Avertir le modérateur

Web

  • L'ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES VINS : P, COMME...

    5.jpgPAARL
    Afrique du Sud. La ville se situe à l’intérieur des terres, à l’est du Cap. C’est le centre de quelques-uns des bons blancs de cette province.

    PACHERENC-DU-VIC-BILH
    Une appellation confidentielle du Sud-Ouest de la France qui produit surtout des vins secs, assez typés et parfois charmants.

    PAÏEN
    Vin suisse cultivé près de Visperterminen.

    PAILLE (VIN DE)
    Autrefois provenant de raisins séchés sur un lit de paille ou suspendus avant d’être égrappés, le vin de paille est aujourd’hui produit à partir de raisins étendus sur des claies de bois dans un lieu sec et aéré. Ce “séchage” dure deux à trois mois et apporte au vin une onctuosité naturelle qui lui permet, après un passage de quelques années en fûts, d’être de très longue garde.

    PAILLON
    C’est le nom du fourreau de paille dans lequel on mettait les bouteilles pour les protéger lors des expéditions.

    PAIS
    Cépage chilien.

    PALATINAT
    La région de Rhénanie-Palatinat s’étend du nord au sud, de Monsheim à Wissembourg, sur une largeur d’une vingtaine de kilomètres, dans la continuité de la région de Hesse-Rhénanie, et doit l’origine de son nom français aux comtes palatins du Saint-Empire. Le climat est chaud, le pays fertile, les vignobles prolifiques et très étendus. Allemagne.

    PALETTE
    Non loin d’Aix-en-Provence, une minuscule appellation proche d’Aix-en-Provence qui se situe sur des parcelles d’éboulis calcaires. A retenir surtout pour les rouges.

    PALIDO
    Bon vin moelleux de dessert, jeune et sec, provenant de la DO Condado de Huelva, en Espagne méridionale.

    PALISSAGE
    Méthode pour guider et ordonner les rameaux de la vigne sur des fils de fer.

    PALOMINO
    Le cépage de référence du Xérès (Espagne). On en trouve aussi en Australie et en Afrique du Sud.

    PALUS
    Sol fertile d’origine alluviale récente, souvent planté inopportunément, peu propice réellement à la vigne de qualité. On en trouve dans la région bordelaise, notamment dans celle du Médoc.

    PAMID
    Cépage rouge bulgare largement répandu et donnant des vins ordinaires.

     

    LE VIN DE A à Z
    A - B - C - D - E - F - G - H -I - J
    K - L - M - N - O - P - Q - R -S
    T - U - V - W - X - Y - Z

     

     

    PAMPELUNE
    Espagne. La ville est belle et permet, par son implantation géographique privilégiée, de partir à la découverte des vignobles de Rioja.

    PANIER DE SERVICE
    Corbeille ou objet légèrement incliné où l’on couche une bouteille de vin lors d’un repas, pour mieux la présenter et servir le vin sans trop le secouer.

    PARASITES
    Les principaux parasites de la vigne sont les araignées (jaune ou rouge), l’altise, le cochyllis, la cochenille, le papillon pyrale et les vers (ver gris, ver fil-de-fer…).

    PARCHET
    Terme suisse qui désigne une parcelle de vigne, certainement cloturée (un clos).

    PAROS
    Célèbre île des Cyclades, où l’on trouve ce bon vin blanc grec, assec sec, au nez complexe, de bonne bouche, généralement bien fait, issu du cépage Monemvassia. Le puissant vent du nord de la mer Egée, le Meltem, y conditionne la culture en vigne basse (en gobelet).

    PARELLADA
    Raisin blanc de Catalogne (voir Espagne).

    PAROS
    Grèce. L’île de Paros produit ce vin vin blanc parfumé, provenant du cépage typique Monemvassia.

    PARSAC-SAINT-ÉMILION
    L’une des appellations satellites de Saint-Émilion. Elle n’est plus utilisée aujourd’hui.

    PASSE
    Seconde petite étiquette facultative sur laquelle peuvent être inscrits divers renseignements sur le vin.

    PASSERILLAGE
    Méthode de surmaturation des raisins consistant à faire évaporer l’eau de leur constitution en les exposant par exemple au soleil, sur un lit de paille, pour obtenir une concentration des sucres et un degré alcoolique plus élevé. La pratique est utilisée pour certains vins du Jura (les Vins de Paille), des Muscats et des liqueurs. Une autre méthode consiste à tordre le pédoncule de la grappe pour interrompre la circulation de la sève, provoquer un dessèchement du raisin,  et une concentration de sa teneur en sucre.

    PASSETOUTGRAIN
    Bourgogne. Modeste appellation de vins rouges qui peuvent provenir des cépages Pinot noir et Gamay.

    PASSITO
    En Italie, le mot désigne un vin issu de raisins à demi séchés, très concentré.

    PASTEURISATION
    Stérilisation à chaud (65°) du vin qui consiste à le débarrasser de ses bactéries et micro-organismes. Le procédé dénature les vins.

    PASTIS
    Mélange d’alcool et d’anis, parfumé avec des herbes et de la réglisse, semblable à l’anisette (je préfère cette dernière). On dit que l’eau que l’on y ajoute fait “loucher” le pastis, en le troublant et en lui donnant cette jaune opacité.

    PASTOSO
    Demi-doux, en italien.

    PATRAS
    Bonne région vinicole de Grèce, où l’on trouve notamment de jolis muscats.

    PATRIMONIO
    Appellation contrôlée de Corse, produite à l’ouest de Bastia, sur des sols calcaires. On y fait un rouge typé et riche, de bonne charpente, où dominent les fruits mûrs et les sous-bois.

    PAUILLAC
    Trois des “Premiers” du classement de 1855 étendent leurs vignes dans cette appellation située entre Saint-Julien et Saint-Estèphe.

    PAULÉE
    Repas traditionnel au cours duquel se retrouvent œnophiles et vignerons après les vendanges. Surtout en Bourgogne.

    PAYS-BAS
    Les Hollandais sont surtout des spécialistes d’eaux-de-vie comme le Genièvre, obtenu par une distillation du  malt avec des baies de         genévrier, le Brandewijn (Brandevin) ou les         liqueurs d’abricot et de curaçao, ou autres Bitters.

    PÉCHARMANT
    Produits sur les pentes graveleuses de la rive droite de la Dordogne, issus des cépages bordelais, les vins sont généreux, veloutés, très élégants et de belle teinte rubis.

    PÊCHE
    Eau-de-vie obtenue par la distillation de la pêche.

    PEDRO XIMÉNEZ
    Cépage blanc espagnol employé surtout pour l’élaboration du Xérès (voir ce mot). La maison Alvear fait à partir de ce raisin un très bon Amonyillado Carlos VII, complexe comme son Oloroso Asuncion, pur Pedro Ximénez également. On en trouve en Australie, en Tunisie, en Argentine et un peu en Californie avec lequel on y élabore un ersatz de Xérès…

    PELLIGRINO
    Pour déguster son Marsala Vergine.

    PÉLOPONNÈSE
    Très importante région vinicole grecque. Relié à l’Attique par l’isthme de Corinthe que coupe depuis la fin du XIXe siècle le canal du même nom, le Péloponnèse occupe une place prépondérante dans l’économie vinicole grecque, les cépages à vins cotoyant les cépages à raisins secs, que vous connaissez tous : Soultanina (Sultanie) au nord et surtout Corinthiaki (Corinthe) au nord-ouest et au sud-ouest.

    PELURE D’OIGNON
    Teinte rosée avec un léger reflet doré, comparable à la peau de certains oignons. Ce n’est pas une marque de vin, faites attention aux pièges des étiquettes (voir aussi Vin Gris).

    PENEDÉS
    Espagne. Je préfère les vins rosés de Penedés à ceux des autres couleurs. Est-ce leur fruit puissant, cette façon d’être à la fois ronds et secs, leur teinte légèrement saumonée, les vins sont bons, francs et fruités.

    PENTRO DI ISERNIA
    Bonne DOC de la région de Molise, en Italie.

    PERCHE
    Mesure agraire suisse pour la vigne.

    PERLAN
    Dénomination d’ensemble du Chasselas blanc genevois (voir Suisse).

    PERLANT
    Désigne un vin blanc très peu pétillant, comme ceux du Muscadet tiré sur lie ou du Gaillac.

    PERLE
    Bon cépage issu d’un croisement du Gewurztraminer et du Müller-Thurgau, cultivé en Allemagne.

    PERLITE
    Substance d’origine volcanique utilisée pour la filtration.

    PERLWEIN
    Vin allemand gazéifié et pétillant de bas de gamme.

    PÉRICARPE
    Nom scientifique de la peau du raisin, de la pellicule qui entoure et protège la pulpe et la graine.

    PERNAND-VERGELESSES
    Petite mais prestigieuse appellation bourguignonne. De bons blancs secs, souvent méconnus, souples, nerveux, alliant rondeur et vivacité en bouche, et des rouges fins, parfumés, de belle robe, parfois longs à se faire, mais souvent surprenants.

    PÉROU
    L’un des plus anciens producteurs de vin d’Amérique du Sud, dont les vignobles s’étendent sur près de 15 000 hectares, principalement sur les zones cotières où le climat est plus apte à la culture de la vigne. On y fait des vins vinés et des rouges solides, produits autour des villes de Lima et Cuzco.

    PÉROUSE
    Petite ville italienne située au cœur des vignobles de Toscane.

    PESSAC-LÉOGNAN
    La “nouvelle” appellation de certains vins de Graves (voir ce mot et le Classement). Pour mémoire, le 9 Septembre 1987, un décret reconnaissait l’Appellation d’Origine Contrôlée “Pessac-Léognan” et venait mettre fin officiellement à l’ambiguïté (et aux querelles de clocher) de cette région des Graves, en “séparant” les vins issus des terroirs situés autour des communes de Pessac et Léognan, du reste de toute la “simple” AOC Graves…Dès lors, une cinquantaine de châteaux ne faisaient plus partie de l’appellation Graves, tout en pouvant inscrire sur leur étiquette les mentions “Grand Cru de Graves”, “Grand Vin de Graves”, “Cru Classé des Graves”, “Graves”, “Grand Vin de Bordeaux”, “Grand Cru Classé de Graves”…

    Les Graves, c’est surtout un terroir, qu’il est d’ailleurs aisé de constater puisqu’il suffit de se promener dans les vignes. Le nom est ancien et remonte au Moyen Age. De cette époque il a désigné les pays de la rive gauche de la Garonne en amont de Bordeaux qui sont situés entre le fleuve et le plateau des Landes girondines. Fait unique en France l’appellation de Graves est la seule en Bordelais (en dehors des Graves de Vayres) et même en France à porter le nom même du sol qui est sa caractéristique principale.

    Le terroir des Graves se compose principalement de terrasses construites par la Garonne lors des grandes crus millénaires qui ont apporté une grande variété de débris caillouteux, venus parfois de très loin, notamment des Pyrénées; ces débris caillouteux multicolores, usés au point d’être polis, voire luisants après la pluie, sont plus ou moins enrobés de terre ou de limon. Les terrasses granuleuses dues à la Garonne ont été entaillées par les petits affluents de la rive gauche du fleuve qui ont ainsi sculpté le pays en interfleuves ou croupes (séparées par de petites vallées). Ainsi, le drainage naturel est le plus souvent excellent.

    Toutes ces conditions pédologiques (graves et drainage) sont favorables à la qualité du vin. Celle-ci s’explique également par l’exposition du vignoble et par la caractéristique du sous-sol : les graves reposent tantôt sur un sous-sol calcaire (convenant particulièrement aux vins rouges), ou sur des mélanges de sable et d’argile (favorables aux vins blancs).

    PÉTILLANT
    S’applique aux vins légèrement mousseux.

    PETIT-CHABLIS
    Appellation Contrôlée modeste de Chablis.

    PETITE CHAMPAGNE
    Premier Cru de la région de Cognac, qui fait des eaux-de-vie florales et franches, très fruitées au nez.

    PETITE SYRAH
    Cépage noir californien, qui fait des vins un peu secs. Rien à voir avec la syrah de la vallée du Rhône.

    PETIT VERDOT
    Très bon cépage rouge bordelais, de moins en moins utilisé.

    PEZA
    Bon vin rouge d’appellation de Crète, dense et coloré, issu des cépages Kotsifali et Mandilari.

    PFARRGARTEN
    Très bon Grosslage allemand du Bereich Kreuznach, dans la Nahe, où l’on déguste d’excellents vins de Riesling et de Müller-Thurgau.

    PH
    C’est l’acidité réelle ou la concentration en ions hydrogènes d’un liquide.

    PHÉNOLOGIE
    Étude des variations annuelles de durée des grandes évolutions de la vigne comme la floraison et la véraison.

    PHOSPHATES
    Maintenus en dissolution par l’intermédiaire des acides, le phosphate de chaux ainsi que le phosphate de magnésie existent dans le vin.

    PHOTOSYNTHÈSE
    Transformation par les feuilles exposées au soleil du gaz carbonique et des nitrates en glucides, protides et lipides, grâce à l’assimilation chlorophyllienne.

    PHYLLOXÉRA
    Puceron qui détruisit les ceps français à la fin du siècle dernier et atteint aujourd’hui le vignoble californien. Plus rare, cet insecte passe par un cycle sexué (sans système digestif mais au système reproductif très développé) et un cycle asexua (celui des œufs pondus par les premiers qui provoquent la gale des feuilles, et se reproduisent par parthénogenèse), et ainsi de suite.

    PICHET
    Récipient en bois, en terre ou en grès, dans lequel on sert les vins gouleyants, blancs ou rouges, comme ceux du Beaujolais, de la Loire ou d’Autriche.

    PICOLIT
    Le Picolit est un raisin difficile à cultiver (et un vin difficile à trouver, 400 hl par an) qui produisait un vin déjà apprécié au XVIIIe siècle, issu des collines de la province d’Udine, au nord de l’Italie.

    PICPOUL
    Raisin à vin blanc cultivé dans le Sud de la France. Il donne des vins plutôt minces et sert aussi à faire du Vermouth. Les Catalans l’appellent Avillo.

    PIÈCE
    La pièce bourguignonne en chêne (228l) est l’équivalent de la barrique bordelaise. Voir aussi Feuillette.

    PIÉMONT
    Avec la Toscane, c’est l’autre grande région des bons vins italiens. Quand on aime les vins typés, on est servi, les collines du Piémont offrant un tel assortiment de raisins locaux que les cépages internationaux qui y ont été plantés sont plus que rares, et c’est une bonne       chose. Pour la production de vins blancs, l’Asti Spumante domine très nettement, issu du Moscato qui lui confère sa saveur caractéristique. Auprès du Muscat, les cépages Cortese, Erbaluce et Arneis, et les éternels Riesling, Chardonnay ou Sylvaner… Goûtez aussi le Moscato Naturale d’Asti, proche de l’Asti Spumante, frizzante lui aussi, gras et doux en bouche, au nez délicat.

    Les vins blancs de Gavi, légèrement frizzantini, se boivent jeunes, sont tendres (parfois carrément plats), mais dégagent souvent une agréable sensation de rondeur en bouche.

    Pour les rouges, véritablement chez eux ici, le Piémont est dominé par trois cépages: le Nebbiolo, le meilleur, qui doit son nom au brouillard (la nebbia) qui règne en automne dans cette région, le Barbera, le plus répandu, et le Dolcetto. Le Nebbiolo donne le Barolo et le Barbaresco; le Barbera les vins d’Alba et le Dolcetto la DOC du même nom.

    PIGATO
    Bon cépage blanc italien, de la région de Ligurie, qui fait un vin sec et vif en bouche, bien fruité.

    PIGMENTS
    Matières colorantes de la peau du raisin, qui se répandent dans le moût au fur et à mesure de la vinification des rouges.

    PIGEAGE
    Méthode qui consiste à fouler les raisins rouges au cours de la cuvaison pour  extraire le jus et  favoriser la macération.

    PIN TEA
    Produit dans les îles Canaries (Espagne), le Pin Tea ou Vino de Tea, est un vin au goût caractéristique de résine, obtenu par encuvage du vin dans des fûts en bois de pin des Canaries.

    PINARD
    Un gros rouge (ou blanc) de bas de gamme. Mieux vaut le boire en y ajoutant de l’eau…

    PINHEL
    Portugal. Située juste sous les vignobles du Porto, cette petite région vinicole produit des vins rouges chauds et veloutés.

    PINOTAGE
    Cépage noir sud-africain provenant d’un croisement du Pinot noir et du Cinsaut, qui produit des vins moelleux.

    PINOT BLANC
    1/. Appellation alsacienne. Beaucoup plus corsé et souple que le Sylvaner, bouqueté et assez charpenté, c’est un vin très agréable à boire frais.

    2/. Cépage. Caractéristique de l’Alsace, un raisin qui donne des vins fleuris, frais et bien équilibrés. Également planté en Autriche, en Allemagne, et aux États-Unis.

    PINOT GRIS

    Vin corsé et opulent, d’une belle robe jaune d’aussi grande allure que le Riesling et Gewurztraminer, peut-être encore plus puissant et violent que ce dernier, chargé autant en alcool qu’en arômes. Les meilleurs proviennent des terroirs du Riesling et de Cleebourg, Rouffach ou Wintzenheim. On en trouve aussi en Allemagne et aux États-Unis.

    PINOT MEUNIER
    Cépage noir assez neutre, que l’on trouve surtout en Champagne.

    PINOT NOIR
    1/. Appellation alsacienne. Pour goûter les (rares) vins rosés d’Alsace, issus du célèbre cépage bourguignon, caractérisés par un fruité agréable.

    2/. Cépage. Le roi bourguignon (et champenois). Richesse aromatique, intensité  et   suavité en bouche. Des vins de très belle évolution. Difficile d’en attendre autant quand on essaie de le planter ailleurs. On en a planté un peu partout, en Australie, au Chili, en Argentine, en Californie, en Égypte, en Nouvelle Zélande, en Afrique du Sud ou en Hongrie.

    PINTE
    Mesure légale anglo-saxonne, égale à 0,57 l.

    PIPE
    Grande barrique de 400 à 500 l, utilisée surtout au Portugal.

    PIPERS BROOK
    Australie, région de Tasmanie. Important  secteur vinicole pour les vins blancs (mes préférés) et rouges.

    PIQUÉ
    se dit d’un vin qui tourne au vinaigre, en réalité dont la fermentation a été stoppée avant que le sucre se soit transformé en alcool.

    PIQUETTE
    Se dit d’un “produit” issu de l’addition d’eau au moût, lorsque celui-ci, sorti du pressoir, est remis en cuve. Plusieurs vins de table sont encore élaborés ainsi.

    PIQÛRE
    L’apparition d’une pellicule grise dans le vin est la conséquence d’un désordre acétique. On dit aussi acescence.

    PISCO
    Eau-de-vie péruvienne, toujours très apprécié des Indiens, obtenue par distillation du vin         de Muscat, vieillie dans des pots en terre cuite et additionnée de blanc d’œuf. Le pisco sert aussi dans toutes les Amériques à faire du       punch.

    PISTOLET
    Dernière branche à fruits qu’on laisse sur le cep avant de l’arracher, en Suisse.

    PLAT
    Le terme s’applique soit aux vins qui manquent d’acidité, soit aux mousseux qui n’ont plus de mousse. A         éviter.

    PLÂTRE
    En ajouter au moût permet d’augmenter l’acidité des vins.

    PLANTA
    Expression suisse signifiant jeune vigne.

    PLEIN
    Se dit quand l’alcool, bien équilibré, emplit la bouche. Le vin est souple mais charnu à la fois et procure une sensation de plénitude.

    PLOMBÉ
    Quand le vin a une couleur grisâtre, due à une maturité dépassée ou à un problème de vinification.

    PODERE
    Propriété, en italien.

    POINTE (MISE SUR)
    L’opération, de plus en plus automatisée, consiste à amener pendant le remuage, très lentement, chaque bouteille de Champagne dans la position verticale avec son goulot en bas. On utilise un pupitre pour cela.

    POIRÉ
    Eau-de-vie obtenue par distillation de la poire. Les meilleurs proviennent d’Alsace, de Normandie et de Suisse.

    POMEROL
    Un vignoble minuscule de renommée mondiale, aux confluents des rivières de l’Isle et de la Dordogne, aux portes de Libourne et à quelques dizaines de kilomètres de Bordeaux.

    L’histoire
    Le développement de ce vignoble dans la région de Pomerol, à partir du XIIe siècle et durant tout le Moyen Age, autour des Commanderies des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (dont les Chevaliers de Malte sont, aujourd’hui, les continuateurs), est aussi largement  attesté par la tradition et la mémoire  collective. Pomerol et son “hospice”, totalement détruit au cours des siècles suivants, furent, à l’évidence, une étape   importante sur la route des pélerins  cheminant, à travers toute l’Europe, vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Plus tard, la Guerre de Cent Ans conduisit à l’abandon du vignoble. Reconstitué ultérieurement, celui-ci fut de nouveau largement mis à mal à l’époque des guerres de Religion.

    Au XVIIe siècle, un  procès-verbal fut dressé (le 7 mai 1761), à la demande d’un bourgeois, négociant à Libourne, Louis-Léonard Fontemoing, propriétaire à Pomerol au lieu-dit Tropchaud. En 1753, celui-ci avait hérité de son père un vignoble planté à prédominance de cépages blancs (Folle et Douce). En huit ans, il avait entrepris de le transformer, en remplaçant les cépages blancs par des cépages rouges. A côté du Noir de Pressac, on voyait déjà apparaître le Bouchet (ou Cabernet  franc) et le Merlot.

    La Révolution francaise, le phylloxéra, les guerres de 14 et de 39 n’arrivèrent pas  à bout de la ténacité des vignerons de Pomerol, qui plantèrent et replantèrent, parvenant à délimiter le vignoble  actuel.

    Le terroir
    Le vignoble de Pomerol s’est développé, sur la partie du plateau, qui descend en terrasses successives vers la Vallée de l’Isle. Juridiquement, ce vignoble est limité :

    - au nord, par le ruisseau de la Barbanne, affluent de l’Isle, qui, dit-on, séparait les pays de langue d’oc des pays de langue d’oil,

    - à l’est, par Saint-Émilion,

    - au sud et à l’ouest, par la ville de Libourne, et la Route Départementale.

    La caractéristique essentielle de ce terroir est de constituer, à lui seul, une entité, un ensemble géologique unique. Au long des millénaires, ont vu se succéder dépôts molassiques, sableux ou argileux, presque entièrement recouverts par la nappe alluviale de graves.                Ce sont ces graves de surface plus ou moins compactes ou sablonneuses, et son sous-sol comportant des oxydes de fer, appelés régionalement “crasse de fer”, qui assurent aux vins  leur personnalité.

    POMMARD
    Réputés à travers le monde entier, les vins de Pommard ne sont pour autant pas de même niveau qualitatif. On sait qu’en Bourgogne, le sol et les sélections font la différence, et ceci s’applique tout particulièrement ici. Pas de Grands Crus, mais une trentaine de Premiers Crus (Les Argilières, Les Chaponnières, Les Epenots, Les Perrières, Les Argelets, Les Bertins, Les Boucherottes, Les Pézerolles…) qui deviennent alors l’archétype des grands vins rouges, riches et veloutés, alliant charpente et rondeur, tout en bouche, souples et fermes à la fois, délicatement parfumés.

    PORPHYRE
    Roche colorée au ph élevé, que l’on trouve souvent dans la région de Nahe (voir Allemagne).

    PORRON
    Gourde espagnole de laquelle on fait jaillir un  filet de vin pour le recueillir en bouche. Amusant et pas si facile.

    PORT MAQUARIE
    En Australie, au nord-est de la Nouvelle-Galles du Sud, la ville est entourée de vignobles de blancs.

    PORTALEGRE
    Petite localité du Portugal, de la province de l’Alentejo, autour de laquelle on produit des vins modestes, mais surtout les fameux bouchons de liège.

    PORTE-GREFFE
    C’est la partie infèrieure du cep greffé.

    PORTER
    Bière brune, semblable à la Stout, mais moins forte, avec, en général, une lourde mousse crémeuse, trop envahissante à mon avis. Elle devrait son nom au fait que ce fut jadis le breuvage des porteurs londoniens.

    PORTO

    L’histoire
    L’Angleterre de la fin du XVIIe et début du XVIIIe connaît une époque troublée par les influences contraires des Tories royalistes et des Parlementaires, rendue plus confuse encore par les éternelles querelles de religion. Guillaume III (dit Guillaume d’Orange), d’origine hollandaise, soutenu par les Parlementaires, débarque en Angleterre et fait fuir le roi en place Jacques II, qui se réfugie en France, auprès de Louis XIV (en 1688). Antipapiste et antifrançais, Guillaume III déclare la guerre à la France en 1689 (c’est la guerre de la ligue d’Augsbourg) et établit un blocus des marchandises françaises. Les Anglais se trouvent alors privés de leurs vins de Bordeaux dont ils sont friands. Pendant ce temps, le Portugal, sous le règne de Pierre II, reste incapable de produire des récoltes de céréales suffisantes à ses besoins, et son commerce de produits coloniaux, épices et sucre du Brésil, décline. Il se voit alors contraint à réduire ses achats extérieurs et à se rapprocher de l’Angleterre. En 1703 est signé un traité de commerce (le traité de Méthuen) qui favorise les échanges entre l’Angleterre et le Portugal. Ce fameux traité marque le début de la grande hégémonie commerciale anglaise, la Banque d’Angleterre est créée en 1694 par 40 marchands, et le Bureau de Commerce en 1696.

    Le début de l’industrialisation de l’Angleterre et son dynamisme commercial vont être la cause de la ruine de l’artisanat portugais et du sous-développement des activités de manufacture qui semble intéresser l’Angleterre est le vin portugais. Un vin rude, fait, comme l’écrivait un historien, pour satisfaire l’Anglais flegmatique et carnivore… Une boisson âpre dont le seul mérite résidait dans son pouvoir à provoquer la stupeur. De surcroît, le vin portugais se voit doté d’un tarif préférentiel de droits d’accise à l’entrée en Angleterre : 7£ par tonne contre 55£ par tonne pour le vin français.

    En Angleterre, les importateurs de vins, privés de vins français pendant quelques années, s’accommodent tant bien que mal de ce vin du Portugal, de qualité bien inférieure aux vins de Bordeaux. Ils décident alors de “fortifier” ce vin rude en ajoutant un peu d’eau-de-vie, selon un principe bien connu des navigateurs de cette époque, pour une meilleure conservation et pour éviter que le vin ne tourne en vinaigre.

    Un véritable centre de commerce de vins se développe dans la banlieue de Porto, à Vila Nova de Gaïa, sur les rives du Douro, le fleuve où sont acheminés dans les grandes barques à fond plat (barcos rabelos) les fûts (pipas) de vin en provenance des vignobles de l’intérieur du pays. De nombreux commerçants anglais, poussés par l’esprit d’aventure, attirés par le soleil  brûlant du Portugal, les paysages sauvages, le vin généreux et les filles aux yeux noirs, abandonnent l’Angleterre pour s’installer à Porto.

    C’est une véritable colonie britannique qui s’organise autour de Vila Nova de Gaïa afin de dominer ce nouveau marché de vins portugais. Un demi-siècle plus tard, 75% des vins importés en Angleterre sont d’origine portugaise.

    Les Anglais, avec un goût prononcé pour tout ce qui est sucré, préfèrent le Porto doux et velouté qu’ils consomment en vin de dessert, sur un fromage ou en digestif. J’avoue qu’il est toujours flagrant, parfois gênant, de constater sur place ce qui sépare toujours les Anglais et les Portugais, qui ne se côtoient que très rarement, les premiers pratiquant parfois un snobisme archaïque.

    Les raisins
    Les principaux cépages donnant les raisins rouges sont dénommés : Alvarelhao, Bastardo, Casculho, Cornifesto, Donzelinho-do-Castelo, Malvasia, Mourisco, Tinto, Souzao, Tinta amarela, Tinta da barca, Tinta carvalha, Tinta francisca, Tinta cao, Tinta roriz et Touriga. Les raisins blancs sont fournis par les cépages Codega, Gouveio, Malvasia fina, Moscatel branco, Moscatel roxo et Rabigato.

    L’élaboration
    Le raisin est descendu du vignoble à la cave dans de grandes hottes portées par les “barracheiros” (porteurs). Récemment encore le raisin était foulé par les pieds des vendangeurs; à présent on emploie généralement des machines Ducellier qui égrappent, foulent et pressent le raisin. Le moût ainsi obtenu est renforcé par addition d’eau-de-vie pour 1/5° ou 1/6° de son volume total. L’alcool introduit tue les levains de la fermentation et interrompt ainsi  la transformation du sucre en alcool. Selon le moment où aura été appliquée cette addition, le vin sera sec, doux ou liquoreux. Les fûts employés dans les “quintas” des montagnes ont une capacité de 25 à 250 hectolitres. On transvase ensuite le vin dans des fûts de 550 litres que l’on descend vers le Douro et on l’embarque dans des bateaux à fond plat dénommés “barcos rabelos”. Ceux-ci descendent le fleuve juqu’aux caves de Vila Nova de Gaïa, faubourg de Porto, où le vin est mis à vieillir. Le Porto mûrit lentement dans de petits tonnelets de bois spéciaux, dont la porosité favorise les processus d’oxydoréduction. Le taux annuel d’évaporation (environ 4 %) rend nécessaires de fréquents remplissages avec des eaux-de-vie du même âge que le vin lui-même. Le Porto peut être sec ou extra-sec (surtout le blanc), demi-sec ou doux (pour le rouge).

    PORTO RICO
    Île des Antilles productrice de rhum.

    PORTUGAL
    Situé à l’extrémité occidentale de l’Europe, le Portugal se développe sur une bande côtière de 800 kilomètres face à l’océan Atlantique. Le climat, tempéré sous l’influence océanique, y assure des conditions très favorables pour la vigne, qui est cultivée depuis des temps immémoriaux. Les premières zones de production (RD, Regiao Demarcada ou Région Délimitée; VR ou Vinho Regiao), en partant du nord, sont celles du Douro, des Vinhos Verdes et du Dao.

    Plus au sud se trouvent celles de Colares, Bucelas, Carcavelos et Setubal avec son Moscatel. Face aux côtes du Maroc, au sud de Gibraltar, se trouve l’île de Madère. Enfin, beaucoup moins importantes qualitativement, les régions vinicoles de Lamego Lafôes, Agueda, Barraida, Alcobaça, Torres Vedras, Ribatejo, Alentejo et Algarve sont les plus connues.

    PORTUGIESER
    Cépage rouge allemand de la région de l’Ahr.

    POSTUP
    Vin rouge de Croatie, issu du cépage local         Plavac mali.

    POT
    Bouteille de 0,50 l, utilisée pour boire le Beaujolais dans les “bouchons”, ces fameux et        sympathiques restaurants lyonnais.

    POUDRETTE
    En Suisse, c’est le pied de vigne prêt à planter.

    POUILLY-FUMÉ
    Une appellation très typée, où les vins sont marqués par leur terroir, et nulle part ailleurs de la même façon, même si la dénomination “Blanc Fumé” est portée sur un bon nombre d’étiquettes de vins étrangers.

    POUILLY-FUISSÉ
    D’excellents vins blancs du sud de la Bourgogne, qui ont accompli de grands progrès qualitatifs ces dernières années, à la fois secs et gras, très parfumés, de bonne évolution.

    POULSARD
    Méconnu, un excellent raisin propre au Jura, qui produit l’un des plus grands vins rosés (ou gris), très aromatique, suave et persistant.

    POURPRE
    Couleur intense rouge foncé, typique des vins tanniques et très jeunes.

    POURRITURE GRISE
    Maladie du vin causée par le Botrytis, en opposition à la pouriture noble.

    PRÄDIKATSWEIN
    Vin non sucré autrichien. Le millésime figure sur tout Prädikatswein et signifie que 85% (minimum) proviennent de raisins de la même année.

    PRAMNIEN
    Célèbre vin grec de l’Antiquité.

    PRAZTI DI CANZIO
    Provenant de la région de Bregance, au nord de l’Italie, le Prazti di Canzio est un vin blanc tout à fait particulier, très parfumé, fin et suave, que l’on boit sur les poissons de rivière et des lacs de la région.

    PRÉCIPITATION
    Opération qui consiste à éliminer les cristaux  ou dépôts de bitartrate de potassium des vins rouges et blancs, en descendant le vin à une température inférieure à 0°C pendant une certaine période.

    PREMIER CRU
    Concernant le terroir, le terme est particulièrement bien adapté dans la classification bourguignonne. A Bordeaux, un Premier cru est un vin qui a été classé, officiellement ou officieusement, selon sa qualité intrinsèque, par rapport à ses pairs.

    PRESSE (VIN DE)
    Après l’écoulage des cuves fermentées, le vin de presse est le résultat du pressurage des peaux, rajouté au vin qui a déjà fermenté.

    PRESSION
    La bière est tirée sous pression du tonneau  pour être consommée rapidement.

    PREUILLY
    Petite localité de la Loire, où l’on fait du Reuilly, blanc et rouge.

    PRIMEUR
    1/.Vin frais de l’année, souvent agréable à boire et autorisé (normalement) à sortir des chais vers la mi-novembre en Beaujolais, par exemple. C’est surtout le Gamay, obtenu par macération carbonique, et provenant de certains terroirs, qui s’adapte le mieux à ce style de vin. A ses côtés, le Gamay de Touraine.

    2/. Vente en primeur : surtout utilisée pour les grands crus de Bordeaux, ce type de vente, initialement réservée aux professionnels, s’est étendu au grand public, au début de années 1980. A partir de là, les exagérations ont été nombreuses, et parfois inexcusables, tout comme les hausses régulières de prix, non justifiées.

    PRIMITIVO
    Bon cépage italien, qui donne des vins colorés et puissants.

    PRIORATO
    Vieille région vinicole espagnole. C’est ici que se trouvent les meilleurs rouges de Catalogne. Le climat méditerranéen, contrarié par les vents du nord, et le sol pauvre de cette DO située près de Tarragone conviennent bien aux cépages Garnacha et Carinena pour les rouges que j’ai tout particulièrement appréciés, comme aux Macabeo et Pedro Ximénez pour les blancs.

    PRODOTTO IN ITALIA
    Mention italienne obligatoire pour l’export.

    PRODUCE OF…
    Mention (suivie du pays producteur) généralement utilisée pour les vins destinés à l’export, obligatoire sur l’étiquette.

    PROHIBITION
    Aux États-Unis, la prohibition des vins, bières et alcools entra en vigueur en 1920. On sait que cette loi provoqua les belles heures des marchandises clandestines et des contrebandiers. Le délire s’arrêta en 1933, même si les états sont encore libres aujourd’hui d’interdire la fabrication ou la vente des boissons aloolisés s’ils le désirent.

    PROKUPAC
    Cépage rouge serbe.

    PROTIDES
    Le jus de raisin arrivé à maturité contient de l’azote.

    PROVENCE

    L’histoire
    Les vignobles provençaux, plantés dès 60à avant Jésus-Christ, furent détruits par les Maures au Xe siècle. La fondation de Moselle (Marseille) par les Grecs donne tout lieu de croire à la participation active de ces hommes dans la création et l’entretien des vignobles. Ils ont d’ailleurs laissé un vocabulaire relatif aux travaux des vignes et nous leur devons la taille des ceps, étape indispensable à l’amélioration des raisins. Ne dit-on pas d’un vigneron qu’il doit savoir tailler ses vignes ?

    Habiles commerçants, les Grecs surent utiliser le port massaliote pour les exportations d’amphores de céramique qu’ils fabriquaient, destinées à contenir le vin. Le commerce devint florissant. Originellement situées autour de Moselle, les vignes, peu à peu, prirent de l’extension vers Cavaillon et Avignon.

    Plusieurs siècles plus tard, les Romains suivi l’exemple des Grecs en intensifiant le commerce vinicole dans la partie orientale du bassin méditerranéen.

    Les moines, notamment les bénédictins, apportèrent leur concours aux vins de Provence. En 1023, l’abbaye Saint-Victor se vit offrir d’un dénommé “Stéphane”, les vignes de la Cadière, proche de Bandol. Celle-ci existe depuis 1715, grâce à Boyer-Foresta qui signa son acte de fondation. Il prévoyait que la ville se peuplât suffisamment. Boyer amenant lui-même, sur ces terres, différents commerçants dont un distillateur et un transporteur.

    Avantagé par cette mesure, le seigneur bénéficiait d’une dîme sur les récoltes des paysans. Il s’octroyait, d’autre part, le droit d’ouvrir, en juillet, une taverne, ce qui lui permettait de vendre ses vins en gros et en détail. Vers les années 1750, le port de Bandol offrit de vastes possibilités au marché vinicole.

    Un nom reste cher au cœur des Provençaux, celui du roi René, comte de Provence. Il nomma Marseille “port franc”, introduisait le raisin Muscat, enfin, il fut à l’origine de l’élaboration du vin “Clairet” et du rosé.

    PROVIGNAGE
    Système de propagation de la vigne.

    PRUNE
    Eau-de-vie obtenue par la distillation de la prune. Celle d’Alsace est fameuse.

    PRUNELLE
    Liqueur verte faite à partir des noyaux de prunelle.

    PULIGNY-MONTRACHET
    (ET CHASSAGNE-MONTRACHET)
    Cinq grands crus dans ces deux appellations : Chevalier-Montrachet, Bâtard-Montrachet, Bienvenues-Bâtard-Montrachet, Criots-Bâtard-Montrachet et Montrachet, parmi lesquels un bon nombre des plus grands vins blancs secs du monde, les uns plus sublimes que les autres (cela dépend du vigneron), intenses, d’une grande structure aromatique, de belle garde. Ici, on continue dans un territoire extraordinaire où l’osmose entre le Chardonnay et chaque type de terroir, sur la partie moyenne du coteau (8 hectares), devient parfaite, tenace et garante d’une longévité et d’une complexité, tant au nez qu’en structure.

    PULQUE
    Alcool mexicain obtenu par  la distillation du jus de ce cactus.

    PUNCH
    1/. Boisson froide sucrée à base de rhum, très populaire aux Caraïbes.

    2/. Liqueur digestive dans les pays scandinaes et anglo-saxons composée d’eau-de-vie, de lait, de sucre, de cannelle et d’un jaune d’œuf.

    PUPITRE
    Casier servant à amener progressivement les bouteilles de vin mousseux dans la position verticale.

    PUTTONYOS
    Mesure de la teneur en sucre d’un Tokay Aszu.

    PYRALE
    Papillon dont les chenilles s’attaquent aux feuilles et aux pédoncules de la vigne.

    PYRÉNÉS
    Australie. Bonne région viticole de Victoria produisant de jolis vins blancs de Riesling et de Sauvignon.

  • MEDOC : NE MISEZ QUE SUR LES VRAIS VINS TYPES

    2848.jpgDu plus grand des grands vins au plus modeste, ici, les propriétaires maintiennent une identité forte : intrinsèquement, un Margaux n’a rien à voir avec un Pauillac (ni même avec un autre Margaux, tant les sols sont différents dans l’appellation), un Moulis doit refléter l’élégance quand c’est la structure qui signe un Saint-Estèphe... Les terroirs font les vins ! Pas besoin de tricher avec des manipulations œnologiques ou des élevages qui abrutissent les vins. Nul besoin non plus de prix extravagants, puisque l’on se fait plaisir dans une gamme cohérente et accessible.1946.jpg

    Voici ceux qui élèvent donc les véritables grands vins médocains, ceux qui ont une “âme”, de l’élégance, un véritable potentiel d’évolution, et ont signé plusieurs millésimes formidables : les 2010 et 2009, grandissimes, les 2011, 2008, 2006, 2004 et 2002, la plupart formidables aujourd’hui, un 2007 savoureux, un 2005 chaleureux.

    6.jpgLe 2013, très difficile, est rarement réussi, uniquement dans de rares crus, classés ou non. 

    J’ai fait des verticales majestueuses cette année à LascombesHaut-Marbuzet, les deux passant en sommet, comme Clauzet, où le rapport qualité-prix-plaisir est à un bien haut niveau, par rapport à d’autres crus plus connus (et c’est ce qui compte : vendre cher n’est pas “le” gage de qualité); d’autres bien intéressantes chez Marie-Laure LurtonMalescot… Et le résultat se fait sentir avec l’entrée dans cette édition 2016 de nombreux crus exceptionnels (BeychevelleLafon-RochetMayne-Lalande…), à une place très enviable, quand ma dégustation à Latour à confirmé que c’est le plus grand vin du médoc, et de loin !

    5.jpgEn Premiers Grands Vins, toujours à Pauillac, dominent Grand-Puy Lacosteet Batailley, deux très grands Pauillac, très typés, différents, et c’est parfait comme cela.

    J’ai hésité à faire monter en “Premiers” Lynch-BagesPontet-Canet,Calon-SégurBrane-Cantenac, et j’attends une verticale sur place avant de confirmer cela, seule une grande dégustation étant à même de “juger” l’évolution d’un cru.

     

    Dans une palette exceptionnelle, toutes appellations du Médoc confondues, les valeurs sûres sont toujours La GalianeFourcas-DupréLamarque,MaucaillouFonbadetFontesteau, les crus de la famille Lapalu,HourbanonSouley Sainte-CroixEsteauSaint AhonHourtin-Ducasse,PanigonMongraveyDavidPlantier RosePomysDoyacLe Meynieu,CoudotLoiracHennebelle...13.jpg


    Parmi les nouveaux, La BridaneFleur Haut CaussensEscotAgassac,Caronne Sainte GemmeRauxLes Viticulteurs du Fort-Médoc...
     
     
    Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en rouge)

    PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A 
    Priorité à la puissance
    LATOUR (Hors Classe)
    MOUTON-ROTHSCHILD
     
    GRAND-PUY-LACOSTE
    MONTROSE
     
    CLERC-MILON
    PICHON-COMTESSE
    CATEGORIE B 
    Priorité à l'élégance
    (LAFITE)
    (MARGAUX)
     
    BATAILLEY
    LÉOVILLE-BARTON
    LASCOMBES
     
    CLAUZET
    HAUT-MARBUZET

     



    DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A 
    Priorité à la puissance
    (LYNCH-BAGES*)
    MALESCOT-SAINT-EXUPERY*
    (PONTET-CANET*)
    BEAU SITE
    (CALON-SÉGUR*)
    FONBADET
    LA GALIANE
    HAUT-BATAILLEY
    TRONQUOY-LALANDE
     
    (GRAND-PUY DUCASSE)
    ESTEAU
    FONTESTEAU*
    HOURTIN DUCASSE*
    LE MEYNIEU*
    LA PEYRE
     
    AGASSAC
    CAMBON LA PELOUSE*
    DAVID*
    RAUX
    TEMPLE DE TOURTEYRON
    BROUSTERAS
    COUDOT
    HENNEBELLE
    LESTAGE-DARQUIER*
    LOIRAC
    LES MOINES*
     
    MOULIN ROUGE
    BOIS CARRÉ*
    (FOURCAS-HOSTEN*)
    GRAVES DE LOIRAC
     
    CROIX
    LAGNEAUX*
    CATEGORIE B 
    Priorité à l'élégance
    BEYCHEVELLE*
    (BRANE-CANTENAC*)
    LAFON-ROCHET*
    (TALBOT*)
    DESMIRAIL*
    FOURCAS-DUPRÉ
    MAUCAILLOU
     
    BRIDANE
    MAYNE LALANDE*
    VILLEGEORGE
    HOURBANON
    LAMARQUE
    PLANTIER ROSE*
    PATACHE D'AUX
    PETIT BOCQ
    SAINT-AHON
    TOUR-DU-ROC
     
    DEVISE D'ARDILLEY*
    LUSSAN
    VITICULTEUR FORT MEDOC*
    LE BOURDIEU*
    DOYAC*
    PANIGON*
    POMYS*
    REYNATS
    SOULEY-SAINTE-CROIX
     
    CARONNE-SAINTE-GEMME
    ESCOT*
    SENILHAC*
     
    GRANINS-GRAND-POUJEAUX
    LES MARCEAUX*

    TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A 
    Priorité à la puissance
    CHANTEMERLE*
    DOMEYNE
    LAMOTHE-CISSAC
    TOUR SIEUJAN
     
    TOUR MARCILLANET
     
    SIORAC
    LABADIE
    CATEGORIE B 
    Priorité à l'élégance
    CROIX du TRALE*
    DONISSAN*
     
    FAUGEROUX
    LARRIVAUX
    LE TEMPLE*
     
    SIGOGNAC
    SÉRILHAN

     

     

    IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
  • QUELS PLATS SUR LES MEILLEURS CÔTES-DU-RHÔNE ?

    595.jpgCôtes-du-Rhône et CDR-Villages. Dans leur jeunesse, les rouges vont parfaitement avec les viandes blanches ou les volailles (pigeonneaux). Plus vieux, ils méritent un chou farci, une daube et du gibier (perdrix). Les rosés “collent” aux terrines et aux poissons grillés, et les blancs à une escalope panée ou à un sandre au beurre blanc.

    Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom 

    Domaine de L'AMAUVE
    Domaine de L'AURE
    Château BEAUCHENE
    Cave SAINTE-CÈCILE
    Domaine CLAVEL
    Domaine de la CROIX BLANCHE
    Domaine des FAVARDS
    Château de FONTSEGUGNE
    Domaine des GRAVENNES
    Domaine des LAURIBERT
    Domaine de MAGALANNE
    Domaine MARTIN
    Domaine MOULIN du POURPRÉ
    Château La ROLIÈRE
    Château SAINT-ESTEVE D'UCHAUX
    Domaine de la VALÉRIANE

     


    Ou vous pouvez chercher par région :

    Alsace 
    Beaujolais 
    Bordeaux
    Bourgogne
    Champagne
    Jura 
    Savoie
    Languedoc 
    Provence-Corse
    Sud-Ouest-Périgord 
    Val de Loire
    Vallée du Rhône
  • * LE NOUVEAU CLASSEMENT DES VINS DU MEDOC

    2848.jpgLes dégustations de MILLESIMES 2015 sont terminées et les Classements s'en ressentent. Passent notamment en Premiers Grands Vins Classés : LASCOMBES et HAUT-MARBUZET, des vins au sommet confirmés par nos grandes dégustations verticales sur place en début d'année.

    Notre dégustation à LATOUR confirme également qu'il reste le plus grand vin du Médoc.

    De nombreux crus montent en grade : LAFON-ROCHET, PICHON-COMTESSE..., d'autres sont à des niveaux qualitatifs exceptionnels : LEOVILLE-BARTON, MONTROSE, tout particulièrement, BATAILLEY, GRAND-PUY-LACOSTE, FONBADET, CLERC MILON à Pauillac, par exemple, comme LA GALIANE, LE BOURDIEU, PATACHE D'AUX, VILLEGEORGE, HOURTIN-DUCASSE, LAMARCHE, (ceux des 3 premières catégories des Deuxièmes Grands Vins Classés), quelques-uns baissent de catégorie (BRANE-CANTENAC, LYNCH-BAGES, en attente d'une réponse pour une dégustation sur place), etc.

     

    Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom 

     

    PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS
    CATEGORIE A 
    Priorité à la puissance
    LATOUR (Hors Classe)
    MOUTON-ROTHSCHILD
     
    GRAND-PUY-LACOSTE
    MONTROSE
     
    (CALON-SÉGUR)
    CLERC-MILON
    PICHON-COMTESSE
    CATEGORIE B 
    Priorité à l'élégance
    (LAFITE)
    (MARGAUX)
     
    BATAILLEY
    LÉOVILLE-BARTON
    LASCOMBES
     
    HAUT-MARBUZET

     



    DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A 
    Priorité à la puissance
    GRAND-PUY DUCASSE
    (LYNCH-BAGES*)
    (PONTET-CANET*)
    FONBADET
    LA GALIANE
    HAUT-BATAILLEY
    TRONQUOY-LALANDE
     
    MALESCOT-SAINT-EXUPERY*
    BEAU SITE*
    ESTEAU
    FONTESTEAU*
    HOURTIN DUCASSE*
    LE MEYNIEU*
    LA PEYRE
     
    DAVID*
    BROUSTERAS
    COUDOT
    HENNEBELLE
    LESTAGE-DARQUIER
    LOIRAC
    LES MOINES*
     
    BOIS CARRÉ*
    GRAVES DE LOIRAC
     
    (FOURCAS-HOSTEN)
    CATEGORIE B 
    Priorité à l'élégance
    LAFON-ROCHET*
    LANGOA-BARTON
    (TALBOT)
    CLAUZET*
    DESMIRAIL*
    BRANE-CANTENAC
    FOURCAS-DUPRÉ
    MAUCAILLOU
     
    TOUR de BESSAN*
    HOURBANON
    LAMARQUE
    PATACHE D'AUX
    SAINT-AHON
    TOUR-DU-ROC
     
    LE BOURDIEU*
    PANIGON*
    PLANTIER ROSE*
    PETIT BOCQ
    POMYS*
    REYNATS
    SOULEY-SAINTE-CROIX
     
    CHALET DE GERMIGNAN*
    DOYAC*
     
    CASSANA
    GRANINS-GRAND-POUJEAUX
    MEYRE
    LES MARCEAUX*

    TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A 
    Priorité à la puissance
    PONTAC-LYNCH
    CHANTEMERLE*
    DOMEYNE
    LAMOTHE-CISSAC
    TOUR SIEUJAN
     
    TOUR MARCILLANET
     
    ANTHONIC
    SIORAC
    LABADIE
    (TOUR DES TERMES)
    (SAINT-AUBIN)
     
    BÉJAC-ROMELYS
     
    BÉHÈRÉ
    (CARCANNIEUX)
    CATEGORIE B 
    Priorité à l'élégance
    CROIX du TRALE*
    DONISSAN*
    SIGOGNAC
    (SÉRILHAN)
     
    FAUGEROUX
    GRAND BRUN
    LARRIVAUX
    (PEYREDON-LAGRAVETTE)
    LE TEMPLE*
     
    (CARONNE-SAINTE-GEMME)
    BEAUVILLAGE

     

     

    IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
  • LES CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE DONT IL EST DIFFICILE DE SE PASSER

    Domaine Les 3 CELLIERCHÂTEAUNEUF-DU-PAPE Domaine Les 3 CELLIER

    Domaine Les 3 CELLIER 

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Famille Cellier
    5 bis, chemin rural de Sorgues
    84230 Châteauneuf-du-Pape
    Téléphone :04 90 02 04 62 
    Télécopie : 04 83 07 58 58 
    Email : les3cellier@hotmail.fr 
    Site : www.vinsdusiecle.com/domainedes3cellier 
    Site : www.3cellier.fr 

    À la retraite de leur père en 2007, les trois fils, Ludovic, Julien et Benoît, prennent la succession et le Domaine voit le jour en Août 2007. Par conviction et dans une démarche de respect de leur terroir, ils souhaitent convertir le domaine en Agriculture Raisonnée. 
    À la retraite de leur père en 2007, les trois fils, Ludovic, Julien et Benoît, prennent la succession et le Domaine voit le jour en Août 2007. Par conviction et dans une démarche de respect de leur terroir, ils souhaitent convertir le domaine en Agriculture Raisonnée. 

    "Les 2012 et 2013 sont de petits millésimes en quantité, nous explique-t-on, surtout le 2013, mais sont très concentrés; 2013 : équilibre des Ph sur l'opulence, d'où très beau millésime; 2012 : jolie maturité,rond, gourmand, belle puissance."

    On le voit avec ce Châteauneuf-du-Pape rouge Eternelle 2012, aux tanins présents et savoureux à la fois, de belle robe soutenue, très parfumé (humus, réglisse), associe charpente et rondeur. LeChâteauneuf-du-Pape rouge cuvée Marceau, médaille d'Argent Mâcon 2012, est typé, associe couleur et matière, au nez à dominante de fruits frais et d'humus, riche et subtil, de bouche dense. LeChâteauneuf-du-Pape rouge cuvée Alchimie 2012, Grenache (44%), Mourvèdre (23%), Syrah (18%), complété par du Terre noir, de la Counoise et de la Clairette rose, riche en couleur, au nez de cassis et de poivre, ample en bouche grâce à des tanins soyeux et puissants à la fois, tout en finesse mais corsé, intense, de bouche harmonieuse. Remarquable 2010, élevé 12 mois en foudres, médaille de Bronze Paris 2012, de robe pourpre, est une réussite, un vin complet et puissant, avec des nuances de cerise confite et de cuir, alliant structure et élégance en bouche. 
    Superbe Châteauneuf-du-Pape rouge cuvée Privilège 2011, 83% Syrah, une cuvée élevée pour 90% en barriques de 12 à 18 mois, avec cette couleur profonde, au nez complexe de fruits mûrs, aux tanins souples mais bien présents, un vin qui emplit bien la bouche, de belle garde. Le 2010 est de bouche puissante et dense, aux tanins bien fondus, au bouquet complexe où s'entremêlent des notes de petits fruits rouges bien mûrs, de poivre et de réglisse, à prévoir sur un civet de lièvre. 
    Très séduisant Châteauneuf-du-Pape blanc cuvée L'Insolente 2012, 100% Roussane, dont 20% élevés en barriques durant 3 mois, auxarômes de fruits et de fleurs, avec des notes subtiles de miel, d'une grande persistance aromatique, associant charme et puissance, de belle évolution, que l’on peut déguster sur des ris de veau comme sur un bar au fenouil. Joli CDR rouge, de couleur cerise soutenu, auxarômes puissants de fruits cuits et de sous-bois, aux tanins fermes et fondus à la fois, tout en bouche. 


    Domaine BANNERET

    Domaine BANNERET 

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Famille Vidal
    35, rue Porte Rouge
    84230 Châteauneuf-du-Pape
    Téléphone :04 90 83 72 04 et 06 61 41 97 42 
    Télécopie : 04 90 83 72 04 
    Email : domaine.banneret@gmail.com 
    Site : www.domaine-banneret.fr 

    Issu du vignoble ancestral de la famille Bertet, en descendance directe depuis 1405, ce vignoble s’étend sur plusieurs parcelles autour des ruines du célèbre Château des Papes d’Avignon. La conduite du vignoble est traditionnelle: traitements raisonnés et 13 cépages caractéristiques de l'appellation. "Les vignes sont anciennes, précise-t-on, elles produisent de faibles rendements mais de qualité. L'âge moyen du vignoble est de 70 ans, les vieux ceps sont régulièrement remplacés par de nouveaux plans en respectant la complantation choisie par nos anciens. La conduite du vignoble est faite dans le respect de la nature grâce à l'utilisation de composts organiques et en évitant l'utilisation d'herbicides. Le labour régulier ainsi que le recours aux traitements légers (cuivre et souffre) assurent un bon état sanitaire duraisin. La plante habituée à se défendre d'elle-même des agressions est naturellement plus résistante."
    Les vins sont élevés selon les méthodes des anciens : une fermentation naturelle, deux années de tonneaux, pas de filtrationmécanique.

    Voilà un beau Châteauneuf-du-Pape rouge 2010, de bouche dense, aux tanins fondus, au bouquet complexe où s'entremêlent des notes de petits fruits rouges bien mûrs et de réglisse, un vin bien corsétypé, de garde. Le 2008 se goûte très bien, au nez dominé par les petits fruits rouges à noyau et des notes de fumé, très typé, aux tanins bien fermes et soyeux à la fois, comme ce 2007, parfumé, ample, de bonne charpente, généreux et persistant, corsé, où dominent des notes de cuir et de cassis mûr, aux tanins fondus mais bien riches. 


    Clos des BRUSQUIÈRES

    Clos des BRUSQUIÈRES 

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Earl Courtil-Thibaut
    Route d’Orange
    84230 Châteauneuf-du-Pape
    Téléphone :04 90 83 74 47 
    Télécopie : 04 90 83 74 47 
    Email : earl.courtil-thibaut@orange.fr 

    Un petit Domaine familial, issu d'une vieille famille vigneronne de Châteauneuf-du-Pape. Dix ha sur terrasses argilo-calcaires et galets roulés. Les vignes ont en moyenne une cinquantaine d'années et certaines sont centenaires. La viticulture est la plus naturelle possible afin de laisser s'exprimer au plus juste le millésime.

    Coup de cœur pour ce Châteauneuf-du-Pape cuvée Réservée 2011, un vin corsé comme il le faut, avec des tanins riches et une charpente solide, au nez dominé par les petits fruits rouges macérés, de robe pourpre, de bouche chaleureuse et charnue, de belle structure. Excellent Châteauneuf-du-Pape 2010, issu d'un élevage de 18 à 24 mois en fûts de chêne, à l'ancienne, sans filtration nicollage, volumineux, avec ces notes très persistantes de fumé, de cassis et d'humus, un vin de bouche riche et souple à la fois.

    Château FORTIACHÂTEAUNEUF-DU-PAPE Château FORTIA

    Château FORTIA 

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Pierre Pastre
    Route de Bédarrides - BP 13
    84231 Châteauneuf-du-Pape
    Téléphone :04 90 83 72 25 
    Télécopie : 04 90 83 51 03 
    Email : chateaufortia@vinsdusiecle.com 
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateaufortia 
    Site : www.chateau-fortia.com 

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. On le voit bien avec ce Châteauneuf-du-Pape rougecuvée du Baron 2011 (60% Grenache, 30% Syrah, 10% Mourvèdre), puissant et complexe, aunez à la fois intense et subtil où s'entremêlent des arômes persistants de confiture de mûre et de réglisse, typé, de bouche savoureuse, de belle évolution. Le 2010 est de bouche puissante et dense, aux tanins bien fondus, au bouquet complexe où s'entremêlent des notes de petits fruits rouges bien mûrs et de réglisse, un très beau vin d'une grande expression, concentré et distingué, de grande évolution. 

    Le 2009, au nez présent avec des nuances de violette et de pruneau, est un vin riche en couleur, concentré, alliant finesse et structure, densité et distinction. Très beau 2007, avec ce nez délicat mais intense de fruits rouges et d'épices aux accents de garrigue, de bouche ample et soyeuse, aux tanins très équilibrés, de très bonne garde. Superbe Château Fortia cuvée Réserve 2010, 85% Syrah, 15%Grenache, avec ce nez de kirsch très spécifique, de couleur profonde, un vin riche et parfumé, de bouche fondue et puissante à la fois, de garde. Le Châteauneuf-du-Pape rouge cuvée Tradition 2012, charnu comme il se doit, de jolie robe intense, est puissant en bouche, aux notes de fruits rouges cuits, comme le 2011, bien marqué par son terroirbouqueté, avec des notes complexes où dominent les épices et l'humus.

    À leurs côtés, le Château Fortia blanc 2012, à base de 60% Clairette, 30% Roussane et 10% de Grenache blanc, d'une belle couleurdorée avec des reflets tirant légèrement sur le vert. Un vin très fruité aux arômes prononcés d'agrumes, de citron plus particulièrement, cela est dû à la Clairette très dominante. Beau 2011, d'une belle structure avec des notes d'aubépine, avec cette fraîcheur en bouche, d'une belle intensité, un vin d'un équilibre savoureux, avec des arômes de fruits au sirop et de fleurs. La finale est très légèrement saline et minérale, révélant ainsi la richesse du terroir. Le 2010 est de belle couleur brillante dorée, au nez floral aux notes d'abricot confit, un vin très frais et complexe, à la bouche ronde, aux sensations fruitées très harmonieuses bien fondues, d'une belle fraîcheur, trèsaromatique

    Domaine MATHIEUCHÂTEAUNEUF-DU-PAPE Domaine MATHIEU

    Domaine MATHIEU 

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    André et Jérôme Mathieu
    3 bis, Route de Courthézon
    84230 Châteauneuf-du-Pape
    Téléphone :04 90 83 72 09 
    Télécopie : 04 90 83 50 55 
    Email : dnemathieu@aol.com 
    Site : www.domainemathieu.fr 

    Au sommet. Exploitation familiale de 22 ha, transmise de père en fils depuis 4 siècles.

    Superbe Châteauneuf-du-Pape rouge Marquis d’Anselme 2010, issu de vignes centenaires, de belle robepourpre profond à reflets violacés, aux nuances de prune et de fraise des bois macérés, un vin de bouche épicée, à la fois puissante et très équilibrée. Le 2009, de belle teinte, aux tanins fondus mais denses, avec des arômes de framboise et de mûre, épicé comme il se doit en bouche, est tout en charpente, de garde. Il y a également ce grand Châteauneuf-du-Pape rouge Di Felibre 2009, complexe, de bouche riche et parfumée, aux connotations puissantes de fruits macérés et d’humusharmonieux, très charpenté. Excellent Châteauneuf-du-Pape rouge Tradition 2012, de robe violacée, au nez légèrement poivré avec des notes gourmandes de fraise des bois et de myrtille. Le 2011, issu de vieilles vignes et d’une longuemacération, de teinte grenat, dense au nez comme en bouche (cassiscannelle), bien équilibré avec sestanins savoureux, un vin typé et harmonieux

    Grande réussite, ce Châteauneuf-du-Pape blanc Marquis d’Anselme 2011, gras et persistant, où l’on retrouve des notes de fleurs fraîches et de noisette, tout en bouche, est un vin racé. Le Châteauneuf-du-Pape blanc 2012, typé, associe structure et distinction, avec ces notes de fruits frais bien spécifiques au palais, où s'entremêlent des notes persistantes d’agrumes et de chèvrefeuille, tout en finale. 

    Excellent CDR rouge, au nez dominé par les fruits rouges (cassisframboise), aux tanins bien ronds, très abordable comme le CDR rosé, tout en arômes, avec des nuances de framboise et de rose. 

    Domaine La MEREUILLE

    Domaine La MEREUILLE 

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Philippe Granger
    Quartier Le Grès - Impasse 2580
    84100 Orange
    Téléphone :04 90 34 10 68 
    Télécopie : 04 90 34 27 77 
    Email : micbouyer@wanadoo.fr 
    Site : www.domainelamereuille.com 

    Un Domaine de 16 ha. Culture et vinifications traditionnelles, dans le respect du terroir

    Beau Châteauneuf-du-Pape Les Baptaurels 2011, où se développent des connotations de mûre, de groseille et de fumé, corsé et charpenté, avec cette bouche puissante en finale. Excellent Châteauneuf-du-Pape 2008, aux arômesfruités de fruits rouges et d'épices, un vin ample et volumineux, avec des tanins veloutés, de très bonne évolution comme le 2006, tout en bouche, gras, au nez de mûre et de cannelle, épicé, parfait sur un gibier d’eau. 

    Joli Châteauneuf blanc 2011, aux arômes complexes de petits fruits secs (amande, noix) et de coing, ample et très long en bouche. Goûtez aussi le CDR blanc, de bouche intense où dominent les agrumes et les petits fruits secs, tout en fraîcheur aromatique, un très jolivin régulièrement réussi. 

    Château MONT-REDONCHÂTEAUNEUF-DU-PAPE Château MONT-REDON

    Château MONT-REDON 

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Jean Abeille et Didier Fabre

    84230 Châteauneuf-du-Pape
    Téléphone :04 90 83 72 75 
    Télécopie : 04 90 83 77 20 
    Email : contact@chateaumontredon.fr 
    Site : www.vinsdusiecle.com/montredon 
    Site : www.chateaumontredon.fr 

    Incontestablement à la tête des Premiers Grands Vins Classés. Jean Abeille a créé une belle réussite familiale de cousins, qui ont su avec intelligence, enthousiasme et professionnalisme perpétuer et développer l'héritage transmis. Pierre Fabre, fils de Didier Fabre est en charge de laCave, Yann Abeille, fils de Jean Abeille, est responsable des vignobles, Jérôme Abeille, deuxième fils de Jean, après ses études d'ingénieur, est à la partie commerciale, et, enfin, Patrick Abeille, troisième fils de Jean, Inseec à Bordeaux, s'occupe de la partie gestion, social, marketing…
    Beaucoup d'investissements ont été réalisés grâce au dynamisme de Jean Abeille et de son cousin, Didier Fabre, afin d'optimiser la qualité et préparer l'avenir du domaine. Agrandissement de la cuverie de rouge avec l'implantation de huit cuves à pigeage supplémentaires, augmentation de la superficie de la cuverie de vinification des blancs, deux tables de tris optiques XTRI automatisées... toujours dans la même démarche écologique, des matériaux adéquats ont été intégrés pour la construction de ces nouveaux bâtiments. 

    Belle réussite avec ce Châteauneuf-du-Pape 2012, issu majoritairement du Grenache (60%), desSyrah (30%) et Mourvèdre (8%), le reste en Counoise, Muscardin, Vaccarèse et Cinsault), subtil et complexe, fleurant bon le genêt, le coing, la pêche et les noisettes, un beau vin harmonieux, riche et fin à la fois. 
    Le 2011 est superbe, au nez puissant, tout en nuances aromatiques où dominent la groseille, la réglisse et les épices, de bouche riche, de garde

    "Nous avons particulièrement réussi ce millésime 2011, nous raconte Jean Abeille. Nous avons des chais parfaitement équipés et avons appliqué les bons gestes, au bon moment. C'est ce qui explique ce très beau résultat, aussi bien en Châteauneuf-du-Pape, qu'en Lirac et Provence. Le 2011 est un vin parfaitement équilibré (cela n'a pas été le cas partout...), d'une belle couleur, aux tanins souples et structurés, semblables aux 2009 et 2008. Je le compare au 2000 qui était un beau millésime qui a très bien évolué. C'est un millésime avec moins de concentration que les 2010 et 2009 mais davantage que le 2008. Nous avons connu quelques irrégularités de maturité pour leGrenache, par contre les SyrahMourvèdre, et les cépages blancs étaient splendides, et c'est unanime dans toute la région. Ce millésime2011 est une année de "professionnel", tout le monde s'accorde à le dire et, si on veut faire des comparaisons, nous le rapprocherions du 2010." 

    Très beau 2010, complet et puissant, aux nuances de cerise confite, alliant structure et élégance, aux tanins très structurés, épicé etcharnu comme il se doit, vraiment remarquable comme le 2009, qui mêle concentration aromatique, finesse des tanins et puissance, avec des arômes de fruits mûrs, de bouche puissante. 

    Remarquable Châteauneuf-du-Pape blanc 2012, puissant et très franc en bouche, au nez subtil, ample et persistant, racé et distingué, aux connotations complexes où dominent les fleurs (aubépine, genêt), tout en persistance. Le 2011, aux arômes de fruits et de fleurs, avec des notes subtiles de miel, d'une grande persistance aromatique, mêle charme et puissance au palais. Savoureux 2010, au nezpuissant et fruité (pamplemousse, amande, pomme), ample et gras, très bien vinifié, de bouche persistante avec une finale fondue. 

    Beau Lirac Mont-Redon CDR blanc 2012, avec des petites notes de pêche blanche et de lis, un vin ample et d'une belle harmonie, riche et tout en finesse, tout en bouche comme le Lirac Mont-Redon rosé, un vin à la fois tendre et nerveux, très agréable sur des plats exotiques. 

    Il y a encore le CDR rouge, de bouche charnue, coloré, au nez concentré (violette et cassis), aux tanins bien fondus, et le CDR Viognier, où l'on retrouve l'acacia, tout en finesse, d'une belle persistance en bouche. 

    Domaine SERGUIER

    Domaine SERGUIER 

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Daniel Nury
    10, rue Alphonse Daudet
    84230 Châteauneuf-du-Pape
    Téléphone :04 90 83 73 42 et 06 15 66 58 90 
    Télécopie : 04 90 83 73 42 
    Email : nury.daniel@wanadoo.fr 
    Site : www.domaine-serguier.com 

    Le Domaine Serguier, est né à la fin du XIXe, par la volonté d'Hippolyte Serguier. 100 ans plus tard en 1997, Daniel Nury reprend le domaine familial situé au coeur du village au pied des remparts de Châteauneuf-du-Pape
    Coup de cœur pour ce Châteauneuf-du-Pape cuvée Révélation 2011 (Grenache noir majoritaire avec 10% de ­­Mourvèdre, Cinsault etSyrah) issu de très vieilles vignes de 90 ans aux rendements inférieurs à 30hl/ha, vendanges manuelles avec tri à la parcelle, élevage 12 mois en barriques, un vin de robe violacée, au nez légèrement poivré avec des notes gourmandes d'humus et de myrtille, à apprécier sur une cuisine relevée. Séduisant Châteauneuf-du-Pape rouge 2011, de belle intensité, aux arômes de fruits rouges et d'épices, un vinample et volumineux, avec des tanins veloutés

    Excellent Châteauneuf-du-Pape blanc 2012, parts égales de Grenache blanc et de Clairette blanche (40% de chaque) avec 20% de Bourboulenc, aux arômes flatteurs d'agrumes, de tilleul et de genêt, de bouche délicatement suave


    Domaine TOUR SAINT-MICHEL

    Domaine TOUR SAINT-MICHEL 

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Earl Vignobles Fabre
    Quartier Les Petites Serres
    84230 Châteauneuf-du-Pape
    Téléphone :04 90 83 73 24 
    Télécopie : 04 90 83 51 01 
    Email : domaine.tour.stmichel@orange.fr 
    Site : www.toursaintmichel.com 

    Une histoire familiale depuis 3 générations ; Michel Fabre, fondateur du Domaine, en 1930, a transmis sa passion à son fils Henri. Ce dernier, avec l'aide de son épouse Éliane, a développé et agrandi le domaine, qui compte actuellement 40 ha, dont 35 ha en Châteauneuf-du-Pape. Aujourd'hui, Mireille, leur fille, gère le vignoble, dans le respect de la tradition familiale en apportant un style plus moderne.

    Goûtez ce Châteauneuf-du-Pape cuvée du Lion 2011, vendanges manuelles et traditionnelles avec longue cuvaison, élevage pour 20% en barriques de 2 ans, concentré, au nez de cerise cuite, avec des connotations de cuir et de prune, aux tanins denses et soyeux à la fois, un vin très bien élevé, encore bien jeune

    Le Châteauneuf-du-Pape cuvée des Deux Sœurs 2011, de bouche ample, où dominent des notes de cassis, de griotte et d'épices, parfumé au palais, est structuré, d'une finale étoffée où l'on retrouve les fruits et une touche épicée.
     
  • GUIDE DES VINS 2015 : LA BOURGOGNE EST A L’HONNEUR

     
    Top Vignerons Bourgogne
    - Prix d’Honneur ❤❤❤❤❤ : 43
    - Prix d’Excellence ❤❤❤❤ : 21
    - Satisfecits ❤❤❤ : 21
    - Lauréats ❤❤ : 5
     
     

    Du grand art ! En blancs, on le sait, c’est ici que l’on excite ses papilles avec quelques-uns des plus grands vins du monde, de Meursault à Chablis, de Puligny à Corton. Les rouges sont tout aussi formidables, dans une série de millésimes particulièrement savoureux, pratiquement sans discontinuer depuis les années 2000.

    Ces vignerons talentueux et passionnés n’ont nul besoin de vinifications “gonflées”. Ici, en effet, on ne s’excite pas à faire des vins “putassiers”, privilégiant ce qui doit l’être : le terroir et le fruit. L’altitude des vignes, l’inclinaison des pentes, la richesse des sous-sols en ressources minérales… Tout concourt donc ici, à faire la différence entre un bon vin et un vin sublime, et cela explique l’extrême diversité des grands vins bourguignons, qui leur donne cette typicité unique, où l’élégance prédomine toujours.

     
     
    Les millésimes       
    Pour les rouges

    - les grands : 2010, 2009, 2008, 2007, 2005, 2003, 2002, 2000, 1999, 1995, 1990, 1989, 1985, 1983, 1979, 1978, 1976, 1978, 1971, 1970.

    - les bons : 2013, 2012, 2011, 2006, 2004, 2001, 1998, 1996, 1993, 1988, 1986, 1979.

    Pour les blancs

    - les grands : 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2002, 2000, 1999, 1998, 1995, 1990, 1989, 1986, 1985, 1983, 1982, 1979, 1978, 1976, 1970.

    - les bons : 2012, 2011, 2003, 2001, 1997, 1996, 1994, 1988, 1987, 1971.

      

    Quand boire les millésimes : voir la VINTAGE CODE


    Classement Bourgogne Rouges 
    Classement Bourgogne Blancs 
    Tout savoir sur le vignoble

     

    LES MEILLEURS VIGNERONS DE BOURGOGNE

    Cliquez sur le nom pour accéder gratuitement aux commentaires du Guide Dussert-Gerber des Vins 2015

    Robert AMPEAU et Fils
    Pierre ANDRÉ
    AUVIGUE
    Domaine Vincent BACHELET
    Clos BELLEFOND
    Domaine BERGER-RIVE
    Domaine BERTAGNA
    Domaine BERTHAUT
    Domaine François BERTHEAU
    Domaine Albert BOILLOT
    Pierre BOURÉE Fils
    Marc BROCOT
    Château de la BRUYÈRE
    Domaine René CACHEUX et Fils
    Domaine Jacques CARILLON
    Domaine du CHALET POUILLY
    Domaine du CHARDONNAY
    Domaine Jean CHARTRON
    Domaine CHEVILLON-CHEZEAUX
    Domaine de la CHOUPETTE
    Domaine COQUARD-LOISON-FLEUROT
    Domaine COUDRAY-BIZOT
    Domaine Daniel DAMPT et Fils
    Eric DARLES
    Domaine Bernard DELAGRANGE et Fils
    Domaine DENIS Père et Fils
    Domaine DENUZILLER
    Jean-Pierre DICONNE
    Gérard DOREAU
    Domaine ELLEVIN
    Frédéric ESMONIN
    Domaine de la FEUILLARDE
    Domaine FOUGERAY de BEAUCLAIR
    Domaine Pierre GELIN
    Domaine Alain GEOFFROY
    Domaine François GERBET
    Claude GHEERAERT
    Domaine Jean-Jacques GIRARD
    Domaine Jean GIRARD
    GLANTENET Père & Fils
    Domaine GONDARD-PERRIN
    Domaine GROS Frère et Soeur
    Domaine Antonin GUYON
    Domaine HEIMBOURGER Père et Fils
    Domaine Pascal HENRY
    Domaine JAFFELIN Père et Fils
    Domaine Albert JOLY
    Domaine Marc JOMAIN
    LABOURE-ROI
    Clos des LAMBRAYS
    Philippe LECLERC
    Domaine LETESSIER-TIXIER
    Domaine Roger LUQUET
    Domaine Pierre MAREY et Fils
    Domaine des MEIX
    Domaine des MONTS LUISANTS
    Sylvain MOSNIER
    Domaine Pierre NAIGEON
    Jean-Marie NAULIN
    Domaine NINOT
    Domaine Manuel OLIVIER
    Jean-Paul PAQUET & Fils
    Gérard et Laurent PARIZE
    Cave du Père TIENNE
    Domaine de PISSE-LOUP
    Nicolas POTEL
    Domaine de la POULETTE
    Domaine POULLEAU Père & Fils
    Domaine PRIEUR-BRUNET
    Domaine Michel PRUNIER et Fille
    Domaine Henri REBOURSEAU
    Domaine Guy ROBIN
    Château de SANTENAY
    Domaine SEGUIN-MANUEL
    Gérard TREMBLAY
    Domaine Alain VIGNOT
    Domaine VIRELY-ROUGEOT

  • GUIDE 2015 : LES 5 CHABLIS PRIX D'HONNEUR ❤❤❤❤❤

    Gérard TREMBLAY

    ❤❤❤❤❤ À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Ici, on s’attache, en famille, à laisser s’exprimer au mieux chaque parcelle, et aucun cru ne ressemble à un autre. Gérard Tremblay, en-dehors d’être devenu une référence incontournable de la région, peut être satisfait d’avoir su transmettre, avec son épouse, Hélène, à leur fils Vincent la même “fibre” pour élever de grands Vinstypés.
    Leur très beau vignoble s’étale sur une dizaine d’hectares en Premiers Crus, les uns plus renommés que les autres : Montmains, Côtes-de-Léchet, Côte-de-Troesme, Fourchaumes auxquels s’ajoutent des hectares en Chablis, Petit Chablis et le fantastique Grand Cru Vaudésir, l’un des plus grandsVins de Chablis. Très attaché à la qualité, très méticuleux, Gérard Tremblay, de caractère tenace et volontaire vinifie avec passion. Son chai est équipé de toutes les techniques modernes mais il reste maître de sa vinification, les outils ne sont là que pour l’aider, au service de son savoir-faire traditionnel. La force de Gérard Tremblay est d’apporter autant de soins à l’élevage de ses GrandsCrus qu’à celui de ses Vins de Chablis, et plus d’un serait surpris lors d’une dégustation “à l’aveugle” d’une si belle qualité de Vins. Le Petit Chablis est délicat, rond et floral, très réussi ainsi que leChablis plus gras, plus suave, ample, persistant et très typé, avec des arômes élégants et complexes. Le Chablis Premier Cru Beauroy est d’une très grande finesse, de belle harmonie, leChablis Premier Cru Côte de Léchet a un nez à dominante de fruits secs, le vin est frais en bouche, très aromatique, tandis que le Premier Cru Montmain a un nez complexe et fin, un vin longet persistant en bouche comme cet autre Premier Cru Fourchaume, l’un des fleurons du domaine, qui a des arômes très complexes et très élégants de miel, de fleurs blanches, un vin très persistant et long au palais. Le Grand Cru Vaudésir est splendide, très typé, alliant puissance et longueur, un vin gras, aux arômes de citron, d’agrumes et de fruits confits.
    “Les 2011 sont très gourmands, agréables à déguster dans leur jeunesse et ils ont suffisamment de matière pour durer dans le temps, précise Vincent Tremblay. Le 2010 a une pointe d’acidité supplémentaire. Ce sera une des caractéristiques du millésime.”
    “Le 2010 est un millésime qui illustre bien la belle typicité Chablis, poursuit Gérard Tremblay, ce sont des Vins bien équilibrés, qui vont beaucoup plaire, des Vins très typés Chablis avec beaucoup de minéralité, de la vivacité mais pas trop, un vin agréable mais où la qualité est plus hétérogène, en fonction des parcelles, des terroirs. Les Vins du millésime 2009 sont plus gras, plus ronds, d’une belle maturité, déjà très agréables à déguster. 
    En 2008, les Vins sont très équilibrés avec des notes de fleurs blanches, une grande minéralité, desVins complexes et très typés Chablis. La fleur a duré trois semaines, il a fallu faire des vendanges très longues pour attendre la maturité, d’une parcelle à l’autre, c’était très variable. Les rendementssont plus faibles. J’ai la chance d’avoir des terroirs bien exposés et c’est ce qui fait la différence au niveau de la qualité. Nous sommes très satisfaits du millésime 2012, cela a été une belle surprise, on constate à l’élevage la belle matière et une belle vivacité, les Vins sont très prometteurs.” 
    "Qualitativement, les 2013 sont bons, nous explique-t-il, un vrai millésime de vigneron ! iI y aura des inégalités en fonction des parcelles, il y a de très beaux lots, d’autres un ton en-dessous, mais, globalement, cela va être bon. Les 2013 seront très agréables dans leur jeunesse, des Vins plussouples, qui me font penser aux 2009. Cela permettra d’attendre le 2012, qui est un millésime qui doit vieillir encore quelques années." 
    On patiente donc, avec ce formidable Chablis Grand Cru Vaudésir 2011, d'une belle couleur jauneclairbrillant et limpide, au nez d'abricot frais, riche et fin à la fois, aux notes subtiles d'épices et de pain grillé, avec beaucoup de moelleux et de persistance, un vin gras et chaleureux, que l’on apprécie sur un feuilleté de blanc de turbot. Splendide 2010, d’une belle harmonie, ample, aux nuances subtiles de pomme et de fruits secssuave, riche en bouche (agrumes, aubépine, amande…), d’une grande maturité, un vin très prometteur. Le 2009, un vin où s’entremêlent des notes d’amande et de bruyère finement poivrées, est de bouche savoureuse. Le 2008, un très grand millésime, avec un remarquable équilibre entre la puissance et l’acidité, minéral, très typés, avec des connotations de chèvrefeuille et de pomme, de belle garde. “Le millésime 2008 est l’un des plus beaux millésimes de la décennie 2000, me dit Vincent Tremblay. Si l’on cherche des explications, c’est dû au fait, qu’en septembre, le vent du Nord a soufflé et cela a eu une incidence sur les raisins, les jus étaient concentrés, c’est ce qui explique une telle structure et, en même temps l’acidité nécessaire était bien présente, l’idéal pour le viticulteur, une belle minéralité associée à une belle structure et un beau fruité, on retrouve des notes de fleurs blanches puissantes, un équilibre parfait, un millésime vraiment superbe, très typé Chablis. La nature a joué en notre faveur, on s’est appliqué à la servir au mieux.” Très beau 2007, où la finesse prédomine, ferme et concentré, tout en bouche, onctueux, très parfumé, très fin, tout en nuances aromatiques, de bonne bouche persistante, qu’il faut, évidemment, savoir attendre pour profiter de son véritable potentiel. Remarquable 2006, très typé, riche en arômes de fleurs et de fruits confits, d’une belle longueur, d’une grande richesse, complexe, au nez intense, avec ces connotations en finale de lis, de rose et de musc, un vin ample et gras. Le 2005, d’une grande intensité, tout en subtilité d’arômes, de belle teinte dorée, aux nuances de fruitsbien mûrs, avec des notes d’amande, de fumé et de rose, légèrement miellé, d’une belle élégance et d’une grande richesse, à savourer sur une cuisine riche. 
    Vous aimerez aussi le Chablis Premier Cru Beauroy 2011, aux connotations de petits fruits secs et de poire au palais, de bouche distinguée. Le 2010, médaille de Bronze Paris 2012, avec des arômes de fougère, de noix et de fruits frais, d’une grande finesse, est un grand vin chaleureux, avec une belle finale persistante et puissante. Le 2009, un très grand vin typé, où s’entremêlent le chèvrefeuille et la noix, avec une note de pomme mûre, de couleur soutenue, est délicat et riche, marqué par son terroir, tout en charpente, très équilibré comme nous les aimons, d’excellente évolution. Remarquable Premier Cru Côte de Léchet 2012, tout en nuances, avec une bouche délicate dominée par des nuances d’agrumes et de fruits secs, de belle structure, tout en bouche, toute en vivacité. Le 2011, de bouche mûre et harmonieuse, est un vin aux connotations de fleurs blanches fraîches et de fruits, savoureux au palais, parfait sur des petits escargots gris rissolés. Le 2010, avec des notes de rose et d’aubépine, de bouche délicate, est un vin limpide et brillant, qui associe rondeur et structure. Beau 2009, typé et suave, très parfumé, de bouche pleine. Le 2008, avec des senteurs d’agrumes, de pêche et de tilleul, de très jolie robe, dense, à déboucher sur des ris de veau. Le Premier Cru Montmains 2011, associant puissance et distinction, est très élégant, tout enfinesse, au nez de fleurs et de musc, encore très jeune. Le 2010, riche en arômes de fleurs et d’épices, d’une belle longueur, d’une grande richesse et complexité, est également un vin très ­agréable dans sa jeunesse mais qui gagne à être conservé pour développer tout son potentiel, comme le 2009, très riche au nezgras et suave en bouche, aux connotations de miel et de fleursblanches, charmeur. 
    Beau Chablis Premier Cru Fourchaume Vieilles Vignes 2012, où dominent la brioche et les fruitsjaunes, un vin délicat en bouche, avec des notes de noisette, généreux et harmonieux. Le 2011 associe richesse aromatique et persistance en bouche, ample, avec des connotations d’aubépine et de pomme, un vin très charmeur comme le 2010, où dominent des notes de pain grillé et de fruitsjaunes, alliant puissance et distinction. Le 2009, d’une grande finesse, est un grand vin gras, de bouche intense, très équilibré, très séduisant, aux notes subtiles de fruits frais et de noisette. LeChablis Premier Cru Fourchaume 2012 est un grand vin aux nuances discrètes de fleurs blanches et de citron, fin et savoureux, dense et velouté, de belle couleur, de bouche riche et bien présente dominée par des notes de pain grillé et de fruits macérés. Très séduisant Chablis 2013, franc etnerveux. Il y a aussi cet autre Chablis Vieilles Vignes 2012, avec des dominantes d’amande, de lis et de brioche, un vin classique comme on les aime.

    Gérard, Hélène et Vincent Tremblay

     
     
     

    Domaine Guy ROBIN

    ❤❤❤❤❤ À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Un beau domaine de 15 ha entourant le village de Chablis. Les vignes bénéficient d’un ensoleillement tout à fait adéquat de par l’exposition sud-est et est-ouest des coteaux et de leurs pentes prononcées. Très côté pour ses Vins de Montée de Tonnerre et ses Valmur, le Domaine Guy Robin offre des crus splendides, issus des meilleursterroirs que Guy Robin a su choisir, à l’époque, pour constituer son Domaine. Sa fille, Marie-Ange Robin, prend la suite, en faisant preuve d’un grand professionnalisme. 
    Sur des terroirs qui offrent une large palette de subtilités aromatiques, elle élève des Vins très typés, dans le respect de l’authentique et de la nature, imprimant la “patte” du Domaine Guy Robin.

    “Nous respectons la nature, me dit Marie-Ange Robin, et contrôlons la bonne santé de nos vignes, traitons avec parcimonie, souhaitant conserver toute la richesse de nos terroirs. Je remets toute la conduite du vignoble au goût du jour, bousculant parfois les vieilles habitudes, ayant une véritable réflexion quant à l’environnement, et j’en fais profiter mes vignes et mes Vins. Nous travaillons “à l’ancienne” en préservant le qualitatif dans nos terres mais aussi dans nos Vins. Mes vieilles vignes(80% du Domaine Robin) produisent de faibles rendements, je ne les “pousse” pas à produire plus, j’ai des exigences de qualité qui motivent mes décisions. Je veux à tout prix une culture raisonnée, remets à façon mes vignesHonneur à la nature et au qualitatif, c’est un respect de notre terroir, de nos clients dont je suis très proche. 

    Le 2012 a été une année extrêmement difficile pour le vigneron, Après toutes ces peines, on est bien content d’obtenir un tel niveau de qualité, le vin est vraiment joli. Les fermentations se sont déroulées très lentement, c’est ce que je privilégie chez moi, elles sont naturelles je ne brusque rien, je trouve que cela apporte nettement plus de matière au vin. Il faut laisser la nature faire à son rythme, c’est la philosophie que j’applique dans mon chai. Je ne provoque rien, chaque année c’est un millésime différent. L’évolution du 2012 est très prometteuse. Tous nos Grands crus sont mis en fûts de chêne, je suis en train de renouveler mes barriques, donc cette année, il y a une proportion de seulement 10% de fûts neufs, je fais cela très progressivement pour garder une belle homogénéité dans le caractère de mes Vins, ce qui est très important.

    J’ai des Vins un peu capricieux, et cela est dû aux vieilles vignes, je les laisse donc se bonifier à leur gré. En juillet, 10 mois après les vendanges, lors des remontages, on peut vraiment apprécier la qualité. Déjà, quand on ouvre les fûts , la cave est embaumée par les arômes de fruits, de fleursblanches (pivoine) et d’agrumes, la minéralité est bien présente. Nos Vins sont issus de vieillesvignes, c’est ce qui leur donne cette grande qualité de Vins aboutis, très aromatiques et complexes, très typés de leur terroir.

    - 2010 : Les vendanges 2010 ont débuté le jeudi 23 septembre pour se terminer le samedi 2 octobre. Petit rendement concentré avec une très belle acidité, de belles matières et plus vif que le millésime 2009.
    - 2009 : millésime tardif, les vendanges 2009 ont débuté début octobre avec un superbe mois de septembre , très beau avec de la fraîcheur et des vents du Nord-Est. Maturation bien équilibrée, saine , ressemblant au Millésime de 1989. Globalement petit rendement. Année de rêve, solaire ...si toutes étaient comme cela !

    Les Grands crus : Valmur, c’est un peu le fleuron du Domaine : nous avons deux hectares, ce qui est important en Grand Cru. Valmur 2008 : nez proche du clos mais en plus fin et plus dé́licat. neztrès iodé, embruns puis après aération on perçoit de la rose fraîche épicée mêlée. Belle bouche avec une vivacité rafraîchissante. Aucune sensation boisée. Vin d’une grande plénitude, le plus salivant, impression de sucer un caillou remarquable. Tout est pureté. clos 2009 : vin d’une pureté minérale très chablisienne avec un boisé très fin qui ne demande qu’à se fondre. Encore une certaine austérité pour ce vin comme tous les 2009 qui demande vraiment à se retendre vers plus de minéralité iodée. Cela devrait être le cas dans six mois. Blanchot 2009 : nez beurré noisette, noix fraîches mais aussi une tendance lacté caramel au beurre. Toujours solaire comme tous les 2009. Bouche plus fraîche que le nez avec une touche zeste d’agrumes orange confite. Vaudésir 2009 : beau nez où se marie des notes boisées fines et une grande fraîcheur minérale complétée par une touche épicée poivrée. Impression générale de puissance, de maturité et de fraîcheur. Finale solaire et mûre sur la tarte tatin et le caramel

    Les Premiers crus : nous préférons mettre en bouteilles assez tard, cela donne des Vins plus complexes et plus aromatiques, aux notes d’argile bleue, de marnes, de pierre à fusil, de sous-bois, de fougère, d’une grande fraîcheur avec un coté croquant, très fruité, aux nuances d’agrumes, desVins très expressifs et explosifs. 
    - Vaillons 2010 : nez fin et précis sur des notes boisées fines qui ne sont pas encore fondues. Finement épicé, il est d’une grande pureté. Bouche onctueuse avec une finale moka. Vin gai, sautillant.
    - Montée de Tonnerre 2010 : nez fringant entre des notes épicées et une sensation minérale typée de pierre à fusil. La bouche est à la fois fraîche et mûre. Large et long, c’est un vin complet pur et riche. 
    - Monmains 2009 : nez typé et expressif des terroirs des Butteaux avec des notes qui hésitent entre la tourbe, l’humus et le grillé. La bouche est tout en douceur, suave avec une finale café-cacao. Ce vin a encore besoin de se tendre, il sera plus frais et iodé dans quelques mois.
    Le Chablis : nous sommes situés sur les fameux terroirs du Kimméridgien pour le Chablis et les Grands crusChablis 2010 : nez mûr avec des notes fruitées chaudes entre la figue et le pain grillé. Bouche suave, onctueuse avec un bel équilibre acide et une finale saline. Les 7 ha de vignes sont plantés sur des coteaux et plateaux, avec des vieilles vignes d’âge moyen de 40 ans. Mon père les avait lui-même greffées, puis plantées, en faisant ses propres plants de Chardonnay, ce qui est assez exceptionnel. Ce sont mes parents qui ont constitué le Domaine. Mon père avait choisi les meilleurs terroirs bien exposés sur le plateau, les coteaux, des parcelles qui donnent des jus d’excellence, des Vins très fins. 
    La régularité de nos Vins est liée au phénomène terroir. Les consommateurs, en effet, ne veulent pas un Chablis classique, ils veulent se faire surprendre. J’exporte beaucoup mes Vins vers l’Asie car j’ai de la demande, Hong Kong, Taïwan, le Japon et la Chine, mais aussi en SuisseAllemagne, Suède, Finlande, Norvège, Italie, Belgique et beaucoup en France, à des clients qui commandaient déjà à mes parents et maintenant, ce sont leurs enfants qui s’adressent au Domaine, gage de grande fidélité. C’est gratifiant pour moi que mes efforts qualitatifs soient reconnus et appréciés.
    Je travaille seule et ce n’est pas facile, je veux tout vérifier, une parfaite traçabilité de la qualité en somme, car je m’engage en signant mes Vins. J’essaye de préserver mes plants de vignes car ils ont été greffés par mes parents, ce sont des vignes très saines qui n’ont pas de maladies, je ne traite pratiquement pas et c’est un atout qualitatif considérable. La plus jeune de mes vignes a 15 ans et la plus âgée 79 ans. J’ai la plus vieille vigne de Chablis ! C’est la parcelle du Grand Cru Blanchot. MesChablis de caractère accompagnent très bien des plats raffinés mais aussi épicés."

    Grandissime Chablis Grand Cru Vaudésir 2011, très équilibré, parfumé, au nez dominé par lesfruits jaunes frais et le pain brioché, tout en bouche, vif et fin, un vin classique et distingué, d’une belle harmonie, long en bouche, aux nuances délicates au palais (rose, grillé, tilleul) . Formidable 2010, de jolie robe dorée, avec cette nervosité qui s'allie à une souplesse certaine, de belle bouche aux notes de lis, d’abricot frais et de grillé, tout en persistance, avec cette suavité qui lui est propre. Le 2009, beau nez où se marie des notes boisées fines et une grande fraîcheur minérale complétée par une touche épicée poivrée. Impression générale de puissance, de maturité et de fraîcheur, un vin d'une grande finale solaire mûre avec des nuances de caramel.  Le 2008, avec nez mûr, notes cacahuètes, noix fraîche. Après aération, notes de thé, menthol et une dominante florale fine, de bouche ample, intense, dégageant presque une impression sucrée de bonbon, d’acacia. Le 2007, tout en charpente, parfumé, fin et riche à la fois, avec des notes subtiles de pain grillé et d’agrumes, de garde. Exceptionnel 2006, tout en distinction, riche en arômes comme en charpente, d’une grande ampleur aromatique en bouche (aubépine, pêche, noisette), très typé. 

    Le Chablis Grand Cru Vieilles vignes Valmur 2008, médaille d’Or à Berlin, d’une grande minéralité, au nez très iodé, embruns puis après aération on perçoit de la rose fraîche et les épices, un grand vin, de belle bouche avec une vivacité rafraîchissante. Le 2007 est un vin racé, d’une belle onctuosité en bouche, toujours minéral et complexe, de belle harmonie, avec ses odeurs caractéristiques d’amande grillée et de fruits jaunes frais, tout en bouche, de garde
    Le Chablis Grand Cru Blanchot Vieilles vignes 2011, au nez dominé par les fruits mûrs et les petitsfruits secs, de bouche ample, est un grand vin de belle couleur jaune ambré, qui mêle structure et vivacité, harmonieux en bouche avec des nuances de pomme, de musc et de miel. Le 2010 est tout en bouche, très parfumé, très fin, d’une belle amplitude au nez comme au palais, un vin minéral. Superbe 2009, dégage un nez beurré de noix, la bouche est plus fraîche que le nez avec une touche d’orange confite. Le 2008, d'une grande finesse en bouche, un grand vin gras et onctueux, très typé, légèrement épicé, avec cette finale impressionnante où s'associent le musc, le silex et lesfruits frais. Le Chablis Grand Cru Les clos 2009, issu de vignes de 44 ans situées sur la rive droite du Serein, sol de colluvions argilo-calcaires très caillouteux sur sous-sol kimméridgien, sud-sud-ouest. Un grand vin de bouche persistante, avec ces notes de lis, de coing et de rose fraîche, alliant fraîcheur et rondeur, équilibré, suave, de très belle évolution. “Pour ce millésime 2009, raconte Marie-Ange Robin, les vendanges 2009 ont commencé début octobre avec un superbe mois de septembre, très beau avec de la fraîcheur et des vents du Nord-Est. Maturation bien équilibrée, saine, un millésime ressemblant au 1989. Globalement petits rendements. Année de rêve, solaire... si toutes étaient comme cela !
    clos 2009 : vin d'une pureté minérale très chablisienne avec un boisé très fin qui ne demande qu'à se fondre. Encore une certaine austérité pour ce vin comme tous les 2009 qui demandent vraiment à se retendre vers plus de minéralité iodée. Blanchot 2009 : nez beurré noisette, noix fraîches mais aussi une tendance lactée caramel au beurre. Toujours solaire comme tous les 2009. Bouche plus fraîche que le nez avec une touche de zeste d'orange confite. Vaudésir 2009 : beau nez où se marient des notes boisées fines et une grande fraîcheur minérale complétée par une touche épicée poivrée. Impression générale de puissance, de maturité et de fraîcheur. Finale solaire et mûre sur la tarte tatin et le caramel
    On poursuit avec le Chablis Premier Cru Vaillons 2010, qui a largement mérité sa médaille d’Argent Féminalise 2012, d’une grande pureté, typé et délicat, où s’entremêlent les épices et les fleursfraîches, tout en bouche. Le Chablis Premier Cru Montmain 2009, très marqué par son terroir, se goûte remarquablement bien, savoureux, avec une bouche très suave, vraiment remarquable. LeChablis Premier Cru Montée de Tonnerre Vieilles vignes 2012, très charmeur, au nez de fruitsjaunes frais et d’épices, est un vin séduisant par sa richesse et sa finesse, tout en bouche. Superbe rapport qualité-prix-plaisir (de 12 à 30 € environ). 

    Marie-Ange Robin

     
     

    Domaine Alain GEOFFROY

    ❤❤❤❤❤ Un domaine familial depuis 5 générations, 45 ha. Alain Geoffroy perpétue un savoir-faire ancestral (45 ha). Il a su s’entourer d’une équipe jeune et passionnée pour faire évoluer et pérenniser ce magnifique patrimoine familial : son épouse, Cathy Geoffroy (directeur général), sa fille, Nathalie (responsable commerciale France), le responsable de cave, Cyrille Mignotte, et le directeur export, Pascal Sailley. 
    “Aujourd'hui, raconte Nathalie Geoffroy, nous continuons à chérir nos vignes afin qu'elles nous donnent non plus des vins pour la soif mais des vins pour le plaisir de tous. L'ensemble de nosChablis sont produits sur des zones géologiques du Kimméridgien (période du Jurassique). C'est de l'incroyable potentiel de ce sol que notre vin puise toute sa richesse aromatique et notamment son importante minéralité.
    Le 2013 n’a pas été une année facile, l’état sanitaire était correct, il a fallu jongler entre les parcelles afin de rentrer un raisin mûr, il y a eu un gros travail de tri. Ce millésime est de belle qualité, mais il ne s’est pas fait tout seul, il est souplenerveux, sur le fruit. Aujourd’hui nous proposons le 2012, un vin classique, sur le fruit et la fraîcheur, aux notes d’agrumes.”
    Elle a raison et on retrouve tout cela dans ce séduisant Chablis Premier Cru Vau-Ligneau 2012, avec ces connotations caractéristiques du terroir de petites fleurs blanches et de miel d’acacia, associant rondeur et nervosité. Beau Chablis Premier Cru Fourchaume 2011, très caractéristique de son terroir, d’une grande complexité aromatique (fruits secs, pain grillé), très équilibré, gras en bouche, parfait sur une viande blanche rôtie. Le 2010, d’un grand classicisme, très aromatique avec des notes de fruits mûrs et de fleurs blanches, est tout en amplitude. Le Chablis Premier CruBeauroy 2012, élevé en fûts de chêne (vignes de 30 à 45 ans, sol kimméridgien, vinificationclassique en cuves thermorégulées et élevage en cuves), de robe claire, avec cette fraîcheur florale doublée de nuances fruitées, un vin très réussi, où s’entremêlent les fruits et le lis en bouche. Le 2011 est distingué, d'un grand classicisme, marqué par des notes de fruits mûrs et de fleursblanches, tout en amplitude. Très beau 2010, de jolie teinte, intense au nez comme en bouche, rondet distingué, alliant vivacité et suavité, très agréable sur du saumon fumé. 
    Il y a également le Chablis Vieilles vignes 2012, ample et fin, vraiment séduisant, d'un joli équilibre entre son acidité et une petite sucrosité, au nez caractéristique, de bouche persistante, à apprécier sur un saumon aux asperges, par exemple. Joli Chablis 2012, d’une jolie complexité aromatique où l’on retrouve des nuances de citron, et un Petit Chablis 2012, vif et floral, de bouche fraîche. Visitez leur musée de la vigne et du tire-bouchon.  

    Nathalie Geoffroy

     
     

    Domaine du CHARDONNAY

    ❤❤❤❤❤ Étienne Boileau, William Nahan et Christian Simon, exploitent un joli vignoble de 36 ha.
    Ils peuvent être fiers de leur Chablis Premier Cru Mont de Milieu 2012, aux arômes de noisette grillée, de robe jaune aux reflets d’or, intense et raffiné, tout en charme, de bonne bouche équilibrée, aux notes de pêche et de pain grillé, très bien élevé. Le Premier Cru Montée-de-Tonnerre 2012 (sous-sol argilo-calcaire Kimméridgien du Jurassique secondaire), à dominante de fleurs blanches et d'amande, charpenté, au fruité complexe, généreux et charmeur. Le 2011 est classique et bien équilibré, de bouche bien fruitée, harmonieux, opulent, puissant, d'une belle fraîcheur au palais. Le 2010 associe distinction et fermeté, tout en arômes, aux nuances de miel et de noix fraîche, de bouche dense. Le Premier Cru Vaillons 2011, aux notes subtiles de petites fleurs fraîches et de citronnelle, tout en persistance aromatique, d'une belle longueur. 
    Excellent Chablis Premier Montmains 2012, qui réunit richesse aromatique et persistance, ample, avec ces senteurs de de coing et de noix caractéristiques. Il y a encore ce Chablis Premier CruVosgros 2011, au bouquet fleuri, avec ces notes de noisette et de miel, puissant, tout en délicatesse, très ample au palais, un grand vin racé, vraiment remarquable par sa structure et sa longueur en finale, et le Chablis 2012, ample et fleuri, au nez à dominante de fruits secs et frais, tout en bouche. 

    E.Boileau, W.Nahan et Ch.Simon

     
     

    Jean-Marie NAULIN

    ❤❤❤❤❤ Un domaine familial de 12 ha. On est bien au sommet avec ce Chablis Premier CruFourchaume 2012, de teinte pâle, fin, ample, aux nuances délicatement citronnées, avec cette pointe de nervosité présente, d'une grande persistance aromatique au palais. Beau 2011, suave, aux connotations de pêche et de narcisse, très bouqueté, vraiment très charmeur. Le 2010 est un vin tout en structure et parfums, au nez de fleurs blanches et de noisette, très fruité, équilibré etharmonieux, que l’on peut commencer à boire avec des escargots à la bourguignonne. 
    Le Chablis Premier Cru Beauroy 2012, au nez de narcisse, dégage une bouche très parfumée aux nuances florales et légèrement miellées, un vin vif, sur le fruit, tout en bouche. Belle réussite encore avec le 2011, typé, de robe très claire, avec cette fraîcheur florale doublée de nuances fruitées, aubouquet fleuri, avec des notes de noisette et de miel, parfait sur une terrine de saumon à la moussede dorade. Excellent 2010, de robe dorée, riche et savoureux, racé et onctueux en bouche, au nezdélicat (fleurs, amande, fougère), à déboucher sur des quenelles. Excellent Chablis 2012, une nouvelle fois réussi, d'une rondeur agréable, harmonieux en finale. 

     

    30, rue de la Voie-Neuve
    89800 Beines
    Tél. : 03 86 42 46 71 et 03 86 42 40 95
    Fax : 03 86 42 12 74
    Email : domainenaulin@orange.fr

    Voir son classement dans le Guide des Vins
    Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins 
  • GUIDE DES VINS 2015 : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR POUR NE PAS VOUS FAIRE AVOIR !

    COUV guide 2015_Mise en page 1La qualité actuelle des vins et des millesimes

    Brigitte Dussert : la passion des hommes, la qualité des millésimes, l’authenticité, les différences entre chaque vignoble, entre chaque vin, c’est bien le fond du problème, non ?
     
     

    Patrick Dussert-Gerber : depuis vingt ans, il y a pas mal de “faiseurs”, du côté des producteurs comme dans celui de professionnels (critiques, œnologues), qui se plaisent à encenser des vins qui n’ont pourtant “ni âme, ni vertu”.

     

    Depuis mes débuts, j’entends des “critiques” dénigrer, par exemple, ces vins rouges bourguignons qui manqueraient de couleur, de puissance, etc... Et alors ? Qui a dit que la densité d’un vin était un symbole de qualité ou un gage de longévité ? A ces ignorants, on pourrait faire sentir un 1993, 1989, un 1976..., bien plus fabuleux qu’un vin à la mode, ultraconcentré au départ et vide de toute substance au bout de quelques années...

     
    Plusieurs facteurs sont à prendre en compte :
     

    L’arrivée d’investisseurs, fuyant l’Isf, n’a pas été forcément un bien pour telle ou telle appellation, et, encore moins, pour les vignerons de souche, qui ont de plus en plus de mal à transmettre leur patrimoine quand les prix des terres s‘envolent littéralement. Sur le plan marketing, main dans la main avec quelques professionnels bien payés, on a aussi vu, parfois, s’estomper la force du terroir pour en arriver à la production de vins standardisés, vite bons à boire, vite commentés, encore plus vite encensés, notés 19/20, 99/100... et je ne sais quoi comme autre ineptie !

     

    Naturellement, il y a, heureusement, des vrais amateurs de vins qui investissent dans les vignobles, mais vous verrez qu’ils se font beaucoup plus discrets, et c’est tant mieux. Quant aux investisseurs institutionnels, en fait, et contrairement à ce que l’on aurait pu croire, ils sont beaucoup plus tempérés dans leur soif d’apparence.

     

    - Le suivi des générations n’a pas été forcément porteur. C’est vrai à Bordeaux comme dans laLoire. Je connais tant de vins superbes à l’époque des parents (ou grands-parents), devenus aujourd’hui beaucoup moins captivants, même si, je le reconnais aisément, on parle plus d’eux qu’auparavant. Mais à quoi bon, si le vin ne suit pas ?

     

    - Découlant de cela, on peut distinguer des tendances selon les vignobles :

     

    * La Bourgogne et l’Alsace demeurent les entités viticoles où la famille joue vraiment un rôle prépondérant. Pas facile pour un quidam d’acheter un vignoble dans ces régions.

     

    * Dans une moindre mesure, les prix n’étant pas non plus les mêmes, on peut citer le Val de Loire et la Vallée du Rhône, où les traditions familiales restent ancrées dans leur territoire.

     

    * La Champagne, riche, prospère, et, comme nous le verrons, bénéficiant d’une explosion qualitative réelle, voit de nouvelles maisons, coopératives et des vignerons (certains, que vous ne trouverez pas dans le Guide, atteints par “la grosse tête”) parvenir au sommet, voire dépasser pas mal de maisons “historiques”. C’est flagrant quand on fait des dégustations “à l’aveugle” et c’est indubitable quand on fait intervenir le rapport qualité-prix-typicité. Certes, l’aura des grandes maisons semble rester stable puisque leur notoriété est toujours importante.

     

    * Bordeaux, le Languedoc et la Provence sont donc les régions qui ont attiré le plus d’investisseurs. La Provence, pour son climat et la beauté des propriétés, le Languedoc pour la sagesse des prixdes terres, Bordeaux pour son influence extraterritoriale et la facilité de créer des vins ”à la mode”. Ceci, bien entendu, au détriment de l’immense majorité des vignerons de ces régions, passionnés, passionnants, peu enclins à élever des vins pour être mieux notés que leur voisin... Et, je le rappelle, tout spécialement à Bordeaux, des bouteilles que l’on a de plus en plus de mal à situer dans des dégustations.

     

    Car, qu’on le veuille ou non, un millésime 2004 qui ressemble au 2005 ou au 2006, ce n’est pas normal. Comme un Médoc qui ressemble à un Pessac-Léognan. En faisant des vins surboisés, surmaturés, on tue bien sûr l’élégance, mais on lisse surtout l’effet millésime, en faisant des vinsdépersonnalisés, pas plus intéressant qu’une boisson chimique.

     

    On vendange de plus en plus mûr, ce qui est une bonne chose, mais si, en plus, on utilise des concentrateurs, ajoute des levures... et pratique un élevage abusif en barriques neuves, cela donne des vins trop lourds, trop écœurants, trop alcoolisés... alors que ce n’est pas dans l’air du temps ! Et cela n’a rien à voir avec le réchauffement climatique comme certains le prétendent...

    En fait, il faut dire la vérité sur la qualité de chaque millésime. L’explication, en partie, de l’une des facettes de la crise des vins de Bordeaux, c’est que certains grands crus ont vendu bien trop cher en primeur le 2007. Ce n’est qu’un millésime sympathique, très agréable, bon à boire rapidement, qui commence à s’ouvrir, et c’est déjà pas mal, mais il aurait dû coûter bien moins cher ques les 2005 et 2006... Il faut que le prix du millésime corresponde à la qualité du vin pour que le marché reste confiant,   les acheteurs ne sont pas si idiots. En Bourgogne, dans la Loire ou dans le Rhône, on ne vend pas un 2007 plus cher qu’un 2005, autrement dit on ne spécule pas le prix de sa bouteille au “loto” des millésimes.

     

    On l’a compris, nous faisons face à deux mondes du vin : celui, mercantile, presque virtuel, qui profite de la méconnaissance des acheteurs, notamment des pays émergents, et se sont coupés des acheteurs fidèles et traditionnels (français, belges, suisses, anglo-saxons...). Ils pratiquent la fuite en avant, faute de bases de commercialisation stables. Pour eux, il faut sans cesse trouver un nouveau marché pour caser sa marchandise; et les autres, les producteurs passionnés, passionnants, qui, qui ont, on s’en doute, nos préférences...

  • Nouveau Classement 2009 des vins des Côtes de Bordeaux

    Pas facile de rester homogène dans ces appellations : certaines tentent de se regrouper (est-ce la solution ?), d’autres, comme les Côtes-de-Bourg, préfèrent se démarquer, bref, il y a de tout dans cette grande entité des Côtes। L’important, ici comme ailleurs, c’est de défendre les propriétaires talentueux qui savent marier leurs cépages à leurs sols, sans se laisser prendre à la mode । Ceux-là nous intéressent et méritent les honneurs. On les retrouve à la tête du Classement, avec de très grandes valeurs sûres (Clos du Notaire, Haut-Maco, Laroche, Moulin Vieux, Brethous, Mendoce ou Ricaud, au sommet depuis 30 ans, excusez du peu !) qui côtoient mes coups de cœur de l'année comme Jourdan, Grissac, Petit Boyer, Alliance Bourg, Pont Les Moines, Haut-Beynat ou Berthenon...

    Millesimes

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu