre 1992. Le domaine comprend 9 hectares de vignoble à PULIGNY-MONTRACHET dont 4 produisent essentiellement des grands vins blancs de réputation mondiale issus du cépage chardonnay dans les appellations village, 1er cru et grand cru. Alliant modernisme et tradition, le domaine est dirigé avec dynamisme par la famille JOMAIN. Soucieux de préserver l'environnement, le domaine suit un programme de lutte raisonnée. La lutte raisonnée permet de préserver la qualité sanitaire des récoltes sans altérer le milieu écologique en utilisant uniquement des produits de traitement sévèrement homologués et utilisés au cas par cas suivant l'état sanitaire de chaque parcelle. Les efforts portent leurs fruits car le milieu écologique se reconstitue dans le vignoble. La vendange est récoltée manuellement, la vinification respectueuse de chaque appellation s'effectue par pressurage pneumatique. Les vins fermentent en fût de chêne dans une proportion n'excédant pas le quart de fût neuf. L'élevage traditionnel et la mise en bouteilles sont réalisés avec minutie sans manipulation excessive des vins sous le contrôle étroit d'un laboratoire d'oenologie agrée. Durant la fermentation malo-lactique les vins sont bâtonnés afin d'obtenir davantage de rondeur et de complexité. Au printemps, les vins sont alors soutirés et clarifiés par collage, la mise en bouteille intervenant généralement début septembre. Découvrez leur Puligny-Montrachet Premier Cru Les Pucelles 2010, un vin minéral, tout en subtilité d’arômes, de belle teinte dorée, aux nuances de fruits, avec des notes de tilleul et d’abricot. Remarquable 2009, avec ces senteurs spécifiques de pomme et d’amande grillée, un grand vin, gras, tout en arômes et longueur en bouche avec ces connotations discrètes de poire et de brioche, vraiment remarquable. Le Puligny-Montrachet Premier Cru Les Combettes 2010, avec ces notes de noisette et de miel, intense, tout en finesse, un vin à ouvrir sur des bouchées à la reine. Le 2009 est dense et subtil, un vin où l’on trouve des notes de tilleul et d’amande, typé, de bouche puissante, de robe jaune pâle aux reflets d’or, avec beaucoup de moelleux et de persistance.
     
     

    DOMAINE GERARD TREMBLAY


    CHABLIS
    Un remarquable propriétaire qui exploite avec son épouse Hélène, et son fils Vincent, un beau vignoble, patiemment constitué qui compte aujourd'hui 37 hectares dont une dizaine en Premiers Crus auxquels s'ajoutent des hectares en Chablis, Petit Chablis et Grand Cru Vaudésir, l'un des plus grands vins de Chablis. Très attaché à la qualité, très méticuleux et travailleur, Gérard Tremblay, de caractère tenace et volontaire vinifie avec toutes les techniques modernes au service de son savoir-faire traditionnel. La force de Gérard Tremblay est d'apporter autant de soins à l'élevage de ses Grands Crus qu'à celui de ses vins de Chablis et plus d'un serait surpris à une dégustation à l'aveugle d'une si belle qualité de vins. Le Petit Chablis est rond, floral, très expansif en arômes primaires, tandis que le Chablis est plus gras, plus ample, persistant et très typé. Le Chablis 1er Cru "Beauroy" est d'une très grande finesse, de belle harmonie, le Chablis 1er Cru "Côte de Léchet" a un nez complexe à dominante de fruits secs et frais, en bouche il est très riche aromatiquement. Le 1er Cru "Montmain" a un nez complexe et fin, il est très long et persistant en bouche. Le Chablis 1er Cru "Fourchaume" est le fleuron de la cave, le nez et la bouche sont charmés par tous ses arômes de miel, de fleurs blanches, d'une très grande persistance et longueur en bouche. Le Chablis Cru "Valmur", régulièrement splendide, a un nez très typé associant puissance et distinction, en bouche il est gras et suave, avec des arômes doux de miel, beaucoup de longueur et de persistance en bouche.

    CHATEAU DE CHANTEGRIVE


    GRAVES
    Grâce aux patients efforts de remembrement accomplis par Françoise Lévêque depuis quarante ans, le Château de Chantegrive est devenu un superbe vignoble doté d'excellents terroirs constitués de graviers roulés mélangés à des sables fins s'appuyant sur une structure argilo-calcaire. Les vignes de plus de 30 ans d'âge sont plantées en majorité sur des terrasses et de légères croupes orientées au sud et bénéficient d'un excellent ensoleillement et d'une bonne ventilation. Des atouts qualitatifs indispensables pour faire du bon vin. C'est aussi une superbe exploitation dotée des meilleurs équipements inspirés à la fois par la tradition et les techniques modernes. Le Château Chantegrive est enfin conduit par une famille sympathique et passionnée par le vin, soucieuse du travail bien fait, respectueuse du client et responsable de la qualité des vins qu'elle produit. "Nous aimons produire des vins typés, précise Françoise Lévêque, élégants et de très grande qualité, nous sommes d'ailleurs fiers de retrouver nos vins dans les palmarès, c'est un encouragement pour continuer". Leur Cuvée Caroline est prestigieuse. On est très vite envoûté par ce vin riche et intense, élevé en fûts neufs, à la belle robe dorée, au nez, très élégant et intense, avec des notes de vanille, de citron, de beurre frais, d'amande grillée et de tilleul. Le vin est suave, avec une attaque en bouche franche, dominée par le fruit et le gras.

     

    CHAMPAGNE ANDRE DELAUNOIS


    RILLY-LA-MONTAGNE
    D’abord vigneron, l’arrière-grand-père Edmond choisit de devenir manipulant dans les années 1920. Sa fille Anne-Marie, puis son petit-fils André (qui fit d'importants travaux en bâtiments, cuverie, caves dans les années 1970) secondé aujourd’hui par, ses deux filles, ses gendres ont modernisé l'outil de travail (pressoir, foudres, carrelage …) et son petit-fils, perpétuent la tradition familiale. Vous pourrez découvrir ce Champagne Dame Palmyre Blanc de noirs Millésime 2006, une cuvée alliant subtilité et complexité, intense au nez, tout en arômes où dominent la rose et les fruits mûrs, de bouche élégante et puissante à la fois. Très beau Champagne cuvée du Fondateur, composé de vieux vins de réserve de Chardonnay, une grande réussite, une cuvée qui associe richesse aromatique et persistance, dense en bouche, avec des nuances de noisette et d’abricot sec, tout en charme, idéal à l’apéritif comme sur du saumon fumé. La cuvée du 21e Siècle allie intensité et puissance, un vin d’une belle ampleur, de très bonne bouche, où l’on retrouve des notes de citronnelle et de miel, un Champagne suave, vineux et fin à la fois, de robe dorée. Beau Champagne cuvée Transparence, assemblage de Pinot noir et de Pinot meunier, au nez minéral dominé par les agrumes frais, ample et bouqueté, de mousse abondante, tout en rondeur, de bouche fruitée et persistante, idéal au cours d’un repas, tout en harmonie. Riche et complexe, la cuvée Royale, issue d’un assemblage à parts égales de Pinot noir, Pinot Meunier, et Chardonnay, associe fraîcheur et charpente à une finale persistante, un Champagne de table, de bouche puissante. La cuvée Royale rosée sent la fraise des bois mûre, un Champagne vineux et fin à la fois. Et puis, il y a aussi cette cuvée Sublime (30% Pinot noir, 30% Pinot meunier, 15% Chardonnay, 25% de vins de réserve), où l’on retrouve des nuances de pêche, de noix et de miel, de mousse très abondante, tout en structure, équilibré, complexe, un vin généreux et harmonieux, très fin, d’une belle finale.

    DOMAINE ROGER PABIOT ET SES FILS


    POUILLY-FUME
    Un domaine familial de 21 ha, dont certaines parcelles de vignes sont âgées de plus de 80 ans, exploité par Gérard et Bernard qui associent les usages traditionnels aux techniques modernes, grâce à leurs connaissances acquises en hauts lieux viticoles : Beaune, Macon et Bordeaux. Le domaine est implanté sur les meilleurs coteaux dominant la Loire, ce qui leur permet d'avoir des sols très représentatifs de la région : calcaire dur ou caillottes, argile à silex, terrasse sableuse et marnes kimméridgiennes, chaque sol apportant bien entendu une spécificité propre qui caractérise un vin possédant un terroir d'un autre qui n'en a pas. Leur Pouilly-Fumé cuvée Silex est vraiment superbe, associant complexité et finesse, au nez subtil où se retrouvent des notes de miel, de fleurs et d'épices, très marqué par ce sol qui lui confère ce goût minéral, d'une grande fraîcheur en bouche, un grand vin racé, très équilibré, puissant, ample et gras, de très bonne évolution. Le Pouilly-Fumé Coteau des Girarmes est remarquable, avec ces notes de fruits frais et de tilleul, un vin gras et parfumé, typé, ample et fruité, persistant. Membre des Vignerons Indépendants de France.

     

     

    CHATEAU DE BEAUFORT - J. COUDRAY-BIZOT


    VOSNE-ROMANEE
    Les clients français et étrangers du Château de Beaufort utilisent les mêmes qualificatifs pour décrire les vins J. Coudray-Bizot : élégance et finesse. Le Domaine est abrité dans la demeure prestigieuse de l'hôtel David de Beaufort, bâtisse classique du 17ème siècle, bénéficiant de caves situées sous les remparts de Beaune. Jean-Jacques Coudray-Bizot perpétue la tradition des grands vins fins de Bourgogne, en limitant les intrants, et en ayant les soins les plus attentionnés possible pour les vignes historiques et d'appellations prestigieuses du Domaine : Vosne-Romanée Premier Cru La Croix Rameau dans les murs de la Romanée Saint-Vivant (l'ancien Clos des Neufs Journaux); Echezeaux Grand Cru en Orveaux, juste au dessus du Château du Clos Vougeot; Gevrey-Chambertin Premier Cru Les Cazetiers et Champeaux; Nuits-Saint-Georges au Bas de Combe et Puligny-Montrachet Premier Cru Les Combettes.

     

    DOMAINE DANIEL DUGOIS


    ARBOIS
    Dans la famille, nous sommes vignerons de père en fils et cultivons la vigne avec respect, depuis des dizaines d’années. Situées au coeur du triangle d’or (Arbois, Salins-les-Bains et Poligny), nos vignes bénéficient d’un sol particulièrement favorable à l’épanouissement des cépages Trousseau, Ploussard mais aussi Savagnin et Chardonnay. Nous avons coutume de dire que le vin ressemble au vigneron qui les vinifie. Aussi, notre passion reste intacte et nos 10 ha de vignes sont cultivés en lutte raisonnée dans le respect du sol. Les terres d’argile rouge et sols argilo-sableux avec cailloux gréseux permettent la culture de cépages authentiques. Le plaisir que procurent nos vins, est pour nous la meilleure récompense de notre travail. On le voit avec ce Vin Jaune 2005, vendanges manuelles, pressurage pneumatique, après un débourbage de 20 heures, la fermentation alcoolique s’enclenche d’elle même avec des levures indigènes.?La fermentation malolactique est réalisée avec des bactéries naturelles.? L’élevage se fait sous voile, en fût sans ouillage environ 7 ans pendant lesquels le Savagnin va prendre le “goût jaune”.?Le vin est puissant aux arômes de fruits secs, de bouche soyeuse, ronde avec une intensité bien parfumée en finale, de grande garde, à déguster sur un faisan à la crème. Le Vin de Paille 2008 est récolté en tout début de vendange, en ne prenant qu’une ou deux grappes par cep.?Elles sont transportées dans des cagettes sans être tassées.?Une 2e équipe fait un nouveau tri pour enfin les placer sur des claies grillagées dans une grange.?Le séchage durera 3 à 5 mois, permettant aux raisins une déshydratation de 70%.?Ainsi, les baies se concentrent en sucre et en arômes. Après pressurage des baies regorgeant de sucre, on obtient 15 à 18 l de moût pour 100 kg de raisin qui va alors fermenter lentement, avant de vieillir en fûts de chêne pendant au moins 2 à 3 ans. Bien sûr, cela donne ce vin harmonieux, mature, aux arômes de fruits blancs, avec en bouche des notes subtiles de miel, de pain d’épices, de rose et de citron confit, d’une grande persistance, alliant charme et structure.
     
     
     

    DOMAINE FOUGERAY DE BEAUCLAIR


    MARSANNAY
    Ce domaine familial fut créé en 1978 par Jean-Louis et Evelyne Fougeray, par acquisition et fermage de vignes dans de prestigieuses appellations bourguignonnes de la Côte de Nuits et de la Côte de Beaune. C’est en 1999 que Patrice Ollivier le gendre, a repris la direction ainsi que la vinification du Domaine. Le vignoble s’étend aujourd’hui sur 17 ha de Marsannay La Côte jusqu’à Puligny-Montrachet, notre dernière acquisition. Les bouteilles dégustées sont particulièrement savoureuses. Il y a ce grand Bonnes-Mares 2011, l’un des vins les plus séduisants de ce millésime, d’une belle robe de couleur intense et soutenue, d’un très bel équilibre en bouche, riche et concentré, un grand vin ample, racé, avec ces notes caractéristiques de petits fruits rouges frais, d’épices et de truffe, très prometteur. Le Marsannay Les Saint Jacques rouge 2011, parfumé, aux tanins fermes et fondus à la fois, légèrement épicé comme il se doit, est très représentatif de ce terroir particulier, d’excellente évolution. Le Marsannay rouge Les Favières 2011, aux tanins souples, aux notes subtiles de fruits rouges mûrs (cerise, cassis) et d’humus, est un vin ample et de jolie charpente, très persistant, de très bonne évolution. Le Marsannay blanc Les Aiges Pruniers 2012, fin et riche à la fois, aux notes complexes de pêche et de noix, de mousse très abondante, est charmeur et chaleureux, tout en finesse d’arômes.  Superbe Chambertin Les Seuvrées 2011, de robe profonde, aux arômes persistants de petits fruits rouges mûrs avec des notes d’épices, de cuir, de truffe, un vin d’une grande structure, avec des tanins veloutés mais denses, d’une très belle finale, de garde, très racé. Le Fixin rouge Clos Marion 2012, au nez délicat (mûre, cassis), de bouche subtilement épicée, un vin qui allie puissance et souplesse, de très bonne évolution comme le Savigny-lès-Beaune rouge Les Golardes 2011, qui est une réussite, un vin gras et coloré, intense, aux nuances de petits fruits macérés. Le Fixin blanc Clos Marion 2012 est dans la lignée, de bouche savoureuse comme ce Savigny-lès-Beaune blanc Les Golardes 2011, suave en bouche, harmonieux, aux arômes de fruits blancs et de lis, d’une jolie richesse aromatique en finale.
     

    DOMAINE DE FONTLADE


    COTEAUX VAROIS EN PROVENCE
    « Rigueur et Passion », pourrait être notre devise. Rigueur dans nos méthodes de culture et d’élaboration de nos vins, passion pour notre métier et notre terroir. Le vignoble de 40 ha, propriété de la baronne Philippe de Montremy depuis plus d’un demi-siècle, s’étend sur des coteaux calcaires. Les étés chauds et secs de ces dernières années, nous ont permis d’élaborer des vins puissants, aromatiques et élégants. Des rouges chaleureux, des rosés aux arômes de fruits rouges séduisants, des blancs floraux et frais. En 2008, l’élégance plus que la puissance caractérisera nos vins. Remarquable Coteaux-Varois-en-Provence rouge cuvée de l’Hermite Maunier Vieilles Vignes 2007 (60% Syrah, 30% Grenache et 10% Cabernet), élevé 8 mois en fûts de chêne, aux arômes de fruits cuits et d’épices, riche et coloré, de belle teinte grenat, dense et puissant au nez comme en bouche, d’excellente garde. Complexe, la cuvée Saint Qvinis rouge 2006, est de robe profonde, au nez de mûre et de fumé, aux tanins présents, un vin d’une belle harmonie, qui poursuit son évolution. La cuvée Saint-Qvinis rosé 2011 est de belle teinte, bien fruitée au nez comme en bouche, qui mérite une cuisine épicée, toujours très séduisante comme le Côtes-de-Provence rosé Aurélia Prima 2010, un assemblage de Syrah et Grenache (50/50) qui a macéré une nuit avant d’être saigné et vinifié à froid (en dessous de 17°), qui développe des nuances de fleurs et d’épices, mêlant richesse et souplesse, de bouche fruitée.
  • LES NEUF CHATEAUNEUF-DU-PAPE INCONTOURNABLES

    Domaine André MATHIEUCHÂTEAUNEUF-DU-PAPE Domaine André MATHIEU

    Domaine André MATHIEU

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    André Mathieu
    3 bis, Route de Courthézon
    84230 Châteauneuf-du-Pape
    Téléphone :04 90 83 72 09
    Télécopie : 04 90 83 50 55
    Email : contact@domaine-andre-mathieu.com
    Site : www.domaine-andre-mathieu.com

    “Mon frère et moi nous séparons, nous explique André Mathieu, car je vais travailler avec mon fils qui termine son BTS Viticulture Œnologie à Montpellier et ma fille qui vient de terminer un master en commerce international. Je garde mon style de vinification bien que nous changions les noms de marques, c’est une entente avec mon frère Jérôme.
    Nous récupérons chacun nos terres que nous avions mises en commun. Je continuerai de vinifier dans la caveactuelle et mon frère reprend l’ancienne cave de mon père dans le village.
    Je conserve entre 13 et 14 ha dont 11 à 12 ha deChâteauneuf-du-Pape, des terroirs sableux, d’où est issue la Cuvée Vin di Felibre, mais aussi des terroirs argilo-calcaires avec desvignes centenaires, ce qui m’a donné une idée de nom de Cuvée : “La Centenaire” (j’en sortirai quelques bouteilles en 2014 et 2015). Nous avons effectivement la chance d’avoir 3 ha de vignes centenaires, de très belle qualité, que nous avons partagés avec mon frère Jérôme, chacun peut donc avoir sa partie sans problème.
    Je commercialise actuellement le Vin di Felibre 2012 : 80% de Mourvèdre, élevage en fûts neufs, vinification et macérations dans 2 cuves tronconiques de 30 hl, élevage dans des pièces en bois et un demi-muids. Vin un peu austère dans sa jeunesse qui dévoile desarômes de fruits noirs, très concentré, épicé, avec cette note de boisée qui se marie très bien avec le Mourvèdre, un petit plus, rien de dominant, très joli potentiel de garde. Cette Cuvée existe depuis 2003 : elle restera donc sur la même base.
    La Cuvée classique, quant à elle, portera mon nom Domaine André Mathieu. Je propose actuellement le millésime 2013 qui est unmillésime qui a été assez décrié mais c’est un vin qui me fait penser au 2011, avec un beau fruit et une belle structure. Nous n’avons pas la matière de 2012, mais cela plait bien aussi, car, parfois, à Châteauneuf-du-Pape, on nous reproche d’avoir des vins trop costauds! Il sera accessible plus rapidement grâce à sa souplesse de fruit.”

     

    Domaine Les 3 CELLIERCHÂTEAUNEUF-DU-PAPE Domaine Les 3 CELLIER

    Domaine Les 3 CELLIER

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Famille Cellier
    5 bis, chemin rural de Sorgues
    84230 Châteauneuf-du-Pape
    Téléphone :04 90 02 04 62
    Télécopie : 04 83 07 58 58
    Email : les3cellier@3cellier.fr
    Site : www.3cellier.fr

    À la retraite de leur père en 2007, les enfants prennent la succession et le Domaine voit le jour en Août 2007. Par conviction, dans une démarche de respect de leur terroir, ils souhaitent convertir le domaine en Agriculture Durable.
    Il y a leur superbe Châteauneuf-du-Pape rouge cuvéePrivilège une cuvée élevée pour 90% en barriques de 12 à 18 mois, de bouche mûre, de très bonne basetannique, un vin charnu, coloré, au nez à la fois intense et subtil où s’entremêlent la griotte, la prune et une touche poivrée, qui poursuit une belle évolution. Le 2012 (médaille d’Or concours général Agricole Paris 2014), 83% Syrah, de couleur profonde, avec beaucoup de structure, est dense et ample en bouche, aunez marqué par les fruits cuits, le musc et le poivre, de belle évolution.
    Le Châteauneuf-du-Pape rouge Éternelle 2012, d’une belle couleur soutenue et sombre, corsé, où dominent des notes de cuir et de cassis mûr, aux tanins fondus mais bien riches, mêlecouleur et matière, d’une jolie finale épicée, parfait avec des filets de marcassin à l'orange ou un canard sauvage. “Un vin de terroir, précise-t-on, une seule parcelle vieille de 80 ans, et la sélection des plus belles grappes de cette parcelle. L’expression du Grenache à l’état pur. Ce vinoffre tout ce qu’à de meilleur le cépage de Grenache tant par sa couleur rouge grenat sombre que par ses notes de fruits frais et épices. Sa structure est puissante mais sans agressivité.
    Le Châteauneuf-du-Pape rouge cuvée Alchimie 2012 (médaille Or Féminalise Beaune), Grenache (44%), Mourvèdre (23%), Syrah (18%), complété par du Terret noir, de la Counoise et de la Clairette rose, élevé 12 mois en foudres, de robe pourpre et profonde, avec ce nezintense de fruits rouges et d’épices aux accents de garrigue, de bouche très soyeuse et ample, est un vin très équilibré. 
    Le Châteauneuf-du-Pape blanc cuvée Insolente 2014, 100% Roussane, dont 20% élevés en barriques durant 3 mois, avec des arômesd’agrumes et de chèvrefeuille, de bouche très persistante. Le 2012 est suave, avec des nuances de pêche et de tilleul persistantes, est tout en distinction, complexe et rond.

     


    Château FORTIACHÂTEAUNEUF-DU-PAPE Château FORTIA

    Château FORTIA

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Pierre Pastre
    Route de Bédarrides - BP 13
    84231 Châteauneuf-du-Pape
    Téléphone :04 90 83 72 25
    Télécopie : 04 90 83 51 03
    Email : chateaufortia@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateaufortia
    Site : www.chateau-fortia.com

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Le Domaine de Château Fortia est l’un des plus anciens de Châteauneuf-du-Pape et il a produit de tout temps des Vins très renommés.
    Selon Pierre Pastre, “le 2014 a été une année normale qui demande un certain vieillissement enfoudres. Dans la Vallée du Rhône, depuis un certain temps, nous avons eu une succession d’années anormalement très bonnes et même exceptionnelles, est-ce dû au réchauffement climatique je ne saurais dire ?
    Depuis 2011, nous sommes revenus à une situation plus normale avec des bons et moins bonsmillésimes. Le 2014 fait partie d’une année difficile, c’est un vin sympathique mais le vieillissement lui est salutaire, il faut lui laisser le temps de vieillir en foudre. Ce qui est tout à fait normal à Châteauneuf-du-Pape, puisque l’on ne déguste pas les Vins de l’année, et heureusement !
    Le 2013 est une année que les amateurs déconsidèrent alors que c’est une année que j’estime comme très bonne. Ce vin obtient de très bonnes notes, c’est ce qui explique le succès que j’ai rencontré avec ce 2013 aux Etats-Unis quand je suis allé le faire déguster.
    Le Châteauneuf du Pape rouge classique 2013, élégamment confituré, léger, très agréable, est un vin qui s’installe bien dans le vieillissement, très prometteur. Château Fortia en a fait uneCuvée Réserve, ce qui est une indication qualitative car nous n’élaborons cette Cuvée que les années que nous considérons comme très intéressantes. Nous proposons 2012 et 2013 à la vente actuellement.
    Nous sommes toujours dans le renouvellement du vignoble. Je compare cela à une équipe de football ou de rugby : il faut renouveler les joueurs sans cela on ne gagne pas la coupe du monde ! Nous sommes arrivés en 20 ans à renouveler 70% du vignoble : 60% Grenache, 25%Syrah et 15% Mourvèdre. Le Grenache a beaucoup de qualité mais je souhaitais apporter un peu plus de structure et de couleur à mes Vins, c’est pourquoi j’ai planifié cet encépagement.”
    Superbe Châteauneuf-du-Pape rouge Cuvée du Baron 2013 (60% Grenache, 30% Syrah, 10%Mourvèdre), de bouche à la fois puissante et ronde, aux tanins fermes et enrobés, un vin trèstypé et charpenté, aux arômes de fruits cuits (cerise noire, groseille...), mêlant couleur et matière, d’une bien jolie finale poivrée, d’un beau potentiel d’évolution, un vin que l’on doit associer avec des plats relevés tels un perdreaux sauce catalane ou un ragoût de mouton. 
    Le 2012 est coloré, de bouche puissante et dense, aux nuances de framboise, d’humus et de réglisse, d’une structure soutenue, charnu, d’une finale complexe. Le 2011, puissant, au nez à la fois intense et subtil où s'entremêlent des arômes persistants de confiture de mûre et de réglisse, typé, de bouche savoureuse, de belle évolution. 
    Beau Château Fortia Cuvée Réserve rouge 2013, 85% Syrah, 15% Grenache, riche, coloré et bouqueté, aux notes de cerise confite et d’humus, avec cette bouche chaleureuse et puissante caractéristique, un grand vin, finement épicé. Il y a également le Châteauneuf-du-Pape rouge Tradition 2013, bien corsé, d’une belle robe pourpre, un vin dense, avec des tanins puissants mais bien mûrs, au nezcomplexe où dominent les fruits cuits et la garrigue. 
    Le Château Fortia blanc 2013, à base de 60% Clairette, 30% Roussane et 10% de Grenache blanc, avec un nez bien expressif où s’entremêlent des notes d’amande, de fruits frais et de bruyère, de bouche franche et harmonieuse, un vin suave et sec à la fois, toujours très bien élevé. Le 2012, d’une belle couleur dorée avec des reflets tirant légèrement sur le vert, est un grand vin très fruité auxarômes prononcés d’agrumes, de citron plus particulièrement, cela est dû à la Clairette très dominante. Beau 2011, d’une belle structure avec des notes d’aubépine et cette fraîcheur en bouche, d’une belle intensité, un vin d’un équilibre savoureux, avec des arômes de fruitsau sirop et de fleurs. La finale est très légèrement saline et minérale, révélant ainsi la richesse du terroir.

    Domaine Albin JACUMINCHÂTEAUNEUF-DU-PAPE Domaine Albin JACUMIN

    Domaine Albin JACUMIN

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Famille Jacumin
    1 chemin Monseigneur Jules Avril - BP 28
    84230 Chateauneuf du Pape
    Téléphone :04 90 83 78 55
    Email : domaine.ajacumin@orange.fr
    Site : www.domaine-albin-jacumin.fr

    Depuis plus d’un siècle, quatre générations de vignerons se succèdent de père en fils, se transmettant avec fierté et œuvrant de concert afin de respecter la qualité. L’évolution du domaine s’est faite en plusieurs étapes : après l’ouvrage entrepris par Aimé, son fils Alain et son épouse Sylvette ont agrandi le domaine. Maintenant, leur fils Albin et son épouse Agnès poursuivent avec leur savoir-faire les efforts dans un cadre existant qu’ils ont su moderniser.
    “Après notre Châteauneuf-du-Pape rouge 2012, qui a eu un fort succès, nous précise Albin Jacumin, nous commercialisons le Châteauneuf-du-Pape rouge 2013, un vin plein de fruits qui régalera également nos papilles et, pour fêter le printemps, nous organiserons une journée pour faire découvrir la nouvelle cuvée de notre Châteauneuf-du-Pape blanc 2015 qui est très prometteuse, ainsi que le vin de France rosé; nous recevons également sur rv à la cave pour une visite et une dégustation toute l’année.”
    Voilà un beau Châteauneuf-du-Pape rouge La Bégude des Papes 2013, composé des Grenache,Syrah, Mourvèdre, Cinsault et de vieux cépages, corsé, très parfumé (cassis, humus, épices), intense en couleur comme en arômes, qui dégage en bouche des nuances de fruits cuits et de réglisse, parfait aussi bien sur un lapin de garenne à la broche que sur un curry de mouton. Le 2012 est de bouche pleine et riche, de belle robe foncée, au nez de cerise confite, de prune et d’humus, associant puissance et distinction.
    Il y a aussi ce très grand Châteauneuf-du-Pape rouge A Aimé 2010, une cuvée en hommage au grand-père, issue de très vieilles vignes d’une moyenne de 80 ans, un festival d’épices douces et de torréfaction, de couleur grenat, où s’entremêlent des notes de petits fruits rouges bien mûrs et de réglisse, puissant, tout en bouche.
    Excellent Châteauneuf-du-Pape blanc La Bégude des Papes, marqué par son Grenachemajoritaire (60%, le reste en Clairette et Bourboulenc), distingué, harmonieux, qui sent les noisettes et la pêche jaune.


    Domaine La MEREUILLECHÂTEAUNEUF-DU-PAPE Domaine La MEREUILLE

    Domaine La MEREUILLE

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Philippe Granger
    Quartier Le Grès - Impasse 2580
    84100 Orange
    Téléphone :04 90 34 10 68
    Télécopie : 04 90 34 27 77
    Email : micbouyer@wanadoo.fr
    Site : www.domaine-la-mereuille.com

    Un domaine de 16 ha. Culture et vinifications traditionnelles, dans le respect du terroir. “Notre domaine familial se flatte d’exister depuis plusieurs générations, nous explique Philippe Granger. Le domaine est en agriculture raisonnée et raisonnable. Pour que la vigne soit plus vigoureuse, nous semons de l’engrais naturel et, quand elle a démarré son cycle, arrivent les opérations envert (ébourgeonnage, démarrage, écimage, effeuillage, labourage). Les vendanges sont faites manuellement, le raisin est cueilli, puis trié, et le raisin est éraflé à 80% à la cave (cette opération évite les tanins trop rustiques ou astringents). Une partie de nos vins passe dans de vieuxfoudres de chêne centenaires rénovés, rabotés, afin de respecter la micro-oxygénation naturelle. Ils y resteront minimum 24 mois suivant le millésime. Ils affineront les tanins, les arômes se chargeront en fruits noirs (cerise, cassis, mûres), avec des retours de cuir, de garrigue, ou d’épices suivant les essences de bois.”
    Vous allez aimer ce Châteauneuf-du-Pape Les Baptaurels rouge 2011, aux tanins amples, de bouche pleine, aux nuances de fruits des bois et des notes giboyeuses, d’excellente évolution. Beau 2010, aux notes complexes de mûre et d’humus, aux tanins très bien équilibrés, de bouche puissante, avec ces notes très caractéristiques et persistantes de fumé en finale. Excellent 2009, riche, charnu et parfumé (fruits rouges surmûris, cuir, épices), un vin alliant structure et distinction, de bouche dense et persistante, d’évolution prometteuse. Le 2008, médaille d’Or au Concours Vignerons Indépendants 2011, très classique, aux nuances d’épices, de fruits noirs, intense en couleur et en arômes, mêle gras et intensité. 
    Très joli Châteauneuf blanc, d’une grande finesse, racé, au nez puissant (acacia, fougère, pomme), de bouche parfumée et ample, avec des nuances d’amande, de narcisse et de citron, d’une belle persistance aromatique.

    Château MONT-REDONCHÂTEAUNEUF-DU-PAPE Château MONT-REDON

    Château MONT-REDON

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Jean Abeille et Didier Fabre

    84230 Châteauneuf-du-Pape
    Téléphone :04 90 83 72 75
    Télécopie : 04 90 83 77 20
    Email : contact@chateaumontredon.fr
    Site : boutique.chateaumontredon.com
    Site : www.chateaumontredon.fr

    Incontestablement à la tête des Premiers Grands Vins Classés. Pierre Fabre, fils de Didier Fabre est en charge de la Cave, Yann Abeille, fils de Jean Abeille, est responsable des vignobles, Jérôme Abeille, deuxième fils de Jean, après ses études d’ingénieur, est à la partie commerciale, et, enfin, Patrick Abeille, troisième fils de Jean, Inseec à Bordeaux, s’occupe de la partie gestion, social, marketing et commercial France.
    “Notre grande force, nous explique Jean Abeille, est d’avoir trois millésimes en stock d’avance, non pas parce que l’on n’arrive pas à les vendre mais l’on met un point d’honneur à ne pas commercialiser des Vins trop jeunes.
    Nous commercialisons actuellement les 2013, et nous ne commercialiserons les 2014 qu’en 2017. Le 2013 au Château Mont-Redon est un très beau millésime avec beaucoup de fruit, une belle structure tannique, les tanins sont ronds, élégants, bien mûrs, gras. Le 2014 s’annonce prometteur, un peu plus sur le fruit, alors que le 2013 est plus sur la structure. Ce sont deux beaux millésimes qui ont un joli potentiel de garde, de 12 à 15 ans, ici, nous produisons des Vins qui sont “taillés” pour vieillir au moins 25 ans. Nous n’extrayons pas trop, vendangeons à parfaite maturité, cela permet d’obtenir des tanins ronds, gras et soyeux. Ensuite, la vinification en cuves Inox apporte le fruité et la fraîcheur, et s’associe à un élevage en barrique parfaitement dosé (30 à 40% du volume), l’ensemble estharmonieux, bien équilibré. La réussite s’explique tout d’abord par le choix de la date des vendanges à maturité, de la rapidité de la récolte et d’entrée en cuves. La clientèle n’apprécie plus les degrés trop élevés, nous non plus, cela tombe bien ! Nos Vins se situent en général aux alentours de 14°2 et non pas 16 ou 17° comme l’on voit parfois, entraînant un déséquilibre qui nuit au plaisir de ladégustation.
    Le 2015 enflamme les papilles et les commentaires vont bon train. Il est vrai que c’est un millésime qui est supérieur aux 4 derniers. Lesraisins étaient absolument merveilleux, il me fait penser aux 2010 et 2000. C’est un vin d’une belle maturité, avec beaucoup de fruit, destanins veloutés, un vin chaleureux, puissant, équilibré, très long en bouche.
    Pour nos Lirac, notre vignoble tout proche d’ici, le 2015 est aussi un très beau millésime, fruité, élégant.
    En Provence, au Château Riotor, nos vignes ont un peu souffert de la sécheresse, et nous avons un déficit de volume de 15%, c’est d’ailleurs général dans toute la région… Les Vins sont de belle facture, bien fruités, très élégants.
    Blancs 2015, très joli millésime, que ce soit à Châteauneuf-du-Pape, en Lirac ou en Provence, les Vins sont superbes, beaucoup de minéralité, de fruité, du gras. Pour une fois, nous avons le même niveau de qualité que ce soit en blanc ou en rouge !”
    Excitez vos papilles avec ce Châteauneuf-du-Pape rouge 2013, de belle structure, au nez présent avec des notes de violette et de pruneau, riche en couleur, qui associe saveur et persistance, et se débouche sur un bœuf braisé aux carottes, par exemple. Le 2012 est complexe, avec ce charnu caractéristique, aux connotations de groseille avec cette pointe d’épices, de bouche à la fois puissante etsouple. Superbe 2011, tout en nuances aromatiques où dominent la groseille, la réglisse et les épices, de bouche riche, de garde. Très beau 2010, un vin complet et puissant, avec des nuances de cerise confite, alliant structure et élégance, aux tanins structurés, épicé etcharnu comme il se doit, vraiment remarquable. 
    Le Châteauneuf-du-Pape blanc 2014, 55% Grenache, 20% Clairette, 10% Bourboulenc, 10% Roussane et 5% Picpoul, aux senteurs depêche avec en finale une pointe de pamplemousse, vif et suave à la fois, est très parfumé, tout en distinction, tout en bouche. Le 2012 se goûte toujours aussi bien, puissant et très franc, au nez subtil, est ample, racé et distingué, aux connotations complexes où dominent les fleurs (aubépine, genêt), tout en persistance. “Les Blancs 2012 sont très aromatiques, poursuit Jean Abeille, avec beaucoup de gras, de rondeur, d’une bonne tenue acide, d’une grande longueur en bouche. Ils sont issus d’un terroir exceptionnel provenant du massif urgonien avec une zone calcaire qui permet aux Vins Blancs d’avoir une superbe minéralité et des arômes tertiaires d’une grande complexité.”
    Le Lirac rouge 2012, 70% Grenache, 20% Syrah et 10% Mourvèdre, est de bouche structurée, d’une belle harmonie, un vin aux arômesd’épices et de fruits noirs, bien équilibré et généreux, tout en bouche comme le Lirac Mont-Redon rosé, 60% Grenache et 40% Syrah, à la fois tendre et nerveux, très agréable sur des plats exotiques. Il y a encore le CDR rouge 2014, 80% Grenache et 20% Syrah, au nezprésent avec des notes de violette et de pruneau, un vin riche en couleur, dense et d’une belle persistance aromatique en finale, le CDRrosé, Grenache et Syrah, et le CDR blanc, 90% Roussane et 10% Viognier, fin, élégant, qui sent bon les fruits Blancs. Voir le Côtes-de-Provence Château Riotor.

    Domaine SAJECHÂTEAUNEUF-DU-PAPE Domaine SAJE

    Domaine SAJE

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Jérome Mathieu
    rue du Commandant Lemaître
    84230 Châteauneuf du Pape
    Téléphone :06 80 95 82 53
    Email : jerome@domaine-de-saje.fr

    “Le Domaine de Saje, nous explique Jérôme Mathieu, c’est la contraction des initiales du prénom de mon épouse et de mon prénom. En effet, avec mon frère, nous avons décidé de créer notre propre entité.
    Le Domaine de Saje va représenter 8 ha de vignes, plusieurs parcelles sur des terroirsurgoniens et argilo-calcaires, je n’ai pas de terroirs de silice. L’âge moyen de mes vignes et de 45 à 50 ans, j’ai cette chance d’avoir de vieilles vignes qui apportent de la concentration et de la personnalité aux vins, et je possède également les 13 cépages de l’appellation, avec une dominante de Grenache. La récolte 2015 a été magnifique, j’ai vendangé tôt avant la pluie. Le vin s’annonce très prometteur. Son élevage s’effectue aisément, c’est un vin tout en souplesse. J’aurai une cuvée Traditionnelle, qui correspond à un très bonChâteauneuf-du-Pape classique, et une cuvée plus élaborée qui s’appellera cuvée Marquis Anselme Mathieu, je conserve le nom, unecuvée plus concentrée aux notes de sucrosité, un vin très velouté.”

    Domaine SERGUIER

    Domaine SERGUIER

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Daniel Nury
    10, rue Alphonse Daudet
    84230 Châteauneuf-du-Pape
    Téléphone :04 90 83 73 42 et 06 15 66 58 90
    Télécopie : 04 90 83 73 42
    Email : nury.daniel@wanadoo.fr
    Site : www.domaine-serguier.com

    Le domaine est né à la fin du XIXe, par la volonté d’Hippolyte Serguier. 100 ans plus tard en 1997, Daniel Nury reprend le domaine familial situé au cœur du village au pied des remparts deChâteauneuf-du-Pape.
    Beau Châteauneuf-du-Pape cuvée Révélation 2013 (Grenache noir majoritaire avec 10% de Mourvèdre, Cinsault et Syrah) issu de très vieilles vignes de 80 ans aux rendements inférieurs à 30hl/ha, vendanges manuelles avec tri à la parcelle, élevage 14 mois en barriques, de bouche pleine et riche, de belle robe grenat, au nez de cerise confite et d’humus, un vin qui mérite une cuisine relevée. Savoureux 2012, où s’entremêlent des notes de petits fruits rouges bien mûrs et de réglisse, puissant, savoureux, tout en bouche, que l’on apprécie aussi bien sur un Roquefort qu’avec des filets de lièvre aux marrons en papillotte. Le Châteauneuf-du-Pape Tradition rouge, 70%Grenache, 12,5% Mourvèdre, 12,5% Syrah et 5% autres (Cinsault, Counoise, Muscardin...), a des arômes de fruits cuits (cerise noire, groseille...), un vin riche et coloré, de belle teinte grenat soutenu.
    Le Châteauneuf-du-Pape blanc 2014, parts égales de Grenache blanc et de Clairette blanche (40% de chaque) avec 20% de Bourboulenc, au nez de sureau et d'acacia, associés à des notes d'agrumes, parfaitement équilibré entre le gras et la fraîcheur.

    Domaine TOUR SAINT-MICHEL

    Domaine TOUR SAINT-MICHEL

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Earl Vignobles Fabre
    Quartier Les Petites Serres
    84230 Châteauneuf-du-Pape
    Téléphone :04 90 83 73 24
    Télécopie : 04 90 83 51 01
    Email : domaine.tour.stmichel@orange.fr
    Site : www.toursaintmichel.com

    Une histoire familiale depuis 3 générations; tout d'abord, Michel Fabre, fondateur du domaine, en 1930, a transmis sa passion à son fils Henri. Ce dernier, avec l'aide de son épouse Éliane, a développé et agrandi le domaine, qui compte actuellement 40 ha, dont 35 ha en Châteauneuf-du-Pape. Aujourd'hui, Mireille, leur fille, gère le vignoble, dans le respect de la tradition familiale en apportant un style plus moderne.
    Très réussi, typé, leur Châteauneuf-du-Pape cuvée du Lion 2013, Grenache (75%), Syrah (20%),Mourvèdre (5%), vendanges manuelles et traditionnelles avec longue cuvaison, élevage pour 20% en barriques de 2 ans, au nez dominé par les petits fruits rouges (groseille, griotte), coloré, puissant et charpenté, avec, au palais, des nuances de petits fruits rouges à noyau, un vin typé, tout en bouche. Le 2012 se goûte très bien, médaille d’Argent concours Vignerons Indépendants 2014, dense, aux taninsriches et souples à la fois, avec ces senteurs de cuir et de fruits macérés en finale. Le 2011 est savoureux, de couleur soutenue, au nezcomplexe, aux notes de fraise des bois, d’humus et d'épices, un vin corsé et typé, que l’on pourra associer sans problèmes avec un bœuf en daube. 
    On poursuit avec ce Châteauneuf-du-Pape Tradition cuvée des Deux Sœurs 2012, 90% Grenache et 10% Syrah, l’une des plus séduisantes bouteilles savourées dans la région cette année, de couleur cerise soutenu, aux arômes puissants de fruits cuits et de sous-bois, aux tanins fermes, poursuit son évolution. Le Châteauneuf-du-Pape cuvée Feminessance 2012, 60% Grenache et 40% Syrah, élevage en barriques, au nez à la fois intense et subtil où s’entremêlent la griotte mûre et une touche épicée spécifique, mêle structure et ampleur.
  • L'ACCORD IDEAL DES VINS ET DES FROMAGES

     

    La France compte beaucoup de fromages de différentes sortes. Le plateau de fromage fait donc partie des rituels de la table, pourtant beaucoup d’idées reçues s’effondrent à la dégustation. L’alliance des vins et des fromages en est l’exemple le plus frappant. Dans tous les cas : éviter les vins rouges puissants et tanniques sur les fromages, ces vins rouges font ressortir de l’amertume. Facilitez vous le choix en présentant des fromages de la même famille ; pâtes fraîches, pâtes molles à croûte fleurie, pâtes molles à croûtes lavées ou encore pâtes pressées cuites ou non cuites et pâtes persillées. Le choix du vin sera alors plus simple.

    Quel vin avec les fromages à pâtes fraîches : faisselle, broccio Corse, crémets d’Anjou…

    On les connaît plus sous le nom de fromages blancs. Ce sont des fromages qui ont peu de personnalité et qui sont acides. Ils accompagnent souvent des plats salés ou sucrés. Sur le salé, servez un vin blanc simple, avec de la vivacité et sur le fruit comme des vins du Val de Loire tel que Reuilly, Quincy et si l’accompagnement est sucré, servez plutôt un vin blanc moelleux sur des notes de coings, fruits exotiques, miel comme un Montlouis ou un Côtes-de-Bergerac.

    Quel vin avec les fromages à pâtes molles à croute fleurie : Chaource, Brie, Camembert...

    Avec ce type de fromages onctueux et crémeux révélant des notes lactées voire légèrement champignonnées au gout en bouche de notes de beurres et de noisette fraîche. Sur un camembert, privilégiez un cidre brut mais si vous voulez vraiment servir un vin, alors choisissez un vin rouge peu tannique, léger et souple, voire gouleyant : un Beaujolais, un Gamay de la Loire ou bien un Bouzy. Avec le Chaource, fromage onctueux, préférez un Champagne brut, un Crémant ou un rosé des Riceys qui apporteront fraîcheur à l’accord.

    Quel vin avec les fromages à pâtes molles à croûtes lavées : époisses, Munster, maroilles, Pont l’évêque...

    Ce sont des fromages très odorants. Facilement reconnaissables à l’humidité de leur croûte et à leur couleur orangée. Leur pâte est d’une couleur beige claire. Leur odeur rappelle la ferme mais le goût est totalement différent. Sur ce type de fromage, on favorisera des vins blancs typés et aromatiques dotés d’une belle vivacité comme un Gewürztraminer, un Châteauneuf-du-Pape blanc ou un vin d’Arbois qui équilibreront la force du fromage, dont la puissance aromatique répondra aux arômes du vin. Pensez aussi aux bières de caractère et pourquoi pas à une eau-de-vie de type marc de Bourgogne.

    Quel vin aves les fromages à pâtes pressées non cuites : Cantal, Saint-nectaire, Tome de Savoie...

    Les fromages à pâtes pressées non cuites sont souples et moelleux. Les seuls qui peuvent véritablement s’accorder avec les vins rouges charnus et épicés : Côtes-du-Rhône Villages, Gaillac, Fronton, ou encore des rouges de Provence. A essayer les vins blancs ronds et expressifs qui donneront un accord très délicat révélant le caractère fruité du fromage. Ils apporteront légèreté à l’ensemble vin-fromage. Pour un accord parfait, faites attention à l’affinage du fromage, plus il est affiné, plus le vin devra être évolué c’est à dire de quelques années.

    Quel vin avec les fromages à pâtes pressées cuites : Emmental, Gruyère, Comté...

    Tous issus du lait de vache, Ils font partie de la famille des « gruyères ». Ce sont des fromages excellents et fins qui développent des notes fruitées et de noisette. Ces fromages se marient très bien avec des vins blancs gras à la finale sur des notes beurrées, légèrement boisées et même de fruits secs. Les grands vins blancs de Bourgogne tels que Meursault, Corton Charlemagne répondent bien à ces critères. Un vin jaune du Jura donnera un accord intéressant avec un vieux Comté. L’élevage sous voile c’est à dire en contact avec l’oxygène apporte des arômes complexes qui va sublimer les notes de fruits secs du fromage.

    Quel vin avec les fromages à pâtes persillées : Bleu des Causses, Fourme d’Ambert, Roquefort …

    La dégustation d’un vin de Sauternes sur des fromages bleus est magique, le vin sort toujours flatté du mariage, épuré par cette alliance entre deux moisissures nobles. Mais le Sauternes n’est pas unique sur la planète des liquoreux. Loupiac, Sainte Croix-du-Mont, Monbazillac s’accordent avec le Roquefort ou la Fourme d’Ambert. Les vins doux de Jurançon sont parfaits sur un bleu de Bresse ou d’Auvergne ; le Quart de Chaume ou le Bonnezeaux se marient avec toute la gamme des fromages persillés. Un grand fromage bleu trouvera son allié dans un Maury ou un Banyuls âgés d’une dizaine d’années. Ces vins mutés très sucrés résistent à la fois au sel et aux arômes puissants du fromage ; les vins gagnent en finesse et la sensation de chaleur en bouche est estompée. Un Muscat de Lunel ou encore un Muscat de Beaume de Venise avec un Roquefort jeune est aussi envisageable. Quant aux vins rouges, oublions-les : ils ne sauraient résister devant la force du pénicilium.

    Quel vin avec les fromages de chèvre

    Les fromages de chèvres sont légion : du plus frais au plus affiné, du simple broccio au plus sec des fromages Corses. Préférez les vins blancs plutôt que les rouges car les arômes des vins rouges sont masqués. N’oubliez pas de choisir le vin en fonction du degré d’affinage du fromage qui peut être très crémeux ou bien sec.
    Avec le fromage de chèvre frais, on choisira des vins blancs vifs et fruités comme un Quincy, un coteau–du-Giennois, un Sauvignon blanc de Touraine ou encore un Mâcon. L’accord mets vins doit être tonique et la bouche rester fraîche.
    Lorsque le fromage est affiné sec, l’idéal est un vin doux, assez léger et plein d’agrément comme un Muscat de Saint-Jean-de-Minervois ou un Vouvray demi-sec dont le cépage chenin blanc apporte fraîcheur.
     

  • L'ACCORD IDEAL DES VINS ET DES FROMAGES

     

    La France compte beaucoup de fromages de différentes sortes. Le plateau de fromage fait donc partie des rituels de la table, pourtant beaucoup d’idées reçues s’effondrent à la dégustation. L’alliance des vins et des fromages en est l’exemple le plus frappant. Dans tous les cas : éviter les vins rouges puissants et tanniques sur les fromages, ces vins rouges font ressortir de l’amertume. Facilitez vous le choix en présentant des fromages de la même famille ; pâtes fraîches, pâtes molles à croûte fleurie, pâtes molles à croûtes lavées ou encore pâtes pressées cuites ou non cuites et pâtes persillées. Le choix du vin sera alors plus simple.

    Quel vin avec les fromages à pâtes fraîches : faisselle, broccio Corse, crémets d’Anjou…

    On les connaît plus sous le nom de fromages blancs. Ce sont des fromages qui ont peu de personnalité et qui sont acides. Ils accompagnent souvent des plats salés ou sucrés. Sur le salé, servez un vin blanc simple, avec de la vivacité et sur le fruit comme des vins du Val de Loire tel que Reuilly, Quincy et si l’accompagnement est sucré, servez plutôt un vin blanc moelleux sur des notes de coings, fruits exotiques, miel comme un Montlouis ou un Côtes-de-Bergerac.

    Quel vin avec les fromages à pâtes molles à croute fleurie : Chaource, Brie, Camembert...

    Avec ce type de fromages onctueux et crémeux révélant des notes lactées voire légèrement champignonnées au gout en bouche de notes de beurres et de noisette fraîche. Sur un camembert, privilégiez un cidre brut mais si vous voulez vraiment servir un vin, alors choisissez un vin rouge peu tannique, léger et souple, voire gouleyant : un Beaujolais, un Gamay de la Loire ou bien un Bouzy. Avec le Chaource, fromage onctueux, préférez un Champagne brut, un Crémant ou un rosé des Riceys qui apporteront fraîcheur à l’accord.

    Quel vin avec les fromages à pâtes molles à croûtes lavées : époisses, Munster, maroilles, Pont l’évêque...

    Ce sont des fromages très odorants. Facilement reconnaissables à l’humidité de leur croûte et à leur couleur orangée. Leur pâte est d’une couleur beige claire. Leur odeur rappelle la ferme mais le goût est totalement différent. Sur ce type de fromage, on favorisera des vins blancs typés et aromatiques dotés d’une belle vivacité comme un Gewürztraminer, un Châteauneuf-du-Pape blanc ou un vin d’Arbois qui équilibreront la force du fromage, dont la puissance aromatique répondra aux arômes du vin. Pensez aussi aux bières de caractère et pourquoi pas à une eau-de-vie de type marc de Bourgogne.

    Quel vin aves les fromages à pâtes pressées non cuites : Cantal, Saint-nectaire, Tome de Savoie...

    Les fromages à pâtes pressées non cuites sont souples et moelleux. Les seuls qui peuvent véritablement s’accorder avec les vins rouges charnus et épicés : Côtes-du-Rhône Villages, Gaillac, Fronton, ou encore des rouges de Provence. A essayer les vins blancs ronds et expressifs qui donneront un accord très délicat révélant le caractère fruité du fromage. Ils apporteront légèreté à l’ensemble vin-fromage. Pour un accord parfait, faites attention à l’affinage du fromage, plus il est affiné, plus le vin devra être évolué c’est à dire de quelques années.

    Quel vin avec les fromages à pâtes pressées cuites : Emmental, Gruyère, Comté...

    Tous issus du lait de vache, Ils font partie de la famille des « gruyères ». Ce sont des fromages excellents et fins qui développent des notes fruitées et de noisette. Ces fromages se marient très bien avec des vins blancs gras à la finale sur des notes beurrées, légèrement boisées et même de fruits secs. Les grands vins blancs de Bourgogne tels que Meursault, Corton Charlemagne répondent bien à ces critères. Un vin jaune du Jura donnera un accord intéressant avec un vieux Comté. L’élevage sous voile c’est à dire en contact avec l’oxygène apporte des arômes complexes qui va sublimer les notes de fruits secs du fromage.

    Quel vin avec les fromages à pâtes persillées : Bleu des Causses, Fourme d’Ambert, Roquefort …

    La dégustation d’un vin de Sauternes sur des fromages bleus est magique, le vin sort toujours flatté du mariage, épuré par cette alliance entre deux moisissures nobles. Mais le Sauternes n’est pas unique sur la planète des liquoreux. Loupiac, Sainte Croix-du-Mont, Monbazillac s’accordent avec le Roquefort ou la Fourme d’Ambert. Les vins doux de Jurançon sont parfaits sur un bleu de Bresse ou d’Auvergne ; le Quart de Chaume ou le Bonnezeaux se marient avec toute la gamme des fromages persillés. Un grand fromage bleu trouvera son allié dans un Maury ou un Banyuls âgés d’une dizaine d’années. Ces vins mutés très sucrés résistent à la fois au sel et aux arômes puissants du fromage ; les vins gagnent en finesse et la sensation de chaleur en bouche est estompée. Un Muscat de Lunel ou encore un Muscat de Beaume de Venise avec un Roquefort jeune est aussi envisageable. Quant aux vins rouges, oublions-les : ils ne sauraient résister devant la force du pénicilium.

    Quel vin avec les fromages de chèvre

    Les fromages de chèvres sont légion : du plus frais au plus affiné, du simple broccio au plus sec des fromages Corses. Préférez les vins blancs plutôt que les rouges car les arômes des vins rouges sont masqués. N’oubliez pas de choisir le vin en fonction du degré d’affinage du fromage qui peut être très crémeux ou bien sec.
    Avec le fromage de chèvre frais, on choisira des vins blancs vifs et fruités comme un Quincy, un coteau–du-Giennois, un Sauvignon blanc de Touraine ou encore un Mâcon. L’accord mets vins doit être tonique et la bouche rester fraîche.
    Lorsque le fromage est affiné sec, l’idéal est un vin doux, assez léger et plein d’agrément comme un Muscat de Saint-Jean-de-Minervois ou un Vouvray demi-sec dont le cépage chenin blanc apporte fraîcheur.
     

  • LE "FEU“ DE L'ARMAGNAC ET LES TROIS INCONTOURNABLES

    La question des millésimes en Armagnac une affaire plus simple qu’il n’y paraît. Voici les données du problème.

    La récolte de chaque année est bien spécifique et comparable en qualité aux vins de Bordeaux blancs secs, à ceci près : il faut des vins de 8° à 10° pour élaborer un bon Armagnac, un faible degré donnant une meilleure eau-de-vie. Les vins de Gascogne sont ainsi distillés sur leurs lies, comme en Charente, le plus tôt possible après leurs fermentations, dans des alambics dits armagnaçais (traditionnellement), à coulée continue, aboutissant à une eau-de-vie de 55° à 66°. Seulement, au cours du vieillissement, les différences entre les divers millésimes s’estompent et après quelque 10 ou 15 ans de fûts, il n’existe plus de véritable originalité pour chacun des millésimes.

    Plus l’Armagnac vieillit, plus il ressemble à un autre Armagnac d’une autre année issu du même domaine. C’est pourquoi il peut sembler grotesque de publier des cartes de millésimes pour les Armagnacs de plus de 15 ans de vieillissement. Plus que le millésime, le terroir a son importance, et les Gascons s’accordent à reconnaître que la meilleure eau-de-vie provient de la région landaise du grand Bas Armagnac, un territoire de 25 km de long, situé dans la partie la plus à l’ouest de la région, autour des villes de Labastide d’Armagnac, Le Frêche, Lannemaignan, Arthez d’Armagnac, Montguillem, Bourdalat, Hontanx, et Le Houga.

    Plus à l’est, ce sol fait de sables fauves et d’argiles où la vigne donne les meilleurs résultats disparaît. Il existe une grande différence en fonction des cépages, le Saint-Emilion (Ugni blanc) étant plus fin, le Baco plus rond, plus dur, plus “physique”.

    La distillation apporte elle aussi des différences car il est permis de distiller dans des alambics à repasse de type charentais (comme le Cognac), ce qui donne des eaux-de-vie plus souples, commercialisables bien entendu plus rapidement, ou bien dans des alambics armagnaçais à coulée continue à 55°.
    Bien que l’eau-de-vie soit, dans ce cas, plus longue à vieillir, elle y gagne en caractère.

    Enfin, il y a le vieillissement, avec pour critères la qualité du bois des pièces et l’atmosphère du chai. La majorité des professionnels s’entendent pour dire que le meilleur bois pour vieillir un Armagnac est le bois de chêne pédonculé des forêts environnantes (Monzin), séché 6 ou 7 ans, bien fendu, bien échaudé, pas trop tannique et pouvant conserver une eau-de-vie plus de dix ans.

    Le vieillissement s’effectue dans des pièces de 400 litres entreposées dans des chais différents. Dans les chais humides exposés au nord, sous la maison, l’eau-de-vie perd beaucoup de degré et vieillit vite. En 10 ans, elle en ferait 20 si on ne la montait pas ensuite dans un chai sec, où elle diminue davantage de volume et vieillit plus doucement.

    Avec tout cela, les Gascons auraient bien tort de ne pas sauvegarder ce privilège qu’ils sont les seuls en France à s’être octroyé : celui du millésime, c’est un “plus” dans le cas d’une excellente eau-de-vie provenant des meilleurs terroirs de grand Bas Armagnac, bien distillée et surtout bien vieillie. Encore faudrait-il mentionner sur chaque bouteille millésimée la date de l’embouteillage, car l’Armagnac, comme tous les alcools, ne vieillit plus en bouteille (pour mémoire, et pour exemple, n’oubliez pas qu’un Armagnac de 1945 embouteillé en 1950 n’a en fait que 5 ans de vieillissement, malgré son âge quasi canonique…). J’ai eu la chance de savourer plusieurs très vieilles bouteilles, dont un bon nombre avec les Darroze, et notamment des millésimées 1848 (vous lisez bien), 1878, 1900, 1959, 1966 (les deux vraiment splendides) ou 1970.

    Enfin, il faut savoir qu’il n’y a pas vraiment de différences entre les vieux millésimes qui résulteraient de la qualité intrinsèque de la vendange. Ces différences sont dues à la qualité de l’eau-de-vie après distillation, donc à son origine, son mode de distillation, sans oublier la qualité du vieillissement.

     

    H. DARTIGALONGUE et FilsALCOOLS H. DARTIGALONGUE et Fils

    H. DARTIGALONGUE et Fils

    (ALCOOLS)
    Françoise Dartigalongue
    Place du Four - BP 9
    32110 Nogaro
    Téléphone :05 62 09 03 01
    Télécopie : 05 62 09 01 78
    Email : contact@dartigalongue.com
    Site : www.vinsdusiecle.m/dartigalongue
    Site : www.dartigalongue.com

    Formidable Bas-Armagnac cuvée Louis-Philippe 170e (la maison a fêté ses 170 ans, 1838-2008, d’où le nom), aux nuances de rancio et d’épices, trèsfloral, à la fois sec et suave, très persistant, une bouteille de grande classe, tout en distinction.
    Parmi la collection de vieux Armagnac, quatre millésimes qui expriment toutes leurs qualités en étant dégustés à des degrés supérieurs à 40% ont été mis en bouteille d’exception de 70 cl, cette gamme est destinée à des amateurs d’Armagnac de caractère. Le millésime 1978 est à 44%, de couleur ambre soutenu, de grande persistence d’arômes, où toute l’élégance de la maison vient s’allier à une intensité d’une grande persistance. Il y a aussi le Bas-Armagnac de 25 ans, de robe limpide, d’une belle présence tannique, où s’entremêlent des nuances de prunecuite, de vanille et de réglisse. Le Bas-Armagnac de 30 ans, issu de plusieurs Armagnacs dont le plus jeune a donc, au minimum, 30 ans, est très racé, aux connotations de figue sèche et de cacao, légèrement fumées, d’une grande onctuosité en bouche, très parfumé (noix, pruneau), d’une longue finale.
    “Notre Blanche Armagnac, nous dit Benoît Hillion, est issue d’un assemblage des cépages Ugni Blanc, Baco et Folle Blanche. À la sortie de l’Alambic, le distillat qui titre 60° est réduit de nombreuses fois afin de libérer progressivement ses arômes et obtenir une eau-de-viedont la finesse et la longueur en bouche sont remarquables. Nous faisons une réduction en plusieurs étapes successives, puis une stabilisation en cuves Inox pendant 3 mois, le degré de commercialisation est de 43°. Sa couleur est limpide, son nez a des notes defleurs blanches, poire, pomme, baie de genièvre. On retrouve en bouche les mêmes arômes, avec une finale aux notes d’amande douce typique des cépages armagnacais. Belle texture à la fois puissante et onctueuse, remarquable longueur.”
     

    Château GARREAUALCOOLS Château GARREAU

    Château GARREAU

    (ALCOOLS)
    Carole Garreau

    40240 La Bastide d'Armagnac
    Téléphone :05 58 44 81 08 et 05 58 44 84 35
    Télécopie : 05 58 44 87 07
    Email : chateau.garreau@wanadoo.fr
    Site : www.chateau-garreau.fr

    Carole Garreau, son père et son mari, ont repris en 2006 la propriété familiale (depuis 1919), auparavant tenue par son oncle. Ils sont passionnés et maîtrisent l’ensemble du processus, de la vigne à l’élevage de leurs Armagnacs dans un chai souterrain unique en son genre. Sur leur site, ils hébergent également l’Écomusée de l’Armagnac qui permet de faire mieux découvrir ce formidable produit, au travers d’un Musée des vigneronset d’un Musée des alambics.
    Vous aimerez cet Armagnac Napoléon, bien sec comme il se doit, où la richesse s’allie à l’élégance, avec des notes de fruits surmûris, de vanille et d’humus. L’Armagnac cuvée Royale, où l’on retrouve alors desarômes doux et délicats comme la figue mûre et les épices, développe une bouche puissante et chaude, d’une grande finale. Beau Bas Armagnac XO 15 Ans, 80% Baco, Ugni Blanc et Folle Blanche, qui fleure bon l’abricot, de bouche pleine, avec une finale de pruneau macéré bien typique. Le Bas Armagnac Millésime 1985 40%, médaille de Bronze Paris 2009, est remarquable, marqué par ces connotations de rancio, d’épices et de fruits cuits, avec, en bouche, des nuances de moka et de caramel très délicates.
     

    GELASALCOOLS GELAS

    GELAS

    (ALCOOLS)
    Philippe Gélas
    46 - 48, avenue Edmond Bergès
    32190 Vic-Ferenzac
    Téléphone :05 62 06 30 11
    Télécopie : 05 62 06 58 95
    Email : contact@gelas.fr
    Site : www.gelas.fr

    Si l’on retrouve des traces de la famille à partir de 1246, et dans celle du Mousquetaire du Roi D’Artagnan (né Charles de Batz), c’est surtout vers la moitié du XIXe siècle que la famille Gélas lie son destin avec celui de l’Armagnac.
    Guillaume Gélas, tonnelier de son état, cède en 1865 son affaire à son fils Baptiste. Après la seconde guerre mondiale, Pierre Gélas révolutionne son époque en présentant en exclusivité des Armagnacs issus des terroirs du Bas Armagnac et de la Ténarèze à leur degré naturel de vieillissement et sans réduction. Cette sélection unique de propriétaires lui confère une notoriété sur les plus grandes tables françaises et étrangères. Aujourd’hui, son fils Philippe, représentant la quatrième génération de la famille Gélas, dirige la société depuis fin 2001.
    Savoureux Bas Armagnac 25 ans 40%, de très belle couleur ambré, de bouche savoureuse avec ces notes de fruits confits, de vanille et d’humus, très équilibré, tout en finesse, avec ces connotations de figue sèche, légèrement fumées, en finale, tout en bouche. 
    Autre style, avec ces bouteilles qui terminent leur élevage dans des fûts de différentes origines. Pour exemple, ce Bas Armagnac 8 ans Single Cask Château Coutet 1er Cru de Sauternes est particulièrement marqué par des notes de prunau et de grillé, de bouche à la foisronde et vive, d’une bien jolie persistance. Excellent Bas Armagnac 12 ans Single Cask Emilio Lustau Oloroso, à dominante des Baco etUgni Blanc, qui fleure la vanille avec une touche de café, et dégage aux papilles des connotations de fruits macéra, de noix et d’épices douces, très séduisant.
    Le Bas Armagnac 18 ans Single Cask Porto Barros est particuièrement charmeur, au nez envoûtant de fruits secs, de bouche intense, avec ces nuances de réglisse et d’orange amère, superbe, à prévoir, par exemple, sur un dessert au fruits rouges, nappé de chocolat.
     

     

  • L'ACCORD IDEAL DES METS AVEC LE CHAMPAGNE

     

    Source: Externe

    Pour le Champagne, s’il est bien sec, à l’apéritif ; s’il est demi-sec ou doux, au cours d’un repas ou en dessert (fruits et pâtisseries). Les inconditionnels peuvent faire tout un repas au Champagne, délaissant néanmoins les viandes rouges ou le gibier. Un vin idéal avec des crustacés, ou, s’il est plus charpenté (une cuvée de Prestige), sur un poisson en sauce ou un feuilleté de turbot. Le Champagne rosé s’apprécie sur une viande blanche ou sur un gâteau au chocolat (pas trop sucré).

     

  • L’accord idéal des mets et des vins

     
     
    A chaque vin, ses plats
     
    L’Alsace

    L’Alsace est l’exemple caractéristique des grandes régions vinicoles et gastronomiques françaises où le mariage des vins et des mets peut surprendre le plus. Bien sûr, on connaît les spécialités du pays, les choucroutes, les fromages, les charcuteries ou le kouglof, et l’intensité aromatique des grands crus, alliant finesse et richesse en bouche. On se doute bien qu’un vin d’Alsace se déguste aussi avec des crustacés ou des fruits de mer mais on oublie parfois l’extraordinaire osmose d’un Muscat avec des asperges, par exemple.

    Les vins peuvent se boire pratiquement tout au cours d’un repas. Sur la choucroute (Riesling), avec une sole meunière (l’Alsace est riche également de poissons de rivière), avec des crustacés. Plus original, le fameux “poulet au Riesling”, une blanquette de veau à l’ancienne. La puissance de son bouquet et sa persistance aromatique en bouche place le Gewurztraminer comme un apéritif idéal. Il est superbe (comme le Tokay Pinot Gris) avec un pâté en croûte ou une terrine de foies blonds, ainsi que sur la tarte flambée. Les Vendanges Tardives se savourent sur un foie gras d’oie d’Alsace, au naturel ou en brioche, et sur des fromages forts comme le maroilles, le munster ou le roquefort.

     
     
    Le beaujolais

    Il y a deux façons de déguster les crus du Beaujolais : dans leur jeunesse, en profitant de leur couleur et de leur fruité avec des charcuteries, des rillons, des fromages à pâte molle ou une viande rouge grillée (les Beaujolais-Villages, les crus de Brouilly, Côte-de-Brouilly, Chiroubles et Saint-Amour sont parfaits), ou parvenant à maturité, notamment les crus plus charpentés, c’est-à-dire avec un minimum de quatre à cinq années d’évolution, sur une cuisine plus élaborée.

    - Fleurie, Juliénas. Très parfumés, à dominante de fruits rouges et de sous-bois, à présenter avec une oie farcie, un fromage bleu (Auvergne ou Bresse), ou un gibier (perdrix).

    - Chénas, Morgon, Moulin-à-Vent, Régnié. Bouquetés et denses, parfaits sur une terrine de gibier, du jambon fumé ou un foie de veau.

     
     
    Le bordelais

    - Médoc et Haut-Médoc. Des vins riches et souples à la fois, de belle couleur, parfumés, équilibrés, de bonne garde. Ils se goûtent avec toutes les viandes rouges dont la fameuse entrecôte bordelaise cuite sur les sarments, et plus le millésime est ancien, parvenu à sa maturité, avec des plats complexes, gibiers, civets ou de l’agneau.

     

    - Margaux. Prédominance à l’élégance et la structure. Un vin concentré dans sa jeunesse, au nez subtil, qui a besoin de temps pour donner toute sa finesse. En dehors des viandes rouges, le gibier à plume.

     

    - Moulis et Listrac. De l’agneau, des viandes rouges, avec une prédominance pour un foie de veau sur un millésime à maturité, ou des ramiers aux cèpes en cocotte qui s’accordent bien avec le “moelleux” du vin.

     

    - Saint-Estèphe Puissant et concentré dans sa jeunesse, un très grand vin typé qu’il faut aussi savoir attendre, intense, à savourer avec une viande en sauce ou une bécasse.

     

    - Pessac-Léognan et Graves. En blancs, les vins, alliant finesse aromatique et persistance en bouche, s’associent à un veau en sauce ou une alose. Les rouges, bien typés, allient richesse et distinction sur du veau rôti, de l’agneau ou un gigot à la ficelle.

     

    - Fronsac et Canon-Fronsac. Des vins corsés et chaleureux, légèrement épicés, qui s’accordent bien avec un curry de mouton ou de l’agneau rôti.

     

    - Lalande-de-Pomerol. Couleur, concentration aromatique et onctuosité en bouche en font un vin qui se déguste avec la plupart des viandes, un magret de canard ou de l’agneau en croûte.

     

    - Lussac, Montagne, Puisseguin et Saint-Georges-Saint-Émilion. Bonne matière tannique, rondeur et bouquet. Idéal sur de l’agneau au four, des brochettes de canard ou un curry de mouton qui fait ressortir le caractère épicé du vin. Sur un vieux millésime, des mets plus riches comme un canard farci, un curry et les civets.

     

    - Saint-Émilion. Parfumé, corsé, un vin dense et ferme, pour viandes rôties et gibier à plume.

     

    - Pomerol. Ces vins riches, puissants en arômes comme en structure, denses et veloutés en bouche “collent” avec la plupart des gibiers et les truffes, dont on retrouve les arômes dans le vin. Essayez les œufs à la broche aux truffes fraîches.

     

    - Côtes-de-Bourg et Côtes-de-Bordeaux. Colorés, alliant charpente et rondeur en bouche, les Côtes-de-Bourg se marient avec du veau (sans sauce), de l’agneau, des magrets de canard et la plupart des gibiers à plume pour les vins parvenus à maturité. Le caractère légèrement épicé de ces crus les prédispose à un curry de poulet par exemple, des viandes en sauce légère ou des rognons.

     

    - Barsac et Sauternes. Pour profiter de leur richesse et de leur typicité, à l’apéritif. Plus conventionnel, sur un foie gras, pour un millésime assez jeune, et sur un dessert pas trop sucré comme une tarte aux framboises. Plus rare, la lamproie, et des ris de veau à la crème.

     

    - Loupiac. Plus souple, plus fruité, un vin tout en nuances aromatiques, onctueux, qui s’accorde avec les mêmes mets que ceux de Sauternes.

     

    - Entre-Deux-Mers. Francs, légers, fruités, des vins blancs secs surprenants par leur rapport qualité-prix, à découvrir sur les fruits de mer et les crustacés.

     

    - Bordeaux Supérieur. Souples et colorés, alliant charpente et bouquet, les vins se goûtent avec toutes les viandes rouges, mais aussi, pour des millésimes plus évolués, sur une escalope de veau ou un navarin de mouton.

     
    Vins et Gastronomie - Accords mets vins : Idée vins, votre guide cuisine et vins., Idée vins

    Guide Accords Mets et Vins

     
    La Bourgogne

    - Auxey-Duresses. Si le blanc est parfait avec les poissons de rivière ou une volaille, le rouge, riche, bouqueté, tout en bouche, s’accorde bien à la plupart des viandes rouges ou aux gibiers.

     

    - Chablis. Ampleur, suavité, vivacité et persistance aromatique pour ces crus de Chablis, à déguster sur des poissons de rivière, des langoustines flambées ou une côte de porc charcutière.

     

    - Chambolle-Musigny. Charme, puissance, finesse, couleur et concentration aromatique prédominent. Idéal sur un dindonneau à la broche ou une bécasse.

     

    - Puligny-Montrachet et Chassagne-Montra­chet. Bouquetés, secs et suaves à la fois, de beaux vins tout en persistance aromatique, pour les poissons et les viandes blanches cuisinées.

     

    - Corton-Charlemagne. Il se savoure avec un turbot poché, un veau Orloff ou une dinde aux marrons, un foie gras au naturel ou du caviar.

     

    - Côte-de-Beaune et Hautes-Côtes-de-Beaune. Bouquet et souplesse en bouche en font un rouge à boire sur un poulet rôti ou un jambon, du rosbif froid et un saint-nectaire.

     

    - Fixin. Solide et coloré, un Fixin se goûte fort bien avec une palombe, un coq au vin, voire un curry de mouton.

     

    - Mâcon. Une escalope (ou une langue) de veau et des poissons grillés pour le blanc, le gibier à plume pour le rouge qui s’accorde également avec une raclette.

     

    - Mercurey. Le rouge, ferme et fruité, d’excellente évolution, se goûte avec des beignets d’aubergines, une perdrix au chou ou un reblochon.

     

    - Meursault. Riche, parfumé, suave en bouche, un Meursault jeune se boit avec des ris de veau ou une dinde aux marrons. À maturité, il lui faut une blanquette de veau, des morilles à la crème ou des quenelles de brochet.

     

    - Nuits-Saint-Georges. Alliant charpente et finesse aromatique, ces vins s’accommodent d’un ragoût d’agneau, d’un civet de lapin, de grives ou d’un bourguignon.

     

    - Pommard. Solide et coloré, un grand Pommard se savoure sur des mets subtils et puissants à la fois, comme une palombe, une poule au pot, les viandes en sauce et le gibier.

     

    - Pouilly-Fuissé. Idéal sur un saumon grillé, des ris de veau, une poularde en croûte de sel ou des quenelles de brochet.

     

    - Rully. Le rouge s’accorde bien avec un jambon de sanglier, un canard farci ou le gibier. Le blanc avec tous les poissons.

     

    - Santenay. Sa structure lui permet de se marier avec la plupart des gibiers et les ragoûts (daubes). Idéal dans sa jeunesse avec une épaule d’agneau boulangère.

     

    - Vosne-Romanée. Concentration aromatique et velouté demandent un pintadeau en sauce, un poulet sauté aux morilles ou un râble de lièvre.

     
     
    La Champagne

    Pour le Champagne, s’il est bien sec, à l’apéritif ; s’il est demi-sec ou doux, au cours d’un repas ou en dessert (fruits et pâtisseries). Les inconditionnels peuvent faire tout un repas au Champagne, délaissant néanmoins les viandes rouges ou le gibier. Un vin idéal avec des crustacés, ou, s’il est plus charpenté (une cuvée de Prestige), sur un poisson en sauce ou un feuilleté de turbot. Le Champagne rosé s’apprécie sur une viande blanche ou sur un gâteau au chocolat (pas trop sucré).

     
     
    Le Languedoc

    - Corbières, Côtes-du-Roussillon, Fitou, Coteaux-du-Languedoc et Minervois. En rouge, le vin est marqué par des connotations fruitées et épicées caractéristiques qui lui permettent de tenir sur le gibier, les saucisses, le lièvre, avec un brie, sur les cassoulets du pays voire sur les pâtés à base de viande de mouton, qui sont légèrement sucrés. Le rosé se déguste sur les terrines ou un poulet basquaise, et les blancs avec les poissons, des volailles rôties ou sur un lapin à la moutarde.

     
     
    La Provence

    - Bandol et Cassis. Des vins rouges riches en arômes et en saveurs, avec cette touche vanillée, qui se marient avec des plats épicés. Pour des millésimes plus anciens, sur un lièvre à la royale, une poularde en croûte de sel ou un reblochon. Le rosé tient sur une ratatouille, une saucisse grillée ou des brochettes de rognons, et le blanc sur une escalope ou un sandre au beurre blanc.

     

    - Baux et Coteaux-d’Aix. Des rouges colorés, parfumés, aux notes de fruits rouges mûrs et d’humus, au caractère affirmé, qui se goûtent fort bien sur un foie, une selle d’agneau aux herbes ou un gigot. Goûtez le rosé, bien frais, sur des paupiettes de veau ou un veau Orloff.

     

    - Côtes-de-Provence (et Corse). Des rouges alliant couleur, parfums et souplesse en bouche, qui se marient avec une bonne potée, un rôti de porc froid ou un carré d’agneau. Pour les blancs, fruits de mer et bouillabaisse, tandis que le rosé se déguste avec une morue grillée ou des calmars.

     
     
    Le Sud-Ouest

    - Bergerac et Monbazillac. En Bergerac et Côtes-de-Bergerac, les rouges, parfumés et souples, sont adaptés à des viandes grillées, une côte de veau, un cassoulet ou une daube. Le blanc sec s’associe avec des écrevisses, des sardines grillées. Les moelleux, très fruités, aux connotations de miel, se goûtent à l’apéritif, en dessert sur une île flottante ou un flan, sur un bleu et le foie gras.

     

    - Cahors. Un vin riche en couleur comme en charpente qu’il faut apprécier avec des tripes, du gibier (chevreuil), un caneton aux figues, une oie rôtie aux marrons et aux pommes.

     

    - Gaillac. Le rouge s’adapte à la plupart des viandes et des plats légèrement épicés. Le blanc est vif et rond à la fois, à déboucher sur les poissons de rivière.

     

    - Jurançon. En blanc sec, un vin au nez de fruits secs, racé, tout en bouche, avec les poissons de rivière, et, en moelleux, un vin bouqueté, onctueux et typé, qui s’accorde avec les mêmes mets que ceux des autres liquoreux.

     

    - Madiran. Complexe et concentré, très parfumé, aux tanins fermes et puissants, très typé, un vin qu’il faut savoir attendre, à boire avec une viande en sauce, le gibier à poil ou un cassoulet.

     
     
    Le Val de Loire

    - Chinon. S’il est jeune, avec une volaille ; s’il est parvenu à maturité, il convient aux viandes rouges, à un canard ou à un gibier cuisiné légèrement.

     

    - Coteaux-du-Layon. Des moelleux à déguster à l’apéritif, sur les charcuteries, avec un foie gras ou des fromages bleus. Goûtez-les sur un saucisson brioché ou un homard.

     

    - Sancerre et Pouilly-Fumé. Sec, nerveux et fruité, le blanc se goûte avec les fruits de mer, les rillettes, l’andouillette au vin et les poissons. Le rosé s’adapte à toutes les charcuteries, et le rouge à un canard ou à une dinde aux marrons.

     

    - Saumur. Un blanc sec et floral, idéal sur une côte de veau ou des rillons, et des rouges que la plupart des dégustateurs apprécient avec du mouton, un magret, voire un faisan pour un millésime plus ancien. Goûtez aussi les Crémants, très fins.

     

    - Touraine. Des vins frais et fruités, qui se boivent avec des rillons quand ils sont jeunes (pour les rosés et rouges), puis sur une volaille, des pigeonneaux, du veau grillé. Le blanc se marie avec les mêmes plats que les vins de Saumur.

     

    - Vouvray. Des blancs secs pour les fruits de mer et les poissons, et des moelleux bien typés, frais et fruités à l’apéritif ou avec les charcuteries du pays. N’oubliez pas les Crémants.

     
     
    La Vallée du Rhône

    - Châteauneuf-du-Pape. Des rouges riches et charpentés, très parfumés, qui sentent la garrigue et les fruits surmûris, et s’apprécient sur le gibier (sanglier, chevreuil, lièvre) ou avec les truffes. Les blancs sur une cuisine riche.

     

    - Cornas et Côte-Rôtie. De grands vins rouges intenses et complexes, concentrés au nez comme en bouche, d’excellente garde, qu’il faut savoir attendre et déguster sur des plats épicés.

     

    - Côtes-du-Rhône et CDR-Villages. Dans leur jeunesse, les rouges vont parfaitement avec les viandes blanches ou les volailles (pigeonneaux). Plus vieux, ils méritent un chou farci, une daube et du gibier (perdrix). Les rosés “collent” aux terrines et aux poissons grillés, et les blancs à une escalope panée ou à un sandre au beurre blanc.

     

    - Gigondas. Le vin est puissant au nez comme en bouche, ferme, d’excellente garde et se marie aussi bien avec un gigot à la ficelle ou une selle d’agneau qu’avec des mets plus riches comme une daube ou le gibier.

     

    - Hermitage et Saint-Joseph. Idéal sur une viande rouge ou de l’agneau quand ils sont jeunes, puis, à maturité, avec un lièvre à la royale ou un salmis de colvert. Les blancs, suaves et onctueux, sur une blanquette ou un saumon grillé.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu